Home » Sondage » Bruits qui vous dérangent le plus

Bruits qui vous dérangent le plus

Dans cet article nous allons rassembler les bruits qui vous dérangent le plus.

stop

Encore une fois, la misophonie étant méconnue, plus que jamais nous avons besoin de votre témoignage pour faire bouger les choses.

Misophonie.fr a été conçu pour devenir une source d’idées et d’échanges d’expériences entre les personnes atteintes, les proches et les professionnels de la santé afin d’avancer sur la misophonie.

Vous n’êtes pas seul(e), alors contactez-nous pour témoigner

De : Aïcha R.
Témoignage : Les gens qui machent des chewing-gum c’est juste insupportable! Juste hier j’ai du mettre une bonne claque a un garçon qui le faisait juste a coter de mon oreille, je ne me suis pas retenue… J’ai seulement 15 ans.

De : Rudy S.
Témoignage : Pour ma part, il peut s’agir de différents bruits, mais c’est surtout la répétition voire l’inutilité du bruit qui peut me faire criser !! Par contre, il y en a un qui m’insupporte tout le temps c’est la toux et comme il y a presque constamment quelqu’un de malade, ou un « vieux » fumeur prés de nous dans la société, vive le calvaire… Moi qui suis déjà plutôt solitaire (cause ou conséquence?)

De : Christopher
Témoignage : Bien évidemment la mastication, le clavier, l’horloge, le chien qui se lèche, le ronflement et j’en passe. J’ai l’impression que plus le bruit va se répéter plus ça va m’énerver. J’ai retenu une phrase d’une personne atteinte de misophonie qui disait : « ça ne me dérange pas, ça m’énerve »

De : Tatiana
Témoignage : Moi ce qui m’insupporte (et j’utilise le terme dans son sens propre), c’est tous les bruits d’origine humaine le soir. Même si ce ne sont que de petits bruits pas dérangeant, le simple fait d’entendre des personnes discuter ou marcher m’énerve, m’agace, me rend malade. Dès que je vais dormir, je me transforme en vrai radar, je capte le moindre bruit « humain » même deux étages au dessus et aller dormir devient source d’angoisse car au moindre bruit, je vais me mettre dans tous mes états et il me sera impossible de fermer l’oeil…

De : Fanny B.
Témoignage : Le bruit qui me dérange le plus c’est celui des personnes qui sifflent.
Après beaucoup de bruits me posent problèmes :
– la mastication, en particulier les chewing gums,
– les papiers plastiques,
– Tout ce que à attraits aux ongles (nettoyage,quelqu un qui se ronge les ongles…),
– Les bruits de pas, de talons, sur le sol,
– Les rires forts, les personnes qui parlent fort,
– Les reniflements, ronflements, respirations…
– Certaines voix me sont désagréables, en particulier les personnes qui disent euhhhhh toutes les 2 secondes.
– ….
Je m’arrête la car la liste est très longue.

De : Sarah
Témoignage : Bonjour à toutes et à tous,
Les bruits qui me dérangent sont malheureusement divers et variés.
Les plus récurrents sont ceux produits par la bouche (mastication, bruits de salive…)
Ensuite, on trouve les bruits de respiration, de reniflement…
Puis, je ne supporte entendre le bruit de la télévision, de la musique qu’écoutent une autre personne…
Ce qui laisse penser que c’est l’Enfer.
Lorsque ces bruits apparaissent, une angoisse et un stress innommables apparaissent. Le Coeur s’emballe, la respiration devient sifflante et toute pensée est annihilée par ces bruits. Je suis en quelque sorte pétrifiée par ces bruits. Parfois, je rentre dans une colère disproportionnée et ensuite, je pleure. L’ascenseur émotionnel en fait.
Et ce qui est aussi récurrent et paradoxal, c’est que je guette ces bruits. J’ai peur de les entendre donc je vais en quelque sorte me concentrer pour savoir s’ils sont là.
Bref, ils nous faut beaucoup de courage…

De : Giusy
Témoignage : Bonsoir, 
Je suis tombée sur cette page par hasard et je viens d’apprendre que mon mal-être existe et que je ne suis pas folle. J’ai commencé à avoir certaines gênes à partir de mes 12 ans plus au moins. Mon voisin de banc n’arrêtait pas de renifler en examen, j’essayais d’ignorer mais je n’arrivais pas ça me rendais folle j’ai du lui dire malgré moi. Le problème s’est agravé, mon père quand il mange il aspire et respire fort, depuis des années ça m’énerve tellement qu’il est impossible pour moi de manger à côté de lui sinon ça me coupe l’appétit, me rend nerveuse, j’ai des palpitations et je sens la colère en moi ce qui me fait devenir agressive. J’ai maintenant 20 ans et rien ne s’est arrangé. Ma mère dit que j’exagère, j’ai essayé de me retenir et faire des efforts mais c’est impossible. Ceci me gâche la vie…

De : Lydia B.
Témoignage : Bonjour, j’ai 36 ans bientôt et je viens juste de découvrir cette « maladie ». 
Je ne supporte pas les gens qui mangent la bouche ouverte ou bien entendre mastiquer, le bruit des chewing-gums, claquer des dents ou bien les gens qui mangent des chips…. la liste est encore longue.
Quand j’entends ces bruits ça me met hors de moi, quand c’est un de mes enfants je leur dis d’un ton sec de manger doucement ou bien de faire moins de bruit, mais quand c’est des invites la bien séance me retient. Alors je sens comme une  grosse angoisse monter. Je prefere ne pas regarder la personne, mais j avoue que ca m est insuportable. J espere qu’avec l’age cela s’arrangera mais j’en doute car plus les années passent et plus ces petits bruits m’inssuportent.
Je pensais être la seule dans ce cas là, mais je me rend compte que plusieurs personnes en souffre et ça me rassure. Ce ne sont pas les autres qui sont mal élevés, mais c est moi qui est un problème .
Voilà pour ma petite histoire

De : Alizée P.
Témoignage : Les bruits qui me dérangent le plus sont les bruits de masticages, tout ce qui est reliée à la nourriture, je ne supporte pas du tout le bruit des gens qu’ils font quand ils mangent. Je ne supporte pas non plus les gens qui siffle ou alors me bruit que certaines personnes font quand ils boivent.

De : Adeline
Témoignage : Tous les bruits de bouche : mastication, déglutition, raclage de gorge, dents qui grincent sur la fourchette ; les gens qui respirent fort ; les ronflements ; les portes qui claquent ; la télé, la radio ou les discussions un peu fortes des voisins ; les aiguilles des horloges …

De : Emmanuelle B.
Témoignage : Les bruits qui me dérangent le plus : 
– La plupart des bruits d’enfants, comme ils ne prêtent aucune attention au niveau sonore et qu’ils ont des voies aigües… pleurs, cris, rires, caprices en tout genre 
– les instruments de musique de mes voisins, flûte traversière, piano
– bruits secs, portes qui claquent, objet qui tombe lourdement
– musique forte, dès que le volume monte un peu je me sens mal
– tous les bruits des transports
Dans ces moments là je bouillone à l’intérieur, j’ai envie de hurler à la personne d’arrêter ça tout de suite, gorge serrée, envie de pleurer, de partir en courrant. Je suis dans un état de rage pas possible et je rumine tout! C’est infernal parce que mon entourrage ne comprend pas. Comme si j’avais un problème mental et que c’était moi qui devait faire des efforts. J’ai beau essayer c’est impossible.

De : Elsa B.
Témoignage : Parmi les bruits les plus agaçants, je dirais qu’il y a les bruits faits à table (bruits de bouche donc mastication et lorsqu’une personne boit bruyamment, bruits forts de couverts,…), ceux de la toux/reniflement/éternuement/…, le tic tac d’un montre/horloge (ayant une sensibilité aux bruits, je ne supporte de dormir quelque part avec même une montre dans la pièce [et même dans un placard fermé]), les sifflements/certains voix m’enragent aussi (par exemple, je ne supporte pas d’entendre certaines personnes chanter, et encore moins siffler). J’arrive à bien gérer les bruits de mastications de chewing-gum, disons que je suis comme les autres à ce niveau-là.

De : Nora
Témoignage : Les ronflements, les toux bien grasses (et dégueulasses), les rongements d’ongles, la mastication, les reniflements (bien dégueulasses aussi), les respirations fortes, les personnes qui parlent fort, une porte/fenêtre qui claque, un simple bruit répétitif peut me faire perdre mon calme.
Je peux enfin mettre un mot sur ce que je ressens. Ce qui est plutôt rassurant.

De : Damien P.
Témoignage : Les gens qui mangent la bouche ouverte, ou qui parlent la bouche pleine. Il m’est tout simplement impossible de dîner en compagnie d’une telle personne. Mais je n’ai aucun problème à partager un repas avec quelqu’un qui mange normalement, à condition qu’elle ne vienne pas mastiquer à mon oreille. 
Les personnes qui chiquent la bouche ouverte, 
Le bruit des gens qui boivent leur café en l’aspirant, cela m’affecte au plus haut point. Tout comme entendre quelqu’un croquer dans une pomme.

De : Laurie F.
Témoignage : Ce sont les bruits liés à la nourriture…

De : Aileme O.
Témoignage : J’ai 22 ans et je suis « misophone ».
Je le suis du plus loin que je me souvienne.
Je me rappel être très jeune et entendre le respire de ma mère, je me sentais très énervé.
Certains sons m’ont toujours dérangé mais avec le temps, ses sons me dérange de plus en plus.
Entendre quelqu’un respirer, mastiquer, avaler, soupirer, tousser. Entendre ses sons peuvent me rendre vraiment folle, je dois me retenir car ils soulèvent en moi beaucoup de colère. Je pourrais frapper un mur ou crier. Mais je reste calme et je me retire le plus souvent ou je me met des écouteur sur les oreilles.

De : Christie Rodie
Témoignage : Suite à un emménagement dans un quartier très bruyant (des jeunes faisaient constamment des tours de motos trafiqués sous nos fenêtres)/ même si on est partis depuis – j’ai développé une phobie des bruits de voitures, de trains… Mon entourage ne comprend pas. Je n’ai que peu de soutien. Ce qui me culpabilise; impression d’être anormale, de ne pas être adaptée à la vie moderne. En plus, notre nouveau logement se situe à environ 500 m d’une rocade et d’une voie ferrée. On me dit que je n’entendrai que peu le bruit de ces moyens de transport . Mais j’appréhende quand même …

De : Yuna L.
Témoignage : Les bruits qui me dérangent le plus sont « lécher » une glace, un chien qui se lave, mais surtout « avaler ». J’ai été pendant 3 ans a l’internat avec une fille qui avalait extrêmement bruyamment, pour m’empêcher de lui faire la réflexion et de ne la blesser j’ai dû…. M’imaginer que je la frappais, que je la faisais taire… Et ca tous les matins, midi, et soirs pendant trois ans… De même avec les membres de ma famille qui sont moins bruyants mais toujours trop… Je dois m’imaginer que je leur fais du mal, qu’ils se taisent enfin, pour pouvoir garder toute cette haine en moi.

De : Naima B.
Témoignage : Bonjour, moi les bruits qui me dérangent le plus sont : les bruits liés à la bouche (mastication, respiration forte, boire en faisant du bruit, déglutition…) les bruits de clavier, les sachets plastiques, les enfants qui crient dans les transports,etc… Je pensais être la seule, me voilà rassurer, je ne suis pas folle.
Tous ces bruits me rendent dingue et m’énervent au plus haut point. J’espère qu’un jour je n’en souffrirai plus.

De : Charlotte D.
Témoignage : Les bruits qui me dérangent le plus sont les mastications quelle quelle soit de tout est n’importe quoi, les reniflements, les sifflements, les craquements des os ou se qui s’y rapporte, les battements de cœur, une respiration trop bruyante… Cela m’insupporte, sur le coup quand quelqu’un émet l’un de ces bruits, je fais un petit bruit qui montre que cela m’énerve mais mon entourage ne le comprend pas, il n’essaye en aucun cas de m’aider, y aurait-il une solution ?

De : Sarah P.
Témoignage : Bonjour, alors moi les bruits qui me derangent le plus c’est les tic tac d’une horloge, la respiration (ça c’est le pire) puis quand quelqu’un mange quelque chose chaque fois que je dors avec une copine comme tout le monde elle respire et moi je ne dors pas de la nuit mon cerveau se concentre que sur sa respiration.

De : Charline V.
Témoignage : Les bruits qui me dérangent le plus c’est le bruit des mâchoires. Quand quelqu’un mâche la bouche trop ouverte à cote de moi me rend folle mais aussi les fortes respirations mais le pire c’est avec mon père c’est avec lui que je fait mes plus grosses crises.

De : Marion C.
Témoignage : Le bruit qui me dérange le plus c’est la respiration de quelqu’un qui se trouve à coté de moi..
Lorsque que j’ai rencontrée mon copain cela c’est amplifié… Je ne pouvais plus dormir en entendant sa respiration, c’était insupportable  pour moi il devait arrêter de respirer… Alors j’ai trouvée une solution : Les boules quies ! Depuis, mes nuits se passent beaucoup mieux, même si maintenant je ne peux m’en passer et ça même si je dors seul car le moindre bruit m’empêcherais de dormir…

De : Laure M.
Témoignage : J’ai commencé à souffrir de Misophonie à l’adolescence, pendant longtemps (en fait, jusqu’à ce que je découvre que ce trouble s’appelait Misophonie) mon entourage pensait que je faisais une fixette, et limite je faisais exprès et que je guettais ces bruits là. Les premiers bruits qui m’ont insupportés étaient les bruits de bouches (mastication, mâchoires qui claquent, déglutition, couverts qui tapent contre les dents…), puis cela s’est étendu aux respirations fortes, aux ronflements, aux reniflements, aux bruits de sachets (quand quelqu’un fouille dedans), aux bruits répétitifs (robinet qui goutte, horloge…), et depuis le développement de lecteurs mp3 et autres appareils du genre, les bruits de musique issu des écouteurs des personnes dans mon voisinage se sont ajoutés à cette longue liste.
Dans ces moments là, j’ai la sensation que cerveau atténue tous les autres bruits ambiants pour mettre en exergue le bruit qui m’insupporte. J’ai alors une boule d’agressivité qui monte en moi, qui si je ne la contenais pas, me ferait hurler  voire avoir des gestes violents; par exemple dans ces moments là, je rêve de fourrer les écouteurs des personnes qui écoutent la musique à fond, dans le fond de leur gorges…
Les seules astuces que j’ai trouvé jusqu’à présent c’est d’esquiver les bruits qui m’énerve. Quand je sais que quelqu’un mange bruyamment, je choisis autant que possible la place la plus éloignée de lui. J’ai toujours une paire de boule Kies avec moi pour pouvoir dormir tranquillement, lorsque quelqu’un renifle je lui propose toujours un mouchoir en essayant d’être la plus sereine possible…
Enfin dans ces situations, j’essaie de maîtriser ma nervosité/agressivité en respirant de manière plus profonde, pour faire baisser la pression.

De : Coralie L.
Témoignage : Je suis d’un naturel conciliant. Je respecte le fait que chacun ait droit à un minimum de liberté mais certains bruits me sont insupportables et j’en deviens moi même insupportable. J’ai en horreur les bruits de bouche et les ronflements. Je vais inlassablement faire des remarques à cette personne allant jusqu’à la réveiller plusieurs fois dans la nuit et au final lui interdire de manger ou dormir a côté de moi. Le pire c’est qu’une rancune s’installe, je lui en veux vraiment. C’est une souffrance car ce sont les personnes les plus proches de moi qui subissent mes remontrances. Je n’aime pas les brimer pour des choses aussi futiles mais je ne peux pas m’en empêcher.

De : Justine L.
Témoignage : Bonjour, enfin je peux mettre un mot sur ce mal-être. J’ai toujours été décrite comme une personne intolérante a la présence d’autres personnes autour de moi. Ça a commencé quand j’entendais mon petit frère dormir en faisant un petit râle en dormant, léger mais régulier et tellement énervant ! Ça a continué quand, a table j’entendais des bruits de mastication, plus particulièrement quand j’étais fatiguée. Aujourd’hui mon quotidien est devenu un peu un enfer, je travaille en open Space, et quand l’hiver, certains de mes collègues sont malades, j’ai vraiment du mal a les entendre tousser, ou pire, renifler.
Ma solution aujourd’hui ? Je n’en ai pas vraiment, je dors avec des boules quies toutes les nuits, je ne peux pas dormir avec mon ami sans elles car j’entends cette respiration régulière et j’ai l’impression que je m’énerve toute seule. La journée j’ai des écouteurs toute la journée pour éviter d’entendre un collègue renifler — j’adorerais pouvoir passer au dessus de ça mais c’est nerveusement impossible. Si vous avez un traitement, je suis preneuse. Merci ! Bonne soirée a vous, Justine

De : Aymerick L.
Témoignage : J’ai 40 ans et la mastication bouche fermée ne me pose aucun problème. Par contre, si la personne mange la bouche ouverte, tous ces bruits de mastication m’insupportent au plus haut point. Quand c’est ma femme, ça m’irrite parce qu’à son âge on doit savoir manger bouche fermée. Pour mes enfants, je leur rappelle constamment qu’il faut fermer sa bouche en mangeant, mais d’un ton exacerbé tant ça me soule de le répéter à chaque repas. Mais le pire c’est un collègue, avec qui je mange en moyenne 4 jours par semaine. Non seulement il mange la bouche ouverte, mais surtout il parle (en continue) avec la nourriture bien en face de l’ouverture (pas coincée dans une joue comme on peut être amené à le faire pour justement éviter de cracher) et ça fait des bruits absolument immondes et ça arrive aussi évidemment d’avoir des petits bouts qui sont éjectés… Ca m’écoeure tellement que j’ai parfois du mal à finir de manger voir à rester à côté. Malheureusement, c’est quelqu’un de plus de 10 ans de plus que moi et je ne me vois pas du tout lui faire la moindre réflexion à ce sujet. Je vois bien que c’est son éducation qui a fait ça.

De : Lucie B.
Témoignage : Bonjour, pour moi ce sont tous les bruits de bouche mais en particulier la mastication, le bruit de salive de quelqu’un qui mange associé au bruit des aliments plus ou moins sonores dans la bouche. Il y a aussi les respirations fortes ou en tout cas audibles et répétées par exemple dans une salle de cinéma. Si ce bruit est accompagné de mouvements importants de ventre, c’est très dur à tenir. A un moment donné, je ne supportais pas le bruit que faisaient les mains d’un proche sur le volant de sa voiture qui ressemblait beaucoup à un bruit de bouche. Mais heureusement la voiture a été changée. Certaines personnes quand elles parlent en ayant soif produisent des sons mouillés et c’est aussi insupportable pour moi. Même à la radio parfois cela arrive et du coup je change de chaîne car cela devient trop obsédant. Egalement les personnes qui déglutissent bruyamment en buvant cela m’énerve au plus haut point. Je n’ai pas encore trouvé de remède et mes proches se sentent visés personnellement, ne comprennent pas. Hier j’ai fait la découverte de cette maladie et de son nom, je suis très contente de me sentir enfin moins seule… Merci!

De : Edwige B.
Témoignage : Personnellement, les bruits qui me dérangent sont les suivants :
– les bruits de bouche en général,
– le clavier ainsi que la souris,
– les aiguilles d’une horloge ou d’une montre,
– le brossage des dents,
– les gens qui s’embrassent
– les gens qui se font les ongles
– le bruit des ongles ou du stylet sur un écran tactile (smartphone, console de jeux),
– le bruit des manettes de jeux,
– le froissement d’une feuille ou d’une bouteille,
– le contact du stylo sur la table quand on écrit ainsi que le bruit des feutres et des surligneurs,
– le bruit des gens quand ils traînent les pieds ou qui marchent avec tout leur poids sur les talons,
et bien d’autres que je n’ai pas en tête, mais la liste est encore longue. Difficile en étant Misophone d’avoir une vie sociale mais il faut vivre avec et garder espoir qu’un jour un traitement soit trouvé.

De : Carine G.
Témoignage : Bonjour, Ma fille de 12 ans et demi est attente de misophonie. Elle ne veut pas manger à table avec nous car le moindre bruit de mastication (manger) la rend dans un état second (crise d’hystérie), elle se bouche violemment les oreilles. Au début, je pensais qu’elle était hostile à ses parents (crise d’ado) mais son pb est plus général et le moindre son de mastication développe chez elle une agressivité notoire même en dehors du foyer. J’ai vu que vous aviez eu une séance le 25/09 et je me demandais si des ados bien entendu accompagnés de leurs parents étaient présents. Merci.

De : Claire D.
Témoignage : Bonjour, Je souhaiterais ajouter à cette liste si exacte de sons invivables le fameux bruit de la personne qui se ronge les ongles, ou tout autre activité qui les implique. J’ai découvert très récemment que j’étais misophone, je ne pensais pas que ça avait un nom. Mais désormais je me sens soulagée de savoir que ce n’est pas juste que je suis tatillonne ou chiante, mais bien une pathologie.

De : Christelle V.
Témoignage : Le bruit qui me dérange le plus : la mastication, le bruit des chips, cacahuètes et autres croustillants passant sous les dents des autres !! j’ai aussi le bruit des chaussures qui trainent, enfin que les gens traînent !

De : Vithya M.
Témoignage : Bonjour, j’ai actuellement 21ans et je me réjouie de savoir que je ne suis pas la seule concernée par ce problème. Il y a plusieurs temps que je m’en suis rendue compte mais j’ignorais qu’il y avait un nom a ça, la misophonie…. Je ne supporte plus les bruits de mastications de maman, ça me rend dingue ! Je sens un excès de violence et je fuis. Ça m’arrive avec tous mes proches mais c’est pire avec maman ! Je me retrouve souvent à manger à l’écart mais les autres ne le comprenne pas… Quoiqu’il en soit je suis contente de savoir que je ne suis pas seule !

De : Mireille C.
Témoignage : Bonjour à tous, j’ai 55 ans et presque toute ma vie j’ai souffert de ce problème aujourd’hui j’apprends qu’il existe des gens comme moi et que ça porte un nom « misophonie ». Les bruits les plus terribles pour moi « et il y en a beaucoup! » se sont les bruits des personnes qui mangent avec grand bruit et la bouche ouverte, ceux qui respirent fort, ceux qui guobent leur soupe en aspirant fort, qui ronflent, qui machent des chewing gums toute la journée, les gens qui s’embrassent à pleine bouche en faisant bien du bruit, les bruits à répétition qui résonnent, comme un chien qui aboye sans cesse, des coups de marteaux ou de perceuse, les moteurs de voiture qui tournent à l’arrêt, les bruits genre ultra-son, une alarme, le sifflement d’un appareil élèctrique même minime, j’arrive à le repèrer alors que personne l’entend, tous ces bruit me rendent folle etme déclanche des crises de nerfs, pour tout le monde je suis la pénible de la famille et ils ne comprennent pas mon mal être et le fait que je n’arrive pas à le controler ça me déclanche des crises de larmes et je ne peux rien y faire, j’ai ce prolème depuis mon adolescence et ça empire.

De : Sophie V.
Témoignage : Je pense qu’un des pires bruits c’est celui de la mastication ou bruits de bouches. Ça paraît ridicule mais à chaque fois une sensation de haine m’envahit lorsqu’une personne produit un son qui m’insupporte même si c’est quelqu’un que j apprécie ou une personne sympathique rencontrée il y’a peu. C’est incontrôlable et je ne peux pas m’empêcher de la dévisager fixement d’un regard noir alors qu’elle ne peut pas comprendre. Il y a aussi les tapotements répétitifs des doigts sur la table ou la jambe qui ne cesse de trembler ou gigoter, je ne supporte pas les personnes qui sont incapables de rester en place sans bouger un membre de leur corps ou siffler fortement. Il y’a aussi celui qui met un temps fou pour déballer son paquet de gâteau dans le train ou son sandwich… La liste est en effet très longue et c’est très difficile de passer pour quelqu’un d’égoïste surtout quand la plupart du temps on se tait car les personnes ne peuvent pas comprendre à quel point c’est handicapant.

De : Emilie T.
Témoignage : Les reniflements (le summum!), les raclements de gorge, les toux, les autres bruits de bouches bizarres, les gens qui mangent en ouvrant la bouche, les sifflements, les chantonnements, le rongement des ongles, le bruits des doigts dans la bouche (se lécher les doigts), les gens qui crient ou parlent fort, les souffles bruyants, les bruits de pas, les bruits des voisins (claquements de portes, de fenêtres, odeurs de cuisson aussi, la musique trop forte ou télé), les chaises qui grincent au sol, les clic clic de stylo (l’horreur), les enfants qui crient dehors, les coqs qui crient toutes les 30sec, les aboiements,… Cela me torture complètement ! Je ressens de la colère même de la rage, de la violence, des palpitations, ça me rend complètement folle ! Je n’arrive plus rien à faire et il faut vite que je m’éloigne. Mes interactions sociales sont de ce fait compliquées. L’horreur: les salles d’attente ! ma vie devient invivable… Je suis la seule à remarquer ces choses, et à ne pas les supporter…

De : Zac
Témoignage : Salut à tous, je viens apporter ma pierre à l’édifice. Je vis à l’étranger depuis un an pour le boulot avec un super pote de fac, on a même monté un business ensemble. Le soucis est que comme nous démarrons notre activité nous logeons à deux dans un appart ridiculement petit. Tout se passe super sauf qu’il fait certains bruits qui me dérangent. Quand nous mangeons ensemble il fait énormément de bruit ! Certains de nos potes lors de repas le remarquent mais ils n’osent pas émettre la moindre remarque car il se vexe très vite. J’ai eu beau tenté lui dire un soir qu’il faisait beaucoup de bruit, il m’a simplement répondu : »Je sais… »! Autre bruit qu’il fait souvent mais qui me dérange c’est le craquement des doigts. Pareil je lui ai dit plusieurs fois arguant que ce n’était pas bon pour les articulations, il le fait sans cesse !!! Je ne peux pas lui dire directement car il se braque aussitôt et je ne veux pas mettre en péril notre affaire pour de telles broutilles mais ça m’exaspère de plus en plus. Je ne pense pas être misophone quant à la lecture des témoignages présents sur ce site car souvent on y lit des réactions très violentes alors que moi ça m’exaspère juste… Je suis bloqué ! Que faire ?

De : Salomé D.
Témoignage : Il y a toute sorte de bruits qui me dérange, des éternuements répété, les caintes de toux, les personnes qui font du bruits en mangeant, les personnes qui se mouchent, les personnes qui  fredonnent, etc. Je m’énèrve en entendant beaucoup de ces bruits (et d’autres)…  Je l’ai appris vers mes 14ans, je n’ai trouvé aucunes astuces pour l’instant

De : Maxime V.
Témoignage : Je suis soulagé de pouvoir mettre un nom sur ce calvaire du quotidien. La liste est longue. Au cinéma, je m’isole au 1er rang pour éviter le bruit intolérable du pop corn. Le bruit d’un baiser. Le chat qui se lèche, les raclements de gorge… Je rajouterai que les odeurs d’autrui produisent en moi le même effet de rejet et d’énervement : le sandwich englouti par mon voisin dans le train etc

De : Sonia L.
Témoignage : Tous les bruits de bouche, les respirations, ronflements, toux, reniflement, chant de coq, horloge, pieds qui trainent, sifflements…

De : Odélia L.
Témoignage : Depuis toujours j’ai du mal à supporter les bruits de bouche en mangeant mais depuis 2 ans c’est pire que ça le moindre bruit durant le repas de mastication, de couvert, de glutination, d’aspiration me paraissent insupportables et me rendent HISTERIQUE ! du coup je n’aime manger que toute seule…  Et depuis au fur et à mesure du temps, je m’aperçois de nouvelles hantises : celles des bruits inutiles de chaussures sur le parquet, de personnes qui chantent faux ou trop fort… Étonnement, je tolère certains bruits qui dérangent la plupart des gens comme celui des aiguilles d’une montre. Au début, j’accablais tout mon entourage de reproches en leur disant qu’ils étaient mal élevés mais finalement je me dis que je ne peux pas changer le monde et que c’est moi qui doit apprendre à supporter tout ces bruits. Actuellement, je ne vois pas comment parce que malgré tous mes efforts cette gène ne fait que s’empirer mais en voyant que je ne suis pas là seule j’espère que des solutions vont apparaître !

De : Amandine L.
Témoignage : Bonsoir, je suis tombée sur ce site par hasard et je pose enfin un nom sur ma souffrance.
J’ai découvert cet aspect de ma personnalité quand j’ai eu 18 ans. Je me suis installée seule et j’ai découvert la joie des studios étudiants. Je pouvais entendre mon voisin faire tout et n’importe quoi. Manger, rire, tousser, faire l’amour, parler, hurler, regarder un film, j’en passe encore et encore. Dans la journée, cela ne me posait pas de problème mais à partir du moment où j’allais me coucher, l’enfer commençait. Je devenais comme un radar, entendant tous les bruits, j’en pleurais la plupart du temps. Quand je suis rentrée chez moi, je ne pouvais plus supporter un seul bruit. Mes frères dorment dans la même chambre et je suis obligée de me relever plusieurs fois pour leur dire de faire moins de bruit, même quand il chuchote je les entends. Ma mère et mon petit frère ont des problèmes de sinus et ils sifflent du nez chaque fois qu’ils respirent. Je ne pouvais plus supporter le bruit de respiration de mon ancien petit ami la nuit. C’est un véritable enfer au quotidien, j’essaye de me contenir mais la plupart du temps je suis obligée de faire des remarques, que mon entourage ne comprend pas et ne prends pas en compte.

De : Eric C.
Témoignage : Les bruits sont surtout les touches du clavier d ordinateur et le bruit de la cuillère qui frotte le pot de yaourt même quand il ne reste qu’une infine denrée sur les parois.

De : Linda L.
Témoignage : Hello, ravie de voir que je ne suis pas si folle que ça. Ce que je ne supporte pas : tous les bruits avec la bouche (mastication, chewing gum, ceux qui parlent et font du bruit bizarre en même temps), quand des filles tapent leurs ongles sur la table, le bruit du clavier, le Bic 4 couleurs, le bruit des bisous, ceux qui chantonnent, le bruit de ceux qui se grattent, ceux qui boivent et j’entends le bruit du liquide qui passe dans la gorge… Ça devient insupportable même pour mon entourage !!

De : Isabelle D.
Témoignage : Mes « triggers » se rapportent exclusivement à ma mère. Je déteste la voir bouger nerveusement, entendre sa mastication, quand elle renifle, se gratte la gorge, se mouche (particulièrement fort), se cure les dents, parle la bouche pleine… Je culpabilise.
Je suis contente de savoir ce que j´ai, et que je ne suis pas seule. Le fait que ce soit uniquement ma mère me culpabilise. J´ai des comportements d´évitement, j´évite de la regarder quand elle mange car j´ai peur de voir de la bouillie d´aliments dans la bouche. J´évite de me mettre à côté d´elle à table. Quand je suis en visite chez elle, je suis parfois super tendue, j´ai envie de crier « Tu m´horripiles avec tes bruits de bouche! ». C´est désagréable, c´est fatiguant, voire épuisant, c´est culpabilisant, chaque bruit de bouche de sa part est comme si on m´enfoncait des punaises dans la main.

De : Orthelye
Témoignage : J’ai decouvert que j’avais cette maladie à l’âge de 12 ans je n’ai que 13 ans maintenant mais je vie un véritable enfer. Mes 2 freres ronflent, je ne suporte pas. J’essaye de rester calme mais c’est dur puis il y a aussi les bruits quand on mange la bouche ouverte. A mes proches je leur dis clairement de fermer la bouche. Je ne supporte pas, je bouillonne j’en peux plus. Ils disent que c’est dans ma tete et ils n’arretent pas pour autant donc je pleure, je pars de la piece. J’en souffre vraiment. Si vous connaissez quelque chose pour que ça s’arrete, je prends. C’est plus qu’un enfer.

De : Cécile D.
Témoignage : Les reniflements et le hoquet…

De : Francis V.
Témoignage : Depuis l’enfance je ne supporte pas les sifflements, surtout ceux produits par les humains. Ces bruits me percent les tympans et résonnent dans ma tête. Certains provoquent une vraie souffrance.

De : Sébastien C.
Témoignage : Salut, j’ai 18ans et je pense souffrir de misophonie depuis environ 1 ou 2 ans. En effet, j’ai remarqué, et mes proches me l’on fait remarquer aussi, que je pouvais avoir des réactions très fortes voire « violentes » face à des petits bruits, sons banals du quotidien. Par exemple, un simple éternuement un peu prononcé va me faire adopter une gène notable et une envie difficilement camouflable de littéralement en coller une à la pauvre personne ayant eu le malheur de subir ce mouvement involontaire et convulsif des muscles expirateurs. Je tente tout de même de garder mon calme, (je ne suis jamais allé jusqu’à frapper quelqu’un), mais je dois admettre qu’une fois, alors que je dormais dans la même chambre qu’un ami, qui malencontreusement s’est mis à ronfler, je me suis surpris à ressentir une haine intense, à frapper le sol à coups de poings et presque pleurer de colère. Tout cela pour un simple ronflement quoique dérangeant. Les bâillements, et autres bruits de mastication me font aussi le même effet, qui est encore plus fort vis à vis de mes proches (parents, sœur). D’ailleurs je n’hésite pas à le leur faire remarquer et on dirait qu’ils comprennent quelque peu la situation, car ils tentent de faire des efforts. Pour finir, je dois indiquer que la fatigue accentue ma « misophonie » (je ne sais pas si j’y suis vraiment sujet), tout comme lorsque je me lève le matin.
Si quelqu’un à un truc, astuce, remède ou traitement je suis prêt à tester, car j’ai peur qu’à l’avenir cela empire et empiète sur ma vie.

De : Eva B.
Témoignage : Salut, j’ai 13 ans et cela fait plus de 3 ans que je suis misophone, cela à commencer avec les bruit de bouche, j’étais très gênée de demander aux autres de faire moins de bruits, du coup je stressais beaucoup. Après il y a eu les bruits du tic tac de l’horloge , j’étais obligée d’enlever les piles quand je dormais, et maintenant ce sont les bruits de respiration qui sont apparus. J’ai limite les larmes au yeux quand j’entends des gens respirer fort, mâcher la bouche ouvertes. J’ai les poings fermés, je sers les dents…
J’espère vraiment qu’un remède puisse exister, je suis déjà soulagée de ne pas être la seule, à l’heure où je vous écris, mon père ronfle, je l’entends de ma chambre et je suis au supplice !!!

De : Soulez
Témoignage : Cela fait onze années que j’entends les gens qui sont a coté de moi respirer cela m’insupporte et les entendre manger boire un liquide. Je suis malheureuse que faire a table tous les gens me dérangent. Le pire c’est d’entendre ce que disent les gens qui sont a une distance de moi c’est très dérangeant. Chez moi je mets de la musique pour ne pas entendre le dialogue de mes voisins. HELP HELP HELP

De : Chacha
Témoignage : Bonjour, je suis une trés grande misophone depuis mon enfance je souffre des bruits que peuvent faire certaines personnes. Étant étudiante je suis confrontée tous les jours à ces bruits , je ne supporte pas le bruit du crayon à papier, des reniflements, lorsqu’une personne avale… les gens ne comprennent pas pour eux on est juste entrain de chipoter et c’est énervant car je ne le fais pas exprès.

De : Julie
Témoignage : J’ai découvert que j’étais misophone très tôt quand j’avais 12 ans. Cela a commencé avec les bruits de bouche de mon grand frère qui me gênaient terriblement et qui me provoquaient une grande crispation, une envie de partir de la pièce. C’est ensuite mon père avec qui j’ai beaucoup de mal à supporter ses bruits de bouche. Je fais exprès de partir plus tôt du dîner pour prétexter un devoir que je dois finir quand il commence à manger sa pomme bien croquante au dessert. Je suis pas très bien dans cette situation car il m’est impossible de tenir une conversation quand mon père mange alors que les discussions peuvent vraiment m’intéresser. Chaque repas est un défi avec lui. Je ne veux rien lui dire çar cela le blesserait. Difficile d’en parler à mes proches. Une fois j’ai avoué à ma mère et c’était compliqué car c’est leur reprocher un mal qu’ils me font sans le vouloir… C’est très dur d’en parler sans paraître « folle » quand moi-même il est évident que je dois faire des bruits ! Ma mère m’a tout de même un peu comprise mais le problème n’est pas réglé et un psychologue ne me dit rien du tout…

De : Zuzue
Témoignage : Je ne supporte PAS (rien que d’y penser ça me rends folle) : les bruits de bouche et tous les bruits quand une personne mange (repas de famille, émissions télé sur la cuisine, le pire c’est le matin au petit déjeuner), le bruit d’une cuillère dans une tasse de café, les raclements de gorge ou autres bruits de gorge. 
Je m’irrite immédiatement en quelques secondes, je suis dans un état de stress intense. Obligée de quitter la pièce, voir la maison, partir le plus loin possible et surtout écouter autre chose pour oublier. Je ne sais pas si c’est lié, mais j’ai aussi beaucoup de mal à me concentrer sur un bruit quand il y en a beaucoup d’autres. Par exemple, j’ai beaucoup de mal au téléphone, je comprends pas trop ce qu’on me dit, et je n’arrive pas à comprendre la télé quand il y a d’autres bruits. Est-ce que ça peut etre lié ? Je viens aujourd’hui seulement, a 27 ans de trouver ce mot et cette explication de la misophonie. Merci pour vos témoignages (même si ils sont assez stressants 😉 ) Courage à tout le monde. Pour ma part, j’en ai marre d’être considérée comme une névrosée (et de me sentir comme ça) !

De : Camille LB
Témoignage : Je viens de découvrir ce trouble, j’ai 34 ans. J’ai de la chance car peu de bruits m’énervent : en premier, la respiration de mon mari la nuit, ça peut être infernal pour moi, je bloque dessus, impossible de m’endormir même en étant épuisée. Ensuite, les bruits de basse dans les soirées, le « boui boum boum » lointain que seule moi perçoit dans ma famille et qui me rend dingue. Enfin, et c’est moindre, les bruits que fait ma fille quand elle machouille les bouchons de ses stylos. Aucune astuce malheureusement.

De : Marion D.
Témoignage : J’ajouterais les bruits de salive, les marmonnements, les bruits de pas excessifs (allers-retours incessants), la fourchette qui passe sur les dents. Et les cellophanes et autres emballages alimentaires bruyants.

De : Jeanne B.
Témoignage : Je ne me souviens pas quand ça a commencé, j’ai  20 ans, comme tout le monde je ne supporte pas les bruits de mastications, de toux, d’éternuement, de moto et j’en  passe mais s’il y a bien un son qui me pourri la vie ce sont les bruits d’ongle (lime, claquement, se gratter..) quand j’étais  jeune mes amies ne me croyaient pas et s’amusaient à se craquer les ongles, çà me faisait hurler ou même pleurer. Ma famille ne me comprend pas et je suis le problème donc je dois sortir de la salle si je ne suis pas en accord avec les sons… bref ça me pourri la vie. Je n’ose pas en parler à mes nouvelles rencontres et je dois contenir mon bouillonnement intérieur pour ne plus passer pour une folle quand les bruits me déplaisent.

De : Marie R.
Témoignage : Les bruits qui me dérangent le + sont les bruits de respiration.

De : Sébastien P.
Témoignage : Quand quelqu’un mange ou boit. Le bruit d’un paquet de bonbon au cinema, quelqu’un qui va faire craquer ses os, quand on coupe ses ongles au coupe ongle,….
Je pourrais en citer plein. Cela genere chez moi une reaction de colere spontanee. J’aime pas mes reactions car elles font du mal à mon entourage…  Je découvre ce soir le terme de misophonie. Je mets un mot devant ce que je vis depuis tant d’annee. Ca me rassure. Je suis une therapie depuis plus d’un an pour ce probleme.. J ai du mal à m’en sortir

De : Vanessa
Témoignage : J’ai 37 ans et je viens aujourd’hui de poser un nom sur ce qui me pourrit la vie depuis des années. Alors c’est bien, ça a un nom, cool… et je fais quoi maintenant ? Il y a plein de bruits que je ne supporte pas. Les bruits de bouche (croquer, mastiquer, siffler, lécher, sucer, aspirer…) tout ce qu’il est possible de faire avec une bouche !! Mais s’il n’y avait que ça… Je ne supporte pas les respirations fortes, les ronflements, les reniflements, qu’on se rogne les ongles, plein de bruits, même certains auxquels on ne pense pas. Je crie, je hurle en m’attrapant les oreilles, je ferme les yeux et je chante parfois pour que le bruit s’en aille de ma tête. Encore plus fort, parfois les bruits sont inévitables quand on mange et je ne supporte pas mes propres bruits ! Ils sont amplifiés à l’intérieur de moi et je m’énerve toute seule… C’est horrible, je vis ça au quotidien, c’est une réelle souffrance, pour moi comme pour mes proches car je m’énerve sur eux, je ne supporte même pas le bruit de mes enfants ou de mes animaux ! Pourtant je les adore… Là mon chat est en train de se lécher, il doit le faire exprès parce que je suis en train d’écrire ce commentaire… Je deviens folle sur place. Pitié, une solution !!

De : Yamine
Témoignage : Je suis rassuré de voir que je ne suis pas le seul et que je ne suis pas possédé par je ne sais quel force car le bruit de bouche de quelqu un qui mange me change je deviens nerveux voir enragé : c est un bruit que je HAIE!!!!! qui me rend dingue.

De : Gilda G.
Témoignage : Par excellence, les bruits stridents ou à résonances sonores dans un lieu confiné (dans un bus, un bébé qui pleure, la mère qui ne dit rien mais aussi le bruit trop fort de la télévision, de la musique… C’est tout nouveau. Je stresse beaucoup de par la fibromyalgie (maladie aussi méconnue) après un AVP avec traumatisme crânien & épilepsie. J’ai l’air continuellement de me plaindre, je souffre en silence. Ici & maintenant, je peux le crier… j’ai trouvé un nom à une partie de mon mal-être. Merci

De : Priscilla M.
Témoignage : Je ne supporte vraiment plus le bruit d’un clavier mais que les autres font, c’est un peu étrange, lorsque je « tapote » sur le mien pas de soucis, je le fais en légèreté et aucun problème, mais mon collègue par exemple qui utilise son clavier comme un « barbare » je ne supporte vraiment plus ce bruit. Les cris persan aussi ou encore certaines voix. Les sons aiguës tel qu’une alarme par exemple, ou certains sons à la télévision, les sons forts me sont également insupportables. Pour la télé c’est simple je diminue le son, ou change de poste, pour les alarmes je m’en éloigne, par contre je ne peux pas me débarrasser de mes collègues :-), si quel’qu’un a une astuce merci de la partager 🙂 !

De : Mathilde A.
Témoignage : J’ai actuellement 16 ans et je constate depuis quelques temps que certains bruits me sont insupportables notamment ceux liés aux repas comme par exemple quelqu’un qui se lèche les doigts, qui parle la bouche pleine, qui boit en faisant du bruit, même le fait d’entendre quelqu’un avaler m’insupporte ainsi que d’entendre une personne mâcher un chewing gum… Le plus difficile c’est le soir en famille, des fois je quitte la table avant même de commencer le repas tellement je redoute les bruits et je me renferme petit à petit je ne sais plus comment faire pour faire abstraction.

De : Catherine F.
Témoignage : Ma mère semble souffrir de misophonie d’après la nosographie s’y rapportant. Depuis une vingtaine d’années elle se plaint d’entendre la nuit des bruits dans les murs et tuyauteries de son immeuble, qui les répercutent. Ça a d’abord été les grincements de la machinerie d’ascenseur après que des travaux de réfection aient été faits. Puis ça a été tous les bruits d’écoulement et de vibration de machines (à laver par exemple). Ma mère dit que ces bruits lui font des palpitations, notamment dans sa valve cardiaque qui est une prothèse. Ils la réveillent en sursaut, son sommeil est donc constamment haché, avec des périodes d’insomnies d’une heure ou plus entre chaque réveil (parfois 4 fois dans la nuit). Elle change de lit (de chambre) au cours de la nuit selon les bruits. Les boules Quiès empirent les vibrations. Elle a développé une posture paranoïaque vis à vis de son voisinage, puis de toute la copropriété à qui au début elle a exposé son problème mais qui n’a pas réagi. (Personne n’est gêné par les bruits que ma mère insupporte.) Elle passe donc pour une originale un peu folle et s’est renfermée dans une grande solitude. Elle ne croit pas à une solution, et je suppose qu’elle refusera l’étiquette de « misophone » (car maintenant, finalement, les bruits sont le support d’une haine des autres dont elle ne peut sortir). Je précise par ailleurs que mes frères et moi-même, ainsi qu’une de mes filles, avons une oreille très « fine » et une aptitude à la musique. Y a-t-il d’autres témoignages concernant les bruits de tuyauterie et vibrations d’immeuble ? Merci de votre lecture et de vos éventuels commentaires.

De : Fanny H.
Témoignage : Bonjour ! Je viens de taper sur google « le bruit que mon chat fait en se lavant m’insupporte » car me pensant folle je voulais voir si j’étais la seule à péter les plombs face à ce bruit, et je suis tombée sur ce site… ! Je serai donc misophone.
En effet quand j’entends le chat se laver ça m’énerve et me fait des sensations bizarres dans le corps, alors je l’embête pour qu’il arrête ou fasse ça ailleurs le pauvre.
Mais c’est également le cas quand j’entends des bruits de papiers plastiques, quelqu’un faire du bruit en mangeant (c’est pas maîtrisable, je sermone mon neveu de 8 ans a chaque fois et ça me rend triste!!!), mais aussi je ne supporte absolument pas d’entendre de l’activité humaine quand je suis chez moi, bruits de pas, voix, bruits sourds… et évidemment j’ai toujours le chic pour vivre dans des lieux mals isolés malgré moi !! Mon copain n’entend jamais rien, et moi je ne peux plus dormir depuis des années sans mes boules quies.
Bref, je me joins à cette communauté, et je vous dis à tous bon courage, c’est vraiment difficile, et on passe pour des gens agressifs et maniaques tout le temps alors qu’en fait ça n’est pas ça.

De : Cassandra
Témoignage : Moi c’est les bruits de bouche, le plus souvent a table ou quand quelqu’un mâche un chewing-gum. J’ai beaucoup de mal à vivre avec et j’ai du mal à en parler à mes amis de peur qu’ils ne comprennent pas et se moquent. Et j’ai du mal à table le soir avec ma famille, le midi à la cantine ça va car le bruit atténue beaucoup ! J’ai du mal à me contrôler je m’énerve ou je pars mais le plus souvent je me dépêche de manger pour partir le plus vite possible.

De : Virginie V.
Témoignage : Eternuements forts, le rabot électrique, certains sons de voix, la télé trop forte, les sifflements aigus, les ronflements… ça me rend dingue , je me mets en colère contre la personne responsable c’est terrible. J’ai 48 ans, je crois que ça a commencé à la trentaine mais maintenant je sais que je ne suis plus seule et je ne suis donc pas folle !!!!!

De : François
Témoignage : J’ai découvert que j’étais misophone à 16 ans. Les bruits qui m’énervent le plus sont en général : quand une personne mange, quand elle mâche sa nourriture même si elle a la bouche fermé ou encore quand quelqu’un ronfle ou que son ventre gargouille (ouais c’est bizarre). Quand j’entends ces sons ça m’énerve énormément et j’ai envie de péter un câble…

De : Maria K.
Témoignage : Les bruits qui me dérangent le plus sont : Les bruits de froissement de paquet de chips, c’est quelque chose d’insupportable je ne peux pas m’empêcher de gueuler quand j’entends ça, la télévision à un niveau sonore élevé, c’est quelque chose que je déteste et les personnes qui parlent forts, c’est horrible quand ça arrive. Le pire, c’est quand c’est au téléphone ou quand elle rit.

De : Lev
Témoignage : Donc ma première réaction est de regarder la personne pour vérifier comment le bruit est produit. Ensuite elle me reregarde et me dit ‘quoi?’ Je fais semblant que rien ne se passe. Quand le bruit m’agace trop je répète et imite le bruit pour ne pas l’entendre de l’autre personne. C’est horrible et quand la famille ne nous comprend pas et ne veut pas essayer de faire un petit pas c’est très insupportable.

De : Laura T.
Témoignage : Les bruits de mastication, de déglutissaient, les cliquetis d’ordinateurs, les papiers que l’on froisse, les réputation très fortes…

De : Elodie T.
Témoignage : Cette maladie a débuté dés mon enfance, vers les 8-9 ans, par des petits bruits sourds :les tic-tac d’une horloge, les bruits de pas, la gouttelette du radiateur : Impossible de dormir ! Ces sons résonnaient dans ma tête en répétition, un vrai enfer pour dormir. A cette époque j’arrivais à canaliser ma colère mais plus je prenais de l’âge, plus je succombais au désir de m’extérioriser. J’ai découvert ma haine pour les mastications et le raclement des dents sur la fourchette à table avec mon frère. Lui, il ne comprenait pas pourquoi j’en faisais tout un cirque, même il s’en moquait et moi ça m’énervait encore plus au point de l’insulter de tous les noms. Mon frère est la personne qui me donne trop d’ effets, de réactions, je ne peux pas me contrôler. Avec ma mère c’est pareil, quand elle mâche un chewing-gum, je l’interrompt directement, c’est un calvaire psychique. J’ai l’impression qu’à tout moment le bouchon qui sert à retenir mes colères va céder sous tant de pression. Et j’aime pas montrer mes états d’âmes surtout ma colère, on risque de me juger d’hystérique et de nature je suis calme et réservée. Au fil de mon existence, à 14 ans, j’ai découvert une puissante haine pour les reniflements et la toux, impossible de les ignorer sauf si j’ai la force de faire un effort mais c’est dur, dans ces conditions là, à la rue ou à l’école ou même à la maison, les réactions sont les mêmes. Regard noir à la personne concernée, une pression colérique prête à éclater, un silence mort. Et quand je montre ma gêne à mes amies ou à mes parents, ils ne les prennent pas au sérieux, ils croient que j’ai un problème. Cela me fait souffrir et ça créé des conflits absurdes. Et des fois, j’ai l’impression que les gens reniflent et toussent à cause de ma présence, comme si j’étais toxique mais je sais que j’ai beaucoup d’imagination… Récemment, j’ai découvert un nouveau bruit dérangeant et infernal : l’aboiement de mon chien. Quant il aboie, rien que le son résonne dans mon cerveau et je prie pour qu’il arrête d’aboyer…

De : Youri
Témoignage : Salutation, je suis un garçon de 19 ans et depuis l’âge de 9 ans à peu près je ne supporte pas mon frère quand il parle avec une voix trop douce, qui laisse paraître quelque petits bruits pâteux, ça m’insupporte et je deviens un véritable casse bonbon. Cependant ce genre de son m’apaise quand ils viennent d’une femme, du coup je me dis que l’idée d’être détendu par la voix de mon frère m’est inconcevable, peut être une rivalité, j’en sais trop rien mais je suis presque impuissant quant à mes réactions, et pour les dernières années que je vais passer en compagnie de mon frère avant que nous quittions le foyer familial j’aimerais cesser ce calvaire, des témoignages similaires me serait précieux, merci d’avance.

De : Laura E.
Témoignage : Je vois beaucoup de personne qui ont ce problème lié directement à la mastication. Pour ma part le son qui m’est le plus insupportable c’est d’entendre quelqu’un respirer trop fort, ou meme respirer tout court (une personne qui respire normal ça s’entend pas !!! >< ), les ronflements, ou même d’entendre un chien se lecher ou lecher quelque chose, et pour finir quelque chose d’un peu spécial… Les musiques qui mettent trop de temps à commencer (son aigüe ou autre, qui se répète répète et répète, souvent dans les musiques de techno.)

De : Lisa
Témoignage : Bonsoir, j’ai 18 ans et suis misophone depuis au moins 3 ans. Les bruits qui m’horripilent le plus sont les bruits de mastication (chewing-gum, mâcher la bouche ouverte…), les respirations fortes, les sifflements (tout se qui attrait à la bouche je pense).
Cependant j’aimerais savoir s’il vous arrive de faire certains bruits que vous avez en horreur comme ronfler ou mâcher bruyamment ? (étant donné que l’on ne s’entend pas forcément, il n’est pas possible d’être gêné par ses propres bruits)

De : Olivier V.
Témoignage : J’arrive avec les années à faire abstraction de bruits de bouches ou d’objets divers. Le seuil de tolérance est si la personne le fait consciemment ou pas. Le ronflement par exemple étant une action inconsciente de la personne, je prends sur moi et modère mon énervement. Par contre pour tout le reste (et dieu sait si il a beaucoup de bruit répétitif agaçant) j’avoue que j’ai du mal. En fait je ne comprends pas que la personne en face ne comprenne pas qu’elle dérange ou qu’elle et mal éduqué, c’est du savoir vivre merde ! Mastiquer des cacahuètes la bouche grande ouverte de façon continue ou renifler sans cesse sans se moucher pour autant c’est du manque de respect total. J’ai toujours su que c’était une maladie sans jamais pouvoir l’a nommée. Les fois où j’ai essayé d’expliquer aux personnes concernées ce mal, j’ai été confronté soit à de la moquerie mettant en avant que j’étais pas normal, soit des personnes vexées qui font encore plus de bruit pour m’énerver. Ou alors certaines ont compris mais pas mis en application la discussion évoquée (ce qui énerve encore plus). Heureusement qu’il existe suffisamment de personnes qui ont un comportement civilisé, il suffit de faire le tri. Surtout que au final ces personnes sont souvent sans gènes et pas forcément altruiste, et donc pas une grosse perte au final.

De : Sylvain D.
Témoignage : Ce sont principalement les bruits de bouche qui me dérangent : mastication la bouche ouverte, aspirer au lieu de boire, parler la bouche pleine + reniflement, claquement des couverts… Le pire ce sont les pommes, la soupe, la purée aspirée (hum!). Le verre d’eau avec le « aah » de satisfaction après… Rien que de l’écrire et y penser m’énerve un peu ! Ce que je déteste aussi, ce sont les matières plastiques ou le paquet de chips triturés pour rien. A noter quand même : je suis plus irritable le soir ou après avoir écouté de la musique, et je tolère très bien les bruits de mastication chez un jeune enfant… parce qu’il ne le fait pas exprès ! Si certains adultes savaient simplement se montrer poli ou respectueux, ça m’épargnerait quelques crises de nerfs.

De : Heidi G.
Témoignage : Bonjour, dans le sondage je n’ai pas trouvé le bruit qui m’agace le plus, le bruit d’un récipient qui se remplit comme un verre d’eau ou une tasse a café… Du coup je bois tout le temps à la bouteille ! Voilà 😉

De : Laurence F.
Témoignage : Je ne supporte pas les bruits humains, en commençant par la mastication, la déglutition. Ensuite il y a la respiration, le raclement de gorge, le fait d’entendre renifler trop souvent, les éternuements… Certains bruit répétitifs m’agacent prodigieusement, comme d’entendre un stylo gratter du papier un peu trop fort, j’ai l’impression que je n’entends plus que ça ! Je n’arrive pas à gérer le choses, alors je suis entrée dans une spirale infernale, je me bouche les oreilles, je mets des écouteurs, je m’en vais d’un lieu où quelqu’un va boire… C’est usant et déprimant, Ca me bouffe la vie.

De : Dominique
Témoignage : Aux longues listes que j’ai pu lire, et dans lesquelles je me retrouve tellement, je rajouterai également les gens qui marchent en trainant des pieds… Quand je fais mes courses, j’ai presque envie d’intervenir pour leur demander de lever leurs pieds quand ils marchent… mais ça ne se fait pas n’est ce pas ?!!! Quel soulagement de voir que je ne suis pas seule à contenir cette colère. Et parfois, je n’y arrive pas, j’explose, et malheureusement, c’est mes proches qui subissent. J’ai peur en plus d’avoir transmis cette phobie à mon fils qui commence à s’énerver quand il entend sa sœur manger, il ne veut plus prendre son goûter avec elle. Est-ce que c’est par mimétisme par rapport à moi ? Je ne saurais pas le dire. S’il existe un moyen de ne pas subir tout cela ;  je suis preneuse… Bon courage à tous

De : Céline V.
Témoignage : Je suis très embêtée, mon homme fait plein de bruits : 5, 10 mn, ça va ensuite l’agacement arrive et monte crescendo et je n’arrive plus à le regarder avec amour.
Le bruit N°1 que j’aimerais ne plus entendre, c’est le rongement d’ongles avec le bruit du mouillé, presque de la succion… je me contrôle en me concentrant ailleurs, en respirant profondément… puis je m’éloigne sinon ma pression monte, mon coeur s’accélère. c’est horrible je me sens anormale malgré les nombreux témoignages. Ensuite viennent d’autres bruits : reniflements ( horrible!!!), une respiration forte, sifflante, un bruit répétitif (jeu avec un objet, tic tac horloge…) craquements de doigts…

De : Fidji
Témoignage : Moi je suis misophone depuis que j’ai 7 ou 6 ans. J’étais en train de manger et j’ai dit à mes parents d’arrêter de faire du bruit quand ils mangent. Plus les semaines passaient, plus j’avais envie de casser des choses car ça m’énerve et mon père m’a mis un casque sur la tête et maintenant je le porte. Là j’ai 12 ans bientôt et c’est un enfer pour moi d’essayer de ne pas manger sans mon casque j’ai pensé a l’hypnose svp aidez moi

De : Adelia
Témoignage : Les bruits qui me gênent le plus sont tous les bruits qui sont liés à la bouche, des gens qui se récurrent les dents devant moi, les bruits de chaises qu’on traîne par terre, les gens qui baillent fort sans mettre la main devant la bouche, les gens qui se coupent les ongles, le raclement de gorge, le sifflement, les gens qui chantonnent, les gens qui reniflent, les claquements de porte, les gens qui parlent fort, les gens qui battent la mesure avec pieds, mains, les gens qui tournent les pages forts. Il m’est impossible de dire quel est le bruit qui me dérange le plus car tt ce que j’ai cité provoque chez moi de l’angoisse, du stress, de l’énervement, de la colère, l’envie de pleurer. Parfois, je stresse avant même que cela n’arrive car je sais que cela va arriver.

De : Hanane R.
Témoignage : Bonjour, je déteste les bruits de machoires. Le soucis c’est que mon père quand il mange à n’importe quel moment j’en souffre… Quand il ouvre sa bouche en mangeant en machant : les nerfs. Je n’ai envie ni d’entendre ni de voir… j’augmente souvent le volume de la télé quand je suis en famille… Après y’a d’autres sons: les toilettes… je deteste aussi… Ma famille disait toujours que je ne suis pas normale que je devrais vivre dans une planete toute seule et que personne ne me supportera ! Mais heureusement je suis tombée sur ce site… je me sentais unique ! Je continue toujours à souffrir des bruits de bouche et des façons de manger horrible qui me dégoute !!

De : Balduzzi S.
Témoignage : Bonjour, j’ai 32 ans et c’est grâce à mon mari que je viens de connaître la misophonie et je pense en être atteinte !!!! En effet, pour moi le pire bruit c’est les sifflements
Je ne supporte carrément pas du tout. Je demande à la personne d’arrêter directe, même si je la connais presque pas, si c’est en public je pars plus loin, ce bruit me donne des maux de tête instantanément,  je hais la personne, j’ai des pensées horribles, très tordues quand la personne siffle. Mais j’ai aussi ça avec d’autres bruits (mais je peux me contrôler quand même, si c’est la famille ou les amis je leur demande gentiment d’arrêter) exemple de bruit :
La mastication, les personnes qui mangent la bouche ouverte, un chien qui se lèche, les musiques/bruitages des jouets d’enfants ( j ai 2 enfants 8 et 6 ans), les répétitions fait pas les enfants (horrible). Mais j ai d autres choses en dehors des bruits : Je ne supporte pas qu’on me tienne serrée, je ne supporte pas qu’on me respire dessus, il y a aussi des odeurs que je ne supporte pas. J’ai des bruits qui me calme au plus haut point LE RONRONNEMENT de mes chat, le battement de cœur. Je suis une personne très stressée, angoissée et speed, qui peut s’énerver très très vite et après je suis amorphe, vide et la je me transforme en vrai loque. Et voilà le fait d’écrire tout cela est un déclic.

De : Nattaly
Témoignage : J’ai 38 ans et je ne supporte aucun bruits de bouche que ce soit pendant les repas ou chewing-gum des autres ou même juste « la bouche qui colle » chez certains notamment les personnes âgées… J’ai ça depuis mon adolescence… Je ne dirai pas que c’est une forme de mal être mais ce problème, qui s’aggrave dans le temps, me fait inviter ou pas certaines personnes car je sais d’avance que ce sera un calvaire même si j’apprécie cette personne… Mon entourage proche est bien sûr au courant j’ai même réussi avec le temps à en contaminer certains ! Pas à mon niveau heureusement pour eux ! J’ai mis un mot sur mon « mal » que depuis quelques années même si cela ne change rien au quotidien, je me sens soulagée de ne pas être la seule… Au point parfois de me demander si je dois aller voir un psy pour savoir ce qui cloche ! Mon mari et mes enfants doivent vivre avec ça et ce n’est pas facile tous les jours pour eux… Bon courage à tous !

De : Lucie
Témoignage : Les chips, quelqu’un qui craque une chip entre ses dents pas juste une mais une poignée alors là je suis à terre, ça m’énerve, non m’irrite, non m’agresse au plus haut point. Il y en a d’autres mais celui-là pu capable. Il y a quelqu’un de mon entourage qui en mange tous les jours mais comment endurer ? Pas endurable. Je mets des écouteurs mais trop tard le bruit est entré dans mes oreilles… je vais devenir folle.

De : Laura C.
Témoignage : Sans hésitation le pire pour moi est le reniflement. Ensuite les bruits de bouche, les raclements de gorge, les respirations fortes, toux répétitives… Toujours des bruits venant de l’humain. En ce moment même sur mon lieu de travail quelqu’un se racle étrangement la gorge toutes les deux minutes…

De : Esther Z.
Témoignage : En plus de tout ce qui a été dit, je hais lorsque quelqu’un se gratte la gorge (de l’intérieur), lorsqu’on lèche une glace. Je deviens folle !

De : Mélissa V.
Témoignage : Bonjour moi les bruits que je ne supporte pas sont les bruits de mastication, reniflement, raclement de gorge, les bruits répétitif comme le tic tac d’une horloge, le bip bip dans les voitures, le cri d’oiseau. Mais aussi les gens qui parlent trop, qui rigolent fort,.. j’aime être au calme.

De : Carole C.
Témoignage : Pour moi les bruits qui me dérange le plus c’est quand une personne joue avec son change dans les poches, le cliquement d’un crayon a bille, le sifflement, ou encore cogner une bouteille d’eau ou autre contre une meuble, (du bruit inutile) ça m’empêche d’écouter ce que mon interlocuteur a à dire, je n’ai aucune concentration.  Ma solution je leur demande d’arrêter tout simplement.

De : Isabelle M.
Témoignage : Mastications, deglutitions, toux, tics de langage, hurlements, engueulades dans la rue, bruits et rumeurs de foule, objets qui chutent, personnes qui chantent ou sifflent sur chanson passant à la radio, bruits parasites divers, mais ce qui me rend quasi folle (voire agressive), ceux qui « bouffent » au cinéma : bruits de mastication, de papiers cellophanes chiffonés, de pop-corn farfouillés, etc (sans compter parfois les odeurs venant des goinfreurs de hamburgers et autres sandwiches épicés. Mais qu’ont-ils donc à venir bâfrer au cinéma ? ) Sans compter ceux qui y vont de leurs commentaires pendant le film. . Pour éviter les embrouilles et d’éventuelles altercations, je change de place sans un mot mais ma soirée est gâchée.

De : Serena123
Témoignage :

Les bruits qui me dérangent le plus sont :
– Reniflements répétés
– Respiration sifflante
– Fourchette qui claque et râcle sur les dents de devant
– Déglutition bruyante
– Pieds nus qui marchent fort sur le sol en appuyant sur les talons
– Mastication de chewing-gum bruyante (bouche ouverte)
– Bruit de télé trop fort quand ce n’est pas moi qui la regarde
– Les gens qui parlent trop fort

De : Caroline C.
Témoignage : Tous les bruits de bouche, le chewing-gum en n°1, une respiration forte, des reniflements, quelqu’un qui mange un yaourt… mais aussi le bruit de mes voisins qui parlent (très) fort et rigolent bruyamment (en espérant que ce soit bien là-aussi la misophonie).

De : Esther S.
Témoignage :Bonjour, j’ai 27 ans et j’ai enfin mis un nom sur cet « état » il y a moins d’un an.
Cela a commencé il y a 7 ou 8 ans avec un agacement certain pour les personnes traînant des pieds dans la rue ou mâchant un chewing-gum un peu bruyamment dans le métro.  Mais depuis 4 ans, date à laquelle j’ai commencé un travail de bureau, les bruits qui me dérangent au plus haut point et ne font qu’augmentés. Les bruits de mastications arrivent en premier, suivis des bruits de déglutitions, des conversations bruyantes, bruits de stylos. Ceux qui jettent les objets au lieu de les poser me rendent dingue aussi. A la maison, même combat, au grand dam de mon conjoint : coupe ongle, respiration bruyante, léger ronflement etc. Ces bruits me rendent folle, entraînent une grande violence intérieure, une sorte de haine impulsive qui peut me tenir une heure durant. Au bureau, je suis désormais obligée de mettre des écouteurs et écouter de la musique relativement forte pour masquer tous ces bruits. Le midi, j’évite les repas avec les quelques personnes qui m’exaspère le plus. Je peux devenir très désagréable sans que personne ne comprenne pourquoi. Il est bon de savoir que je ne suis pas seule dans ce cas, nous passons pour des gens « psychorigides » mais il s’agit d’une vraie souffrance.

De : Meg-Ann R.
Témoignage : Le plus gênant pour moi dépend du contexte. Je suis encore étudiante et en cours le pire c’est le bruit que les gens font en ouvrant/fermant constamment leurs stylos/surligneurs… Le fait de claquer le petit bouton qui sert à sortir/rentrer la mine du stylo… C’est vraiment le pire bruit, et je le subis à longueur de journées ! Sinon, il y a bien sûr les classiques : mâchoires qui claquent, craquements des articulations, aiguille de montre/horloge, bruits de bouche au moment du repas, bruits des ongles, ronflements.. Tous les bruits répétitifs à vrai dire. Quand ils sont isolés et n’arrivent qu’une fois, je peux m’en accommoder. Mais dès la deuxième fois, je commence à me sentir mal.

De : Ln B.
Témoignage : Les tics tics de montres les bruits repetitifs genre qq un table qui va taper sa cuillère sur la table. Les bruits de bouche (mastication), le son de la tv etc…

De : Mélanie P.
Témoignage : Je viens tout juste de découvrir que je ne suis pas si « folle » que ça de mes impatiences face aux bruits qui me dérangent. Premièrement, depuis que je suis toute petite, tout ce qui est bruits de bouche : mastication de bouffe ou gomme, claquement de dents, des croustilles, tout ce qui est croqué, glaces, bonbons… tout les bruits de bouches j’suis pas capable. Je travaille dans un bureau… mes collègues qui tapent sur leur clavier et même le cliquement de leur souris trop souvent m’énerve… tellement que je dois sortir et ou je me met des écouteurs. Mon copain qui se gratte la tête sans cesse, quelqu’un qui se coupe les ongles, quelqu’un qui se gruge les ongles, oh le bruit des ongles grugés ça ça m’énerve aussi que j’en fais des frissons et ça m’arrive de m’emporter. J’ai même déjà dis à mon copain que ça serait peut-être une bonne idée d’essayer l’hypnose… je suis sceptique à ce remède mais on dirait que tous les bruits m’énervent!! Le monde qui respire trop fort, le ronflement de mon copain, les tapements… quand quelqu’un tape sur le volant au rythme de la music et ça m’énerve… je le regarde constamment pour qu’il arrête!! Je me retiens à 90% du temps … mais imaginez si je ne me retenais pas comment les gens me détesterais!! Les gens ne pourraient pas bouger ni faire de bruit… si on pouvait se mettre un ON – OFF aux oreilles des fois ça serait l’idéal pour moi… au travail, aux repas… etc.!! Mes trois sœurs sont un peu comme moi… je ne sais pas à quel point. Y a-t-il un remède? Mel.

De : Romain H.
Témoignage : Tous les bruits liés à ce qui rappelle la machine humaine : Mastication (lors des repas/chewing-gums…), Déglutition, Respirations fortes, Aspiration paille, Etc… Comme une hypersensibilité, je n’en loupe pas un. Au point que je suis obligé de m’éloigner, ou trouver un subterfuge pour ne pas focaliser dessus. Cela me mets tout de suite hors de moi, dans un état d’énervement avec beaucoup d’incompréhension. Comment peut on s’oublier à ce point! Mon analyse du phénomène: Ajouté à cela je suis quelqu’un d’hypersensible (vérifié). Par conséquent tous les bruits qui m’interpellent sont ceux liés à la « Machine Humaine », ceux qui me rappelle que nous ne sommes que des êtres vivants, et donc pas grand chose… des mortels. Ce dont j’ai un refus total, la mort me peine beaucoup. Ainsi pour moi, je refuse de nous voir en tant qu’être humain comme de simple bout de bidoche avec un cœur, nous voir en tant qu’animal… Et tous ces bruits relèvent pour moi de la Non Conscience de soi, en tant qu’être humain doté d’une certaine intelligence. C’est donc pour moi des aveux de faiblesse que de s’oublier à manger en piaffant ou autres animosités, monstruosités… comme une « déformation » de ce que nous sommes, de l’abandon. Oui j’avoue que c’est flippant dit comme ça!!!  Mais je suis intimement convaincu que ce phénomène (et non pas « maladie » selon moi), est lié à un dérèglement de l’esprit, de la réflexion suite à un problème d’affect, d’acceptation de ce qu’est l’être humain, être vivant donc mortel.

De : Olivia B.
Témoignage : Bonjour à tous, je vais vous faire la liste des bruits mais également des gestes qui font ressortir en moi une haine et une agressivité très forte mais maîtrisé en prenant beaucoup sur moi : tous les bruits relatifs à la bouche : mâcher claquement de la langue sur le palais, bruit mastication, faire trop bruit quand on boit de l eau et le soupir de satisfaction à la fin, les bruits respiration , raclement gorge, toux, les bruits clavier, de souris. La manière de toucher écran tactile. Toucher les cheveux, ondulé sans cesse mèche cheveux avec ses doigts. Les jambes orteils ou mains doigts qui balancent ou qui bougent sans cesse. Le toucher du soupalin. Les bruits de l’eau radiateur. Lorsque l’on parle trop doucement, les reniflements. Faire du bruit en tournant cuillère dans une tasse à café. Les bruits de sachets de plastiques et encore la liste est encore longue…

De : Maxime S.
Témoignage : En ce moment c’est la chatte de ma copine qui est atteinte de dermatite et ne fait que se bouffer le cuir et s’arracher les poils toute le journée c’est un calvaire sans nom, une torture innommable… J’ai finalement trouvé un genre de serre-tête anti bruit pas mal (car les boules quies ne suffisent pas). Mon collègue de travail est capable de rester assis sur ma chaise à regarder par dessus mon épaule pendant que je bosse tout en se mastiquant les peaux des doigts ou je ne sais quoi. 

De : Julie
Témoignage : Les basses de musique qu’on entends à travers les murs, ou dans les voitures qui passent. Les bruits de bouche : personnes qui s’embrassent, personnes qui machent du chewing gum, ou qui mangent la bouche ouverte, du coup impossibilité totale d’aller au cinéma. Les bruits sourds à travers les murs des appartements : les bruits de pas, les basses. Les bruits répétitifs : tapotements sur une table avec les doigts ou les ongles, gens qui font tic-tic avec leurs ongles, un enfant qui chante en boucle la même musique.

De : Thierry G.
Témoignage : Bonjour, je viens de decouvrir pourquoi jai de tres gros problemes de vie avec mon entourage. Je souffre de misophonie depuis,mon plus jeune age. J’ai aujourdhui 50 ans  je comprend maintenant que toutes mes reactions ne sont pas due a de la folie. Que tout ce que pense entendre est le fruit de mon cerveau, bref je ne suis pas fou, juste malade. J ai ete oblige de ne plus avoir de relations amical et familliale trop reguliere. Je me contente de rapport semi professionnel,  et je fais attention de ne pas passer trop de temps avec les memes personnes sinon chacune de leur reaction, mots bruits ou autre risque de me faire craquer. J’aimerai pouvoir en parler avec qq. Merci

De : Alix
Témoignage : Mastication et bouche ouverte. Respiration et ronflements. Chewing- gums, papiers de bonbons, pop corn. Certains gestes ou bruits répétitifs.

De : Agnes
Témoignage : Bonjour pour ma part les bruits qui me dérangent le plus sont : les personnes qui mangent la bouche ouverte et qui la claque, qui font du bruit en mangeant des trucs qui croustille, les gens qui reniflent qui respirent fort les gens qui sont impatients et qui claquent des doigts les gens qui rongent leurs ongles, les ronflements, le bruit d’une craie sur un tableau ou à table quand quelqu’un fait du bruit avec ses couverts ou son verre, la télé trop forte… tous ces bruit me rendent malade il m’arrive d’être irritable et de me fâcher sans que mon entourage ne comprenne vraiment et il m’arrive même d’être obligée de quitter la table ou une pièce si celà m’est trop insupportable mais visiblement je ne suis pas la seule.

De : Mareva H.
Témoignage : Bonjour, j’ai 14 ans. À chaque fois que j’entends quelqu’un manger c’est horrible car même en mangeant la bouche fermée ça fait vraiment du bruit (mastication, les craquements…) et quand j’entends ça j’ai envie de claquer la personne concernée.
Mais il n’y a pas qu’à table, je ne peux pas supporter d’entendre mon père marcher sur le carrelage de ma maison, car il a des gros pieds qui font beaucoup de bruits… Les bruits de quelqu’un qui mange des carottes j’en parle même pas… Et je ne peux pas supporter les gens qui font du bruits en buvant… Des fois, juste entendre respirer quelqu’un ça m’agace énormément, même moi quand je m’entends respirer ça me stresse et c’est pour ça que je suis très nerveuse. Je fais actuellement une dépression pour dès problèmes avec ma mère… Et depuis quelques temps, je me fais engueuler par mes parents parce qu’ils disent que si je le voulais vraiment je pourrais être calme et moins nerveuse… Je prends des anti-stress… Voila. Bonne journée à tous

De : Kreid
Témoignage : Bonjour je viens tout juste de tomber sur votre site et enfant en cherchant j’ai trouvé ce que j’ai , cette maladie alors soit disant non reconnue, moi je ne supporte pas grand chose : le bruit des papiers, la salive, la toux des autres, manger la bouche ouverte, la respiration forte, une personne qui se gratte breffff encore plein d’autre, comment faire pour soigner ça car ça me bouffe ma vie, ça m’énerve énormément du coup je m’en prends à tout le monde, mon mari et mes enfants j’aimerai que cela cesse vraiment svp.

De : Dalia A.
Témoignage : Bonjour, j’ai pris connaissance de cette maladie depuis peu. Pour ma part, il m’est insupportable la présence de personnes qui font du bruit en mangeant (même la bouche fermée) j’en perds l’appétit, ça me rend furax, je ne peux à peine regarder la personne. Au départ, je pensais même que le problème venait d’eux, et que c’était un manque d’éducation. Jusqu’à ce que je prenne connaissance de cette maladie et que je comprenne que j’en suis moi même atteinte. Je ne supporte pas les bruits de mastication, respirations, baillements, reniflements, tictac des horloges… Les classiques. Mais pire encore au cinéma, les gens qui plongent leur main dans les popcorns, le bruits des draps quand notre compagnon change de position dans le lit et j’en passe… Je tente par tous les moyens de me concentrer sur autre chose pour ne pas m’en rendre malade que ca en devient pire. Je reste focaliser sur le bruit jusqu’à que ça s’arrête. Ca devient même de la torture. J’ai 26 ans et ça à le don de changer mon humeur en une fraction de seconde.

De : Chrystelle A.
Témoignage : Je surfais sur le net ce matin et je suis tombée sur cet article. Je me sens libérée d’un poids. Je me croyais anormale vu que mon conjoint ne me comprend pas. J’ai 36 ans et ça a commencé, en fait je ne sais pas vraiment. La mastication c’est horrible, ceux qui ne savent pas boire sans aspirer l’eau bruyamment. Les sacs plastiques et le pire les paquets de chips. Je souffre tellement. De temps en temps mon conjoint essaie par gentillesse d’ouvrir vite les paquets. Donc je ne dis rien mais vite ou pas le mal est là. Le bip de la caisse en supermarché. Les aboiements de mes chiens. Maintenant que je peux poser un nom sur ce problème, je vais essayer de vivre sans complexe.

De : Khedidja S.
Témoignage : Le son le plus énervant pour moi est la mastication de chewing-gum , c’est l’horreur pour moi. Je ne supporte pas le bruit de la bouche, le son de respiration, la toux, les gens qui parlent en chuchotements, mais surtout le son de chewing-gum, ça me rend folle. J’ai 25 ans, je souffre depuis ma petite enfance, je vis dans un stress permanent. C’est l’enfer, surtout dans la classe.

De : Alice T.
Témoignage : Je ne supporte pas les personnes qui respirent fort… ce qui me pose problème avec mon concubin… même les boule quies ne suffisent pas…

De : Céline L.
Témoignage : Les bruits de mastication, coupage des ongles avec coupe ongles, bruit de quelqu’un qui se ronge les ongles, voir quelqu’un qui se ronge les ongles, bruit de frottement des blousons type doudoune, eau qui coule quand quelqu’un prend une douche, bruit du baiser parfois, claquement de doigts, bruits des touches de téléphone, son des lecteurs mp3, bruit des sacs en plastiques, le ponçage…

De : Line L.
Témoignage : Bonjour, j’ai actuellement 15 ans et je ne peux absolument pas supporter le bruit de la nourriture dans la bouche !! ca me rend FOLLE 😂😰

De : Michèle
Témoignage : J’ai 58 ans et je ne savais pas qu’autant de personnes souffraient comme moi. Je ne savais pas qu’il y avait un nom pour ce qui me fait terminer le voyage en train dans le couloir parce qu’il y a un passager qui mange des chips à côté de moi ! A la liste des bruits qui dérangent, j’en rajoute un : le cri des gens qui se baignent dans une piscine. Comme j’habite dans le sud de la France et que de nombreuses maisons ont des piscines… J’ai déjà déménagé une fois pensant que cela venait de l’éducation de mes voisins… mais j’en conclue que cela doit venir d’un problème physique d’ondes qui se reproduisent à l’infini… Bref quelque chose de scientifique contre lequel je ne peux pas lutter sinon en fermant les fenêtres à double tour…

De : Marie-Michèle L.
Témoignage : J’ai commencé à être irritée par certains bruits vers l’âge de sept ans. Mes parents on divorcé et j’ai du partager une chambre avec mon frère. Lorsque venais le temps de dormir, je lui demaindais de respirer moins fort. Quand une amie venais coucher à la maison, je l’entendais cligner des yeux quand il y avait des silences… Par la suite, ça n’a fait qu’amplifier et la quantité de bruits m’énervant à augmenté. C’est impossible d’énumérer tous les bruits qui me dérangent, mais les pires sont : bruits de mastication, en particulier le chewing-gum et les bananes (je n’en mange pratiquement plus, parce que le bruit que je fais moi même me rends folle). Les sifflements (nasal en particulier). Tout ce qui est répétitif (clavier d’ordi, ongles qui tapent sur une surface dure, quelqu’un qui se gratte,etc). Quelqu’un qui renifle, de la vaisselle qui tinte, raclements de gorge. En plus de ça, j’ai aussi des problèmes avec les mouvements, je m’explique. Quelqu’un qui balance son pied ou le mouvement de la mâchoire de quelqu’un qui mange (sans entendre le sont que cela produit). J’ai parcontre remarqué que les mêmes sons produits par les jeunes enfants ne me dérangeaient pas.  Si l’enfant à plus de 5 ans, ça m’agresse et je n’ai aucune idée pourquoi. J’ai aussi remarqué que plus je suis fatiguée, plus ça m’agresse et plus ma réaction est grande, je deviens agressive.

De : Marie M.
Témoignage : Bonjour à tous, J’ai découvert que mon problème avait un nom il y a à peine un an, sur un réseau social ! Quel soulagement de me sentir moins seule et moins folle ! J’en riais souvent avec une amie qui est pareil, et nous pensions toutes les deux etre psychopathe ! Les sons qui me dérangent le plus sont les bruits de bouche, de salive, de mastication, mais aussi les papiers d’emballages de bonbons ou les sachets (au cinéma quelqu’un qui plonge sa main dans un sachet pour ensuite mastiquer un biscuit peut me ruiner totalement le film), ainsi que le petit « taptap » des touches de clavier d’ordinateur dans une pièce silencieuse. Le pire pour moi est le sentiment ultra violent qui m’envahit, proche de la haine, et des images où je pourrais littéralement frapper la personne me viennent à l’esprit…) c’est vraiment très embêtant surtout que je suis quelqu’un de calme. Ma solution la plus efficace reste évidemment les écouteurs mais aussi d’attraper mon téléphone pour envoyer immédiatement un texto à mon amie misophone afin de tourner la situation en dérision. « Pourquoi pourquoi pourquoi je tombe TOUJOURS à côté du type qui croque des chips ?!?! Lol » Et en général elle rit avec moi et je me calme. J’ai cependant la chance que tout ceci ne m’énerve pas du tout chez mes enfants ! Fort heureusement. Courage à tous

De : Valentine L.
Témoignage : Hello à tous, Pour ma part les bruits qui me dérangent le plus sont les bruits de mastication. Je ne supporte pas d’écouter quelqu’un manger, ça m’énerve à un point inimaginable au stade que je ne mange pas en même temps que mon copain car je ne supporte pas de l’écouter manger. Les bruits de coupe ongle m’exaspère aussi et les gens qui se rongent les ongles c’est affreux. J’ai 19 ans et je suis misophone depuis toute petite.

De : Cora P.
Témoignage : En plus de tous les bruits de bouche et ongles, les sacs plastiques, les aboiements, les basses: la techno de mes voisins m’a pourrie la vie pdt 4 ans et demi ainsi que leur chien. Les ultras sons, le polystyrène, les semelles qui traînent, les tictacs, les stylos, les radios détraquées dans les grandes surfaces. Ces bruits sont pour certains insupportables (colère intense et pétage de plombs) et pour d’autres douloureux. Je dois être à la fois misophone et hyperacousie.

De : Henfald L.
Témoignage : J’ai récemment trouvé une solution en ce qui concerne mes irritations quotidiennes : je porte des bouchons en permanence, la nuit, et dès que je sors de chez moi. Cela ne coupe pas totalement le bruit, mais rend mes sorties moins éreintantes. Ce qui m’insupporte en particulier, et me donne envie de défoncer un mur, voire pire. Les transports en commun, qui incluent les voix, particulièrement fortes et/ou aiguës, les accents américains et parisiens, certains débits rapides, les sonneries de cellulaires, les gens qui entrent dans un lieu public en hiver en frappant à de multiples reprises leurs bottes sur le sol, les pas qui traînent sur le sol, le crissement des pieds nus sur le plancher, les grincements de porte, le bruit métallique d’une fourchette sur les dents, le bruit intolérable des claviers, la gomme à mâcher qui claque, la musique commerciale agressante dans tous les lieux publics, la musique populaire indienne et arabe avec des voix aiguës qui s’égosillent, les bébés, le vacarme des paniers d’épicerie en métal qui se heurtent les uns aux autres, les joueurs de guitare, les musiciens d’appartement, les gens qui se lèchent l’index pour tourner une page…

De : Yves L.
Témoignage : Enfant, je ne supportais pas les bruits organiques comme les bruits de mastications, de pets, de rots, de bâillements, de souffles… Aujourd’hui, je suis beaucoup plus détaché par rapport à ces bruits mais se sont d’autres qui me rendent fou à présent alors qu’il y a 6 ans, je n’y prêtais aucune attention, je viens de découvrir que c’était la misophonie, je ne connaissais pas ce terme et ne savais pas que d’autres personnes souffraient aussi de cela.

De : Coeur A.
Témoignage : Tous ceux cités plus en amont mais aussi : Les pieds qui traînent, les reniflements, le ronflement des moteurs mais surtout les motos, les sons des oreillettes (oui oui je les entends) même le son baissé raisonnablement, les japements des chiens alors que le maître est juste à côté et ne dit rien… bref

De : Emilie L.
Témoignage : Bonjour, je souffre de misophonie depuis environ 3 ans, je suis collégienne, je ne supporte pas les bruits de mastication et les bruits de respiration, personne ne veut comprendre ce que je subis, des fois je me bouche les oreilles mais ça ne marche pas. Je ne sais pas comment guérir mais j’aimerais beaucoup.

De : Elisabeth N.
Témoignage : Bonjour à tous ! Je viens aujourd’hui même de mettre un nom sur ce que j’appelais mes « manies ». Ça a commencé vers 4-5 ans. Je ne supportais pas la respiration de mon frère aîné, je lui faisais tout le temps des réflexions. Plus tardivement vers 8 ans j’ai commencé à ne pas supporter lorsque mon père mangeait, ou lorsque toute la famille parlait la bouche plein ou faisait du bruit en mangeant (mastication). Je le leur reprochais énormément. Vers l’adolescence, je suis entrée en dépression, je quittais la table en hurlant, tapais dans les meubles, insultais mes proches. Je me lacérais le visage, me griffais la peau.
Le pire dans tout ça c’est la culpabilité qui résultait de ces scènes. Il y a quelques mois j’allais très mal et j’ai passé quelques jours aux urgences d’un hôpital psychiatrique (pour une autre raison que la misophonie), et un psychiatre m’a fait part de ses suspicions concernant ces bruits me gâchant le quotidien. Et il m’a dit que cela pouvait être régler avec des médicaments, tout dépend si mon métabolismes réagit correctement à la molecule. J’en ai reparlé à mon psychiatre actuel, qui ne doit pas être au point sur le sujet. Je retournerai voir celui de l’hôpital (cela me semble étrange puisqu’il n’existe aucun traitement connu) pour qu’il me parle de ces médicaments. Je reviendrai vers vous quand j’en saurai plus ! Courage à tous, et merci pour vos témoignages. Elisabeth, 19 ans.

De : Christine P.
Témoignage : Je ne connaissais pas ce mot de « misophonie » mais je souffre depuis presque toujours de certains agacements infernaux et qui me gène en tous lieux. Je ne supporte pas le bruit de la toux, du ronflement, de la forte respiration, du fait de croquer du pain grillé, du bruit quel qu’il soit à table, des personnes qui mangent en faisant du bruit… Je pars pour prendre le train avec mes boules « Quiès », de plus,  je change souvent de wagon… la nuit j’entends les moindres bruits qui m’empêchent de dormir et pour cela j’écoute France-Musique toute la nuit… c’est infernal… Depuis peu, j’ai découvert que les médias nous gratifient d’une façon insupportable de HEU, HEU, et encore de Heu, à la fin de chaque phrase voir de chaque mot… si bien qu’il m’est impossible d’écouter tout ce qui pourrait m’intéresser !!!! Ma famille ne me comprend pas,… il est des endroits où il est possible d’apporter une solution avec des boules Quiès, ou la nuit de la musique mais que faire dans un endroit public où l’espace est confiné et où on est forcément à côté d’une personne qui use de ces petits bruits insupportables et qui donnent l’envie impérative de filer de l’endroit à grandes jambes et en abandonnant le plaisir qu’on était entrain de vivre.
J’aimerais une solution  merci d’une réponse dans ce sens.

De : Delphine
Témoignage : Bonjour, j’ai commencé à me rendre compte que certains bruits me dérangeaient vers la fin de mon adolescence. Je ne savais pas que cela était  »un trouble », c’est en allant à la recherche de cas comme le mien que je me suis rendue compte que j’étais atteinte peut être de misophonie. Les bruits qui me dérangent le plus sont la toux puis les reniflements, le bruits d’une personne lorsqu’elle mange ou bois, le bruit d’une respiration forte, les forts ronflements, le bruit d’un plastique. Je ne réagis pas toujours de la même manière, il y a des bruits que je tolère mieux que d’autres. Mais il y en a bien deux que je tolère avec difficulté : la toux et le bruit de la mastication. Aujourd’hui, un proche de ma famille a beaucoup toussé, lorsque je l’entendais je ressentais comme une pression dans ma poitrine… comme si je me sentais très anxieuse d’un coup… Je sentais presque comme un sentiment d’énervement. Lorsque cela m’arrive, j’essaye de prendre sur moi mais ce n’est pas toujours simple. Cela me rend parfois agressive verbalement, pas vulgaire mais juste sèche dans ma façon de parler. Bien souvent, mes proches ne comprennent pas ma réaction et m’en veulent que je sois si agressive soudainement. Lorsqu’une personne mâche ou déglutine trop fort, je la fixe, je la regarde de travers, je prends de grande inspiration, je soupire et bien souvent je lui fais la remarque. Je ne sais pas encore comment y remédier mais j’ai l’impression qu’avec le temps, ma sensibilité aux bruits s’intensifie. Auriez vous des solutions ?

De : Alex
Témoignage : Bonsoir, depuis toute petite, je ne supporte pas certains sons, et la liste de ceux-ci ne fait qu’augmenter d’années en années. J’ai un TDA ce qui, selon moi, est étroitement lié à la misophonie, de plus à ceci se couple une hyperacousie… Certaines journées, je vis l’enfer. Le premier son qui m’a insupporté était le bruit des claquements d’ongles. S’en sont suivis les bruits de mastications, de respirations (surtout sifflantes), certains tics de langage et de bouche, les bruits de brossage de dents, de cliquetis des stylos, de toux, de reniflements, les tic tac d’horloge, les froissements de draps la nuit… Je ne supporte également pas certains visuels, je ne sais pas si c’est lié… Par exemple les gens qui lèchent leur opercule de yaourt me donnent des envies de baffes… C’est extrêmement difficile à faire comprendre la chose à son entourage, il arrive que lors de certains repas de famille je m’éclipse… Misophonie, TDA, hyperacousie… « L’Enfer, c’est les autres » devient on ne peut plus vrai dans ces moments-là.

De : Chloé D.
Témoignage : Mon mari avale bruyamment et je me retrouve à faire des crises d’angoisse à cause de ça. J’ai essayé d’aller dormir sur le canapé mais je suis loin de lui… et on en est triste tous les deux. Ses ronflements ne me dérangent pas du tout… Il y a quelques années, c’était les pas de la voisine du dessus qui marchait avec des talons à 3h du matin qui me rendait folle. Maintenant, il y a un plafond très épais qui sépare et on n’entend plus rien.

De : Ophélie B.
Témoignage : Je suis misophone depuis ma pré-adolescence et suis aujourd’hui âgée de 20 ans. Cela a commencé par des énervements contre ma mère (jamais mon père) qui se suçait les doigts, c’est le bruit qui me faisait exploser, et je lui disais mais parfois elle oubliait et je ne pouvait pas m’empêcher de m’énerver… Ça me fait de la peine car je l’aime beaucoup, et quand elle parle la bouche pleine je ne supporte pas non plus. Cela dépend des personnes… Mais les bruits des chiens qui se lèchent me dégoûtent aussi. Pire encore: le bouledogue de mes parents à la fâcheuse habitude; et inexplicable; de lécher le sol sous la table à manger pendant qu’il y a du monde à table, ce qui m’empêche de vivre un repas en famille normal. Je n’ai pas de remède, j’attends que ça passe et je m’énerve sur le moment. Je souffre beaucoup. Depuis quelques temps il a les bruits de mon copain avec lequel je vis et qui sont durs à supporter, il est très difficile pour moi de me canaliser à chaque fois. Des qu’il boit quelque chose (il a la particularité de boire bruyamment) ou même lorsqu’il tousse (il le fait très fort, les toussements ne me dérangent pas habituellement) je trouve cela insupportable mais le simple fait de lui dire me calme, il s’excuse mais il a l’impression qu’on ne peut pas vivre à côté de moi, ce qui m’attriste beaucoup. Des fois devant la télé il « tête » sa langue sans faire exprès et ces bruits de bouche me donnent des pulsions toujours trop dures à contrôler. En cours je frappe sur ma table lorsqu’un bruit me dérange: quelqu’un qui tête un stylo, qui mâche un chewing-gum la bouche ouverte… Et le fait de me boucher les oreilles ne me calme pas car je vais continuer à voir la personne et à imaginer le bruit, je n’arrive pas à décoller de ça. Cela prend une grande place dans ma vie au quotidien, je me sens folle et je ne vois personne qui en est vraiment atteint autour de moi. Je me demande si je serai comme ça avec mes enfants plus tard (je le suis avec les chiens et pourtant, eux aussi incarnent l’innocence). Merci pour votre lecture et votre considération.

De : Claire J.
Témoignage : D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu un problème avec les bruits provenant de la bouche. Ça me dégoûte, ça me rend folle. Qu’il s’agisse de bruits de mastication (notamment avec la bouche ouverte), de mâchoire, de ronflements, de personnes qui s’embrassent… Mais le pire, ce sont les bruits que font les gens (généralement assez âgés) avec leur langue, leur salive ou je ne sais quoi… À chaque fois que j’entends ça, intérieurement, je hurle. C’est une torture, une souffrance indescriptible. J’ai des envies de violence sur ces personnes ou de sur moi-même pour échapper à cela. Généralement, je finis par augmenter le volume de mes écouteurs jusqu’à en avoir mal, mais au moins je n’entends plus ces bruits… Ma mère aussi souffre du même problème, mais apparemment cela s’est arrangé avec l’âge… J’espère qu’il en sera de même pour moi. Le plus dur, c’est de ne pas pouvoir en parler librement, car personne ne connaît la misophonie. Même mes amis ne me prennent pas au sérieux, et en rajoutent une couche pour tester mes limites… Comment expliquer au personnel de la bibliothèque qu’on veut changer de place car on ne supporte pas les bruits de bouche de son voisin ?

De : Mélanie M.
Témoignage : Pour ma part ce sont tous les bruits de mastication, et les bruits de bouche qui me rendent dingue. Ainsi que les raclement de gorge, ceux qui mâche du chewing gum… Insupportable

De : Nathalie R.
Témoignage : Bonjour, je ne supporte pas entendre : la respiration bruyante de quelqu’un (la mienne aussi m’énerve d’ailleurs lol), quelqu’un qui respire fort, quelqu’un dont la gorge gratte et qui ferait « hum hum », différent d’une toux.

De : Benoit H.
Témoignage : Bonjour, le bruit du chewing-gum : je n’en peux plus. Et pourtant je suis conscient que c’est un handicap social. Ça m’insupporte au point de fuir la personne qui le fait. Merci à votre site, j’y vois plus clair même si c’est difficile de constater que l’on souffre d’une phobie.

De : Manon M.
Témoignage : Jusqu’à aujourd’hui j’ai cru que j’étais la seule à avoir ce genre de réaction face aux bruits insupportables (énervements, contraction des muscles…). Les bruits qui m’insupportent le plus sont le bruit du polystyrène, les ballons quand on les frotte et quand quelqu’un boit en aspirant sa boisson chaude. Souvent quand je dis que ces bruits me font « du mal » les gens ne le prennent pas au sérieux et continuent (comme mon frère… Je pourrais me jeter dessus, je n’arrive pas à me contrôler).

De : Manon G.
Témoignage : J’ai 22 ans et je souffre de misophonie depuis environ 15 ans. J’ai essayé pendant des années de mettre un nom sur ce « trouble ». Je me sentais comme un extraterrestre vis-à-vis des autres qui me trouvaient anormale. Entendre quelqu’un se ronger les ongles me donne des frissons. Les bruits d’accélération des motos sont affreux. Ma haine est tellement forte que j’en viens à leur souhaiter du mal. Le bruit des limes à ongles m’est insupportable et me donne la nausée. J’appréhende toujours les salles d’attente chez le médecin car la toux et les reniflements des autres patients me rendent complètement hystérique. Le son de la télé un peu trop fort me rend agressive. Les bébés qui pleurent me font très vite perdre patience et en arrivent à me provoquer ce fameux « rire nerveux ». Mais le summum dans tout ça ce sont les bruits de bouche. Entendre quelqu’un mâcher ou avaler me rend désagréable voire très méchante. J’ai parfois des envies de violence tout particulièrement pour les mâcheurs de chewing-gums. En revanche, comme mon conjoint sait que je hais au plus haut point les bruits de mastication (lui non plus d’ailleurs ne supporte pas) ça lui arrive de vouloir me charrier avec ça et de faire un maximum de bruits avec sa bouche mais ça ne me dérange pas car je sais que ça reste dans la rigolade. Bref, il y a plein d’autres bruits qui me rendent folle mais je ne peux pas tous les énumérer.

De : Jacqueline R.
Témoignage : Essentiellement tous les bruits de bouche

De : Juliette C.
Témoignage : Ce qui me met hors de moi, ce sont les bruits de bouche. J’ai un immense dégoût envers la personne qui fait ces bruits. En fait, lorsque c’est volontaire, ça ne me dégoûte pas trop (ou moins). Mais lorsque la personne ne se rend pas compte du bruit qu’elle fait, et que le bruit est naturel, c’est le pire !!! J’ai une collègue qui mange à longueur de journée (elle est à côté de moi), c’est horrible ! Lorsque je la vois arriver avec une pomme à la main ou autre aliment, je commence à stresser d’avance, je ne sais pas quoi faire. Et quand elle croque dedans et qu’elle mâche, j’ai envie de me taper la tête contre un mur tellement le bruit m’est insupportable. Malheureusement je n’ose même pas lui dire, elle me prendrait pour une folle et ne comprendrait pas. C’est vraiment difficile, j’aimerais tellement faire abstraction de ces bruits qui me dérangent tant !

De : Florence J.
Témoignage : Bonjour à tous ! Toute cette cacophonie a débuté vers 10 ans… Complètement incapable de supporter les bruits de mastication de mon père et de ma mère  (vive les repas familiaux !! Affreux, en évitement le plus possible !) A ce jour, j en ai 38 et toujours très compliqué de supporter les bruits qui ne sont pas produits par moi même (ex: musique un peu forte par moi même : OK. Par le voisin, je supporte pas !!!), les bruits de ronflement sont détestables, même les respirations bruyantes me rende folle !!! Les bruits récurrents que je capte trop vite et qui m agacent au plus haut point, tous les tics des gens (se faire cliquer les ongles… Balancement de la jambe…), je ferai tout pour que ça s arrête, le summum reste quand même cette mastication bruyante… Le restaurant c est foutu (je fusille du regard l’auteur de ces bruits immondes que je repère en 3,5 secondes), le ciné je n y mets plus les pieds (trop de chuchotements, de craquements de dents et de bruits de papiers de bonbons) bref je suis quasi invivable… Je sais très bien que mes réactions sont disproportionnées à la nuisance, mais c est plus fort que moi, JE NE SUPPORTE PAS !! Les tics gestuels m agacent très fort aussi… la télé, le soir quand je m endors ne doit pas être trop forte, il ne faut pas que je l’entende sinon je pleure de rage !! Merci les boules quies !! Sinon ça va !! Mais mes proches me disent que je suis complètement « psy », c est vrai… mais quoi faire… Je supporte pas, c est comme ça !! J aimerais tellement ne plus rien capter de tous ces bruits !! Bon courage à vous !

De : Hortense C.
Témoignage : Bonjour, le bruit qui me dérange le plus est celui de la déglutition en dehors des repas. Je ne supporte plus la présence de mon mari à mes côté car il déglutit anormalement trop souvent et en plus de manière ultra bruyante.  Mon intolérance à ce bruit a très nettement mis une distance infranchissable entre nous car j’ai clairement envie de le dépecer à chaque fois qu’il déglutit.  J’ai également un problème avec le bruit de la mastication. Le bruit que les gens font en se rongeant les ongles. Les reniflements et mastication de chewing gum me rendent folle. La craie qui grince sur un tableau, parfois lorsque l’on parle trop fort près de moi je ressens une intense douleur au tympan, parfois le bruit du tic tac de l’horloge. Tout ne me revient pas à l’esprit mais l’essentiel est là.

De : Elise D.
Témoignage : Bonjour, tout a commencé vers l’âge de 13 ans avec mon père qui faisait du bruit avec sa bouche, son nez, ses pieds… Je me suis mise à le haïr. Puis j’ai repéré des bruits de mastication chez mon frère, des reniflements chez ma mère. J’ai maintenant 47 ans et suis entourée de collègues stimulant mes angoisses : l’un respire très bruyamment, sifflote, tape nerveusement avec ses doigts sur son bureau, soupire toute la journée, boit son café avec des sons d’aspirations… Une autre renifle compulsivement, une autre encore (boulimique) mange toute la journée la bouche ouverte, et l’autre chante, siffle, renâcle, mange « salement ». C’est un cauchemar. Alors, je mange seule ou avec des personnes discrètes, j’ai un casque à réduction de bruit sur les oreilles toute la journée. Je suis perçue comme une femme n’aimant rien ni personne, psychorigide et intolérante, la cinglée de service quoi… Mon ex n’a jamais compris ces angoisses et a continué à manger comme un goret, il me montre son incompréhension à chaque fois que l’on se voit. Savoir que tout ceci est dû à une maladie m’a rassurée, je vais pouvoir présenter les choses autrement à mon entourage et qui sait, obtenir un peu d’empathie…

De : Anthony
Témoignage : Pour ma part ce qui me dérange le plus : Déglutition (forte des fois avec des claquements que je n’arrive pas à comprendre), Toux poussées excessivement, Toux avec machouillage et déglutition, c’est dégueu, Nez qui siffle sans que la personne ne s’en rende compte, Respiration forte, Manger la bouche ouverte, Manger en faisant ressortir les aliments de la bouche (genre comme un bébé qui mange une compote, ça bave, ben ça peut être pareil chez les adultes), Déglutition avec le bruit qui prouve que t’as le nez plein (vous voyez ce que je veux dire?), Gens qui sifflent mais qui ne savent pas faire comme il faut, Gens qui ne savent pas parler mais juste gueuler, Bruits de pas lourds sur le sol, Télé trop forte, Gamins qui courent et crient à l’étage du dessus, Gamins qui font tomber des objets à longueur de journée,Voisine indélicate qui ne sait pas ferme les portes sans les claquer, que ce soit placard de cuisine, salle de bain ou portes de pièces, Idem pour la cuvette des toilettes qu’on laisse tomber à chaque fois sans faire attention. Et il y en a d’autres encore. Ca me rend dingue, au point de ne plus pouvoir rester chez moi, je ne reste à mon domicile plus que deux ou trois jours par semaine en ce moment et surtout pas les week end car aucun moyen de dormir car bordel de 6h40 à plus de 23h30 chaque jour week compris. Ca devient de la folie, surtout quand vous souffrez de fortes acouphènes depuis l’enfance.

De : Elodie B.
Témoignage : Depuis toute petite cela a commencé avec la mastication, la déglutition, les bruits des dents dans la cavité buccale (impression d’entendre un cheval qui mastique très fort), la pomme que des gens croquent = supplice surtout quand les gens prennent tout leur temps en laissant un moment d’attente entre les bouchées et que je ne sais pas quand la lame de la guillotine va tomber. Les lieux comme le train et le cinéma = de plus en plus irritant : Bruit du pop corn. De la couche croquante de chocolat du bâtonnet de glace. Les bruits de papiers bonbon, les enveloppes de sandwiches, les chips ou les gens qui farfouillent 3 plombes et moi je n’ai qu’une envie : que ça s arrête. Je me retourne et essaye de faire des yeux et une tête dérangée pour que les gens cessent mais ça ne marche jamais. Mais il y a aussi: les S qui sifflent, les gens qui baillent grossièrement, les gens qui n’ont pas de tenue général, le chewing gum (supplice auditif et visuel), les gens qui parlent fort, les voix aigues irritantes, la respiration, les toux raclements de gorge et reniflements, la cuillère qui tourne dans une tasse a café frénétiquement. Je mettais la radio étant petite pendant les repas…

De : Jessica B.
Témoignage : Bonsoir, comme beaucoup j’imagine ce soir je regarde l’émission sur la 5 et me dit que peut-être j’ai un problème au niveau de l’audition (misophonie ou hypersensibilité…). En effet, j’ai souvent le soir des acouphènes (enfin j’imagine que ça en est) ce qui fait que j’ai du mal à me concentrer pour avoir une basique conversation avec mon conjoint. Aussi, les bruits de bouche ne me posent pas de problème ni ceux de la ville en général par contre les enfants (pleure, caprice insupportable), un nez qui siffle, le tic tac d’une horloge, des talons, mon conjoint qui s’essaye au mix musical avec son casque m’est difficile à supporter. Conduire ou discuter dans un bar ou un restaurant bondé ne me dérange pas en soit mais je sens que ça me fatigue alors qu’aller à un festival fait parmi de mes sorties préférées… Autant de contradictions qui m’interroge principalement à l’approche de la trentaine un conjoint qui ne cache pas son envie d’enfant à moyen terme et je me sens incapable de pouvoir supporter cela (en d’autres raisons dont une culture maternelle absente sur plusieurs générations et un désir plus prononcé pour ma carrière professionnelle, ma passion…). Bref, comment je peux savoir ? Est ce qu’il y a des spécialistes vers qui se tourner ?

De : David P.
Témoignage : Bonjour, depuis mon enfance je ne supporte pas les bruits de mastication, les aliments craquants comme les chips, les cacahuètes. Le chocs des couverts sur les dents… horrible. Un chien qui croque des os… horrible ++. En général, et surtout en famille, je contrôle mal ma tolérance aux bruits. Il m’est arrivé de demander de changer de table au restaurant à cause d’un voisinage qui à mon sens mangeait en faisant des bruits de bouche. A 10 ans, en vacances chez mes grands parents j’ai fait une remarque à mon grand-père. Il l’a mal prise, alors je suis rentré chez mes parents à vélo… 50 km ! Chez mes parents je mettais du papier toilette imbibé d’eau dans l’oreille du coté de mon père, qui mange en faisant du bruit à table. Famille recomposée, je ne supporte que difficilement la façon de manger de mon beau fils de 10 ans. Les repas sont souvent pénibles. Une personne qui à la goutte au nez et qui renifle… J’ai eu un collègue comme ça, je lui ai donné des mouchoirs en papier. Juste pour rire, j’ai vécu un enfer en Chine. Quand vous invitez une personne à manger, elle doit pour manifester sa satisfaction amplifier ses bruits de bouche. Un véritable tue-l’amour. Bref, je pensais être seul et un peu taré, mais l’émission de TV du 21/06/2016 sur le bruit m’a rassuré. Pour les plus jeune, je tiens à vous dire que malgré mes bientôt cinquante ans, je suis toujours aussi «sensible» à certains bruits. L’âge n’arrange rien à l’affaire, à moins de devenir sourd !

De : Marie-Hélène R.
Témoignage : J’ai 67 ans et viens de découvrir le mot misophonie grâce à une émission sur le bruit de la 5. Je suis ravie de voir que je ne suis pas la seule. J’ajouterai à tous les témoignages : les » petits bruits » de clefs, de bracelets qui tintent et les hurlements de chiens. Après 21 ans de tranquillité, des voisins du dessus vont emménager, j’appréhende… Quelles sont les bonnes attitudes à adopter ?

De : Yvonne C.
Témoignage : Soulagée d’apprendre que je ne suis pas une horrible intolérante. C’est ce qu’on me dit quand je demande aux autres de ne pas faire de bruit en mangeant, de ne pas renifler (ce que je trouve écoeurant et très mal élevé), de ne pas jouer avec leur stylo. Les aboiements de chien m’insupportent. Les coqs me donnent envie de les cuisiner. Marre d’avoir peur de dire que ça me gêne et marre de me faire insulter quand je demande de cesser le bruit. Notre société est devenue hyper bruyante et les gens sont de plus en plus mal élevés. J’ai parfois l’impression de manger avec des animaux…

De : José R.
Témoignage : En premier les bruits de mastication, puis les chuchotements et les bruits de pas qui traînent. Pour les bruits de bouche, j’en attribue l’origine à la chasse que mon propre père m’a faite quand j’étais petit pour que je ferme la bouche en mangeant. Les chuchotements m’exaspèrent fortement. Les publicitaires ont bien compris que pour attirer l’attention il faut chuchoter. Souvenez-vous : « Seat emotion ». Quant aux pieds qui traînent,  je dois l’apparition de ce rejet au partage que nous avons eu avec un collègue de bureau sur le sujet des bruits qui agacent. Jusqu’alors je n’y prêtais pas attention, il a suffi qu’il m’en parle pour que j’endosse son handicap.

De : Pascale B.
Témoignage : Les bruits qui me dérangent le plus sont les bruits des avions (même très loin) et des véhicules quand je suis chez moi. Ce qui est le plus étrange c’est que j’ai passé des années sans les entendre (je veux dire sans être gênée). Puis tout d’un coup cela devient impossible. Dans le passé j’ai aussi été focalisée sur le bruits du chauffage dans mon immeuble. C’est toujours en lien avec mon logement, comme si l’intrusion du bruit dans mon univers domestique était intolérable. J’ai dû déménager plusieurs fois à cause de cela, j’ai fais au moins deux dépressions en lien. L’entourage ne comprend pas une telle souffrance pour des sons qu’ils n’entendent même pas. J’ai également des acouphènes et j’ai malheureusement une très bonne audition. je suis de plus en plus convaincue qu’il s’agit d’un dysfonctionnement neurologique et pas un trouble dont il faudrait chercher une éventuelle origine en thérapie, comme par exemple en psychanalyse.

De : Corinne B.
Témoignage : Mon dieu !!! Je viens à presque 40 ans de mettre un nom sur mon problème la misophonie. Depuis des années je me suis cru folle, bonne à enfermer comme me disent mes parents et ma soeur. Chaque repas dans ma famille est source d’angoisse, le pire est l’hiver quand il mange de la soupe en l’aspirant je voulais sortir de table car j’étais vraiment mal mais on m’obligeait à rester alors je me bouchais les oreilles. Il n’y a pas que la soupe qui me dérange, il y a aussi le bruit des couverts, la mastication, mais aussi le raclement de la gorge (j’ai compté mon père est champion dans le domaine avec une soixantaine par heure), les quintes de toux (malheureusement ma mère est très asmathique) et le chewing-gum entre autres. Heureusement, j’ai trouvé un mari très aimant qui me supporte telle que je suis même si ce n’est pas simple pour lui. J’ai l’impression que je ne pourrais pas m’en sortir. Je me sens seule, on m’a tellement dit que je suis folle que je le crois maintenant. Habitant Avignon pouvez-vous me dire si il y a dans ma région des endroits on je pourrais avoir de l’aide. Merci par avance.

De : Céline D.
Témoignage : Bonjour, je viens de découvrir ce site et le nom du trouble auquel je pense souffrir depuis mon adolescence. Ca a commencé par le bruit de déglutition et de mastication. Les repas de famille étaient devenus un vrai calvaire et bien sûr mon stress et mon état d’énervement augmentant au cours de ceux-ci ça finissait quasiment toujours par une engueulade. Mon père mangeant du chewing-gum, je n’en parle même pas. Viens ensuite le temps des stratégies d’évitement, proposer de la musique pendant les repas, manger avec du coton dans les oreilles ou des boules quies (mais difficile de suivre les conversations donc pas super concluant), faire le service (le mieux étant les soirs de crêpes ou je ne passais quasiment plus de temps à table sous prétexte de les faire). Autre calvaire, le bruit du coupe ongle et même porte fermée il me faut être à l’autre bout de la maison. Les ronflements, mais bon qui supporte vraiment ça ? et quasiment tous les bruits la nuit y compris la respiration de mon conjoint. Je dors d’ailleurs avec des bouchons d’oreilles depuis des années et ça m’a changé la vie. Autres bruits qui me sont particulièrement difficiles à supporter, les gens qui « jouent » avec leurs mains et ce petit bruit de frottement des doigts l’un sur l’autre. Voilà pour les principaux bruits qui insupportent et me rendent la vie difficile. Mais grâce à l’article de téléstar, je sais que je ne suis pas folle et c’est déjà un soulagement.

De : Yasmina D.
Témoignage : J’ai 21 ans bientôt 22 ans et depuis que je suis toute petite je déteste les bruits de bouche particulièrement les gens qui rongent leurs ongles. Ca me rends complètement dingue, je pourrais frapper quelqu’un qui fait ce bruit à côté de moi et ça cause pas mal de conflits dans ma famille sachant qu’on vit à 6 dans un appartement. J’ai horreur des gens qui crachent, qui se mouchent, qui se raclent la gorge pour cracher ça me donne littéralement envie de vomir, moi même une fois j’ai vomi après avoir craché tellement ça me dégoûtait.

De : Madeleine H.
Témoignage : Les pires de tous ? (ok, peut-être pas le pire mais au moins dans le top 5) Ceux qui font des petits « mhh » à chaque respiration.

De : Cedric M.
Témoignage : Bonjour, j’ai découvert il y a peu qu’il était possible de mettre un nom sur mes réactions excessives quand j’entends des bruits de mastication, de respiration forte ou encore de déglutition, j’en passe et des meilleurs ! Je constate également que je ne suis pas seul et j’aimerai beaucoup partager avec d’autres durant une prochaine rencontre, je suis intéressé de savoir ce qu’il est possible de faire, et je pense que mes proches le seront également car je sais que je suis parfois difficile à vivre à cause de la violence verbale de mes réactions. N’hésitez pas à me contacter. Merci d’avoir créer un site, je trouve ça vraiment super pour des personnes qui ignorent encore ce sujet. A bientôt. Cédric

De : Patricia G.
Témoignage : Les bruits de bouches ont été les premiers sons qui m’angoissaient (très jeune). Plus tard, je ne sais pas si cela peut avoir une coïncidence, mais suite à un gros problème de santé de mon mari, je ne supportais plus les bruits de clavier. cela devenait très pénible d’aller travailler. Un jour en arrivant au bureau je me suis mise à pleurer sans pouvoir m’arrêter, bilan = dépression = arrêt 1 mois. Les anti dépresseurs me permettaient de mieux supporter les bruits, en plus du casque. Par la suite j’ai consulté un ORl, diagnostic = Hyperacousie ???, il ne m’a pas aidé à grand chose. Au bureau, j’ai demandé que mes collègues aient des claviers antibruit, genre clavier de Pc portable et pour moi un casque Antibruit, cela a atténué considérablement mes angoisses. Aujourd’hui, je suis dans un bureau ou il y a beaucoup de bruit donc les bruits de claviers sont couverts, et cela est très bien, plus il y a de personnes autour de moi mieux c’est, mais j’ai toujours mon casque au cas ou. Je m’aperçois qu’au fil du temps je supporte de moins en moins de bruit, et surtout le sans gêne des individus. Les personnes qui mangent ou boivent en faisant du bruit et la bouche ouverte. Je ne vais plus au cinéma (Pop corn, bruit de papier de bonbons),  reniflement et raclement de collègues enrhumés. (Je ne comprends pas que l’on puisse se comporter de cette manière, personnes pas éduquées ?). Bien sûr les bruits de claviers, un chat ou un chien qui se lèche, le ronflement. Je ne sais pas si mon témoignage va servir à quelque chose. En tout cas maintenant je sais que je ne suis pas seule, et je vais me faire un grand plaisir d’en parler autour de moi. Patricia

De : Céline R.
Témoignage : J’ai développé ce trouble assez jeune. Je ne me souviens plus quand est-ce que ça a commencé. Très jeune mon trouble était lié à deux personnes seulement : mon grand frère et ma mère. Pour le premier, je ne supportais pas entendre ses reniflements. Petit à petit, mon trouble s’est accentué (empiré) et aujourd’hui certains gestes que font mon frère sont devenus insupportables. Quant à ma mère, ce sont les bruits de la bouche (bruits de mastication) qui m’insupportent. Je ne crois pas qu’elle fasse particulièrement plus de bruit qu’une autre personne, mais c’est sur elle que mon trouble s’est catalysé. De la même façon que pour mon frère, mon trouble s’est étendu et aujourd’hui certains de ces gestes (liés à la nourriture) sont devenus également insupportables. En grandissant, mon trouble de la misophonia s’est beaucoup développé et est sorti du simple cadre familiale. Les bruits qui me dérangent le plus restent les bruits de mastication.

De : Amandine L.
Témoignage : Reniflements, mastication, ronflements, respiration forte, chuchottements, l’aspiration « Dark Vador » de certains fumeurs.

De : Marine G.
Témoignage : Ce gène a commencé vers l’adolescence, les repas de famille sont très compliqués ou inexistants… Je choisis ma place stratégiquement, près de la Tv mais même quand je me concentre sur le son de la Tv, mes oreilles n’en font qu’à leur tête, elles entendent que ces petits bruits de mastication. Quand je suis fatiguée, le symptôme est dix fois plus fort, ça me fait comme une douleur dans les oreilles j’ai même des pensées de haine envers ces personnes, je ne me contrôle plus, je mange très rapidement pour très vite sortir à cause de ça je ne mets plus que 10 min maximum pour manger, 10 min de calvaire, à souffrir. Parfois ça me coupe même l’appétit. Au cinéma c’est très compliqué également quand les gens mangent des pop corn à côté de moi je ne dis rien mais je ne suis absolument pas le film. Aucune personne de ma famille ne comprend ce gène je me fais critiquer ou je me prends une morale qui ne résous pas ce problème. J’ai également consulté une psychologue pour ce problème mais la psychologue était dépassée et m’a dit que à pars du yoga pour me détendre ! Parfois je m’énerve même seule quand j’entends mes aliments se mâcher dans ma bouche cela me rend en transe ! Je ne savais pas que ce problème était diagnostiqué comme une maladie reconnue et que je n’étais pas la seule à ce point la !

De : Marine C.
Témoignage : La mastication la bouche ouverte est ce qui me dérange vraiment le plus. J’en viens à haïr les gens qui mâchent du chewing-gum et je n’en mâche pas pour leur éviter ce que je vis, tout en étant consciente que la grande majorité des gens n’en n’ont rien à faire. Je ne supporte pas non plus les bruits que font les gens lorsqu’ils se rongent les ongles, ou jouent avec, ou se « curent les dents ».

De : Sarah H.
Témoignage : Les bruits de mastication, (surtout ceux la bouche ouverte), les repas sans tv ou autre distraction sont un calvaire pour moi. Pire : quelqu’un qui mange à côté de moi et moi pas… je quitte la pièce automatiquement. Les chats/chiens qui se lèchent, les claquettes+!!!! Les pas en général (cheval qui trotte). Le clavier de l’ordinateur me rend littéralement hystérique, le tic tac de l’horloge mais ça m’agace différemment car je sais qu’il n’est pas d’origine humaine. Quel soulagement de savoir que je ne suis pas seule à me rendre folle de ces bruits depuis des décennies et même de mettre un mot sur ce mal-être ! Je n’ai jamais trop osé en parler (seule 1 personne proche) car ça renvoie une image de moi trop égoïste, associable, intolérante alors que je ne suis rien de tout ça. Ces bruits provoquent des montées de stress et d’angoisse qui redescendent dès qu’ils cessent…

De : Romain M.
Témoignage : Une personne qui renifle, tousse, se ronge les ongles, cris d’animaux à répétition, bruit de pas, (talon …), déglutition, mastication…

De : Simon F.
Témoignage : Bonjour, j’ai 40 ans et je n’ai que pu mettre un mot sur mon problème qu’en 2003. Depuis ma tendre enfance, je me rappelle très bien à la table, je ne pouvais endurer entendre manger mon père, ma mère, etc. Mais ce n’est qu’une infirme partie de mon problème de Misophonie. Êtes-vous prêts à lire ? Je ne suis vraiment pas bon en français, alors SVP, ne jugez pas car je travaille à 95% en anglais. Je ne vais pas m’attarder à vous compter l’enfer que j’ai vécu en `dealant`avec la Misophonie avant que j’apprenne que ça existait. Le fun à commencé quand j’ai été chez mon docteur de famille en 2003, lui apportant un certain problème que j’ai lu sur Internet. Il m’a tout simplement dit que cela était du à mon impatience et a ma bipolarité (ahh ahh!) Alors je suis sorti en me disait que je devais vivre avec ça. En faisant des recherches je me suis vraiment senti floué de cette réponse facile et sans valeur. Ensuite, j’en ai parlé à mon psychiatre et la même chose. Cela n’existe pas, nous sommes juste des intolérants au bruit. C’est du n’importe quoi en can (expression que j’aime utiliser). Même mon ex copine ne comprenait pas et je passais pour une ‘princesse’ qui avait aucune patience. Bon aillant expliqué un peu mon histoire, voilà quelle est ma vie aujourd’hui : Si je mange avec du monde, il doit y avoir de la musique à tue-tête qui joue. Dans un restaurant, je ne peux endurer entendre quelqu’un manger, alors je n’y vais jamais. À part les resto-pubs IE : Cage Aux Sports (au Quebec), il y a beaucoup de bruit, alors c’est OK.  Au gym : Je veux faire mal à tous les idiots, idiotes qui font des balounes avec leur gomme. C’est une place publique, pourquoi m’obliger à entendre ce bruit ? C’est un non-respect. Alors quand ça arrive, je dois changer de place, d’exercice. À la maison : les bruits de bouche, de gorge, déglutination, un chien qui boit de l’eau, un enfant qui suce son pouce avec un bruit de succion, et tout. Cela me rend tellement agressif que j’ai des pensées assez sauvage et extrême. Je ne suis pas le seul, au moins, à avoir ces pensées. Dans tous les jours de la vie : le monde qui siffle, marmonne, murmure, font des sons répétitifs avec IE : Un crayon, un pied, claquer les ongles sur un bureau, le son des lèvres quand on donne un baiser en public, dans un film, etc, me rendent fou, à voir, très agressif. Et on oublie le cinéma, c’est une chambre de torture pour les misophoniaques. Alors voilà, je m’isole, je travaille 100% sur Internet, seul, à temps plein de la maison. Donc, personne qui fait des sons. J’ai une copine avec trois enfants, oui, vous lisez bien, par contre, elles (toutes des filles) comprennent ma situation et me respecte et font attention. Je ne peux pas demander mieux. Elles sympatisent avec moi et nous sommes en train de découvrir qu’une des filles aurait peut-être la même chose que moi, yeah! Alors pour elle, au moins, elle ne va pas grandir en pensant qu’elle n’est qu’une princesse intolérante, mais on va pouvoir l’aider et la comprendre. Le but de tout ça, peut importe comment on se concentre, comment on se dit : OK, je vais essayer de ne plus être comme ça… Désolé, cela ne marche pas comme ça. Ya un défaut de manifacture à quelque part dans le cerveau et il faut que des spécialistes commencent à nous prendre au sérieux. C’est frustrant. Ma qualité de vie est que je ne sors pas car j’ai peur d’affronter les bruits car j’ai tellement des pensées dangereuses et sauvages quand ça arrive… Ouf, avant que vous pensiez que je suis juste bipolaire et que sa fait partie de ça, je ne suis pas prêt à dire ça du tout. Je suis traité depuis 1997 et stable et je ne suis pas du type que l’on nous montre à la TV. C’est insultant. Nous sommes normaux comme ceux qui ont du diabète, sauf que nous c’est dans la tête au lieu du pancréas! C’est tout. Bref, bonne chance à tous et toutes, on lâche pas.

De : Marine C.
Témoignage : Une respiration trop forte, un bruit de mâchoire lorsque quelqu’un mange, des bruits de bouche ou de salive, des raclements de gorge, des bruits de pieds qui bougent ou d’orteils qui craquent… Cela a commencé vers mon adolescence, avec mes parents. Je ne supportais plus les entendre manger ou les entendre remuer devant la télé. Conséquences : je quittais les dîners plus tôt même si j’avais encore faim, j’allais dans ma chambre dès que je pouvais, je faisais du bruit moi même pour couvrir les leurs, je ne dormais presque pas de la nuit car j’étais concentrée sur leur respiration ou leurs ronflements. Une concentration sur ces sons entraînaient un énervement, une colère, et même de la détestation. Aujourd’hui cela continue seulement avec les inconnus ou quand je me retrouve chez mes parents. Je vie avec mon copain maintenant, et bizarrement rien ne me dérange chez lui, sauf la nuit quand il respire fort. Du coup c’est boules Quies tous les soirs, et quand je les oublie, c’est une demi nuit blanche qui m’attend. Cela va mieux mais cela reste gênant. Si une solution existe un jour, j’espère la connaître.

De : Coline A.
Témoignage : J’ai 15 ans et j’ai découvert que j’étais misophonie en découvrant que j’ai exactement les mêmes problèmes qui décrit la misophonie. Les bruits quand on mange, les reniflements, les bruits qui ne s’entendent pas forcément mais que moi j’entends et ça m’énerve. Je ne comprenais pas pourquoi j’étais comme ça, surtout mes parents mais maintenant je sais, en cherchant sur ce site.

De : Noémie B.
Témoignage : Bonjour, j’ai 17 ans. Tout d’abord, il y a les mâchements, comme une majorité des misophones. Et ensuite, en seconde position je mettrai les lechements des animaux. Je ne cherche même pas à comprendre pourquoi. Mais c’est vraiment horrible. Ensuite il y a les ronflements. Insupportable. Et les horloges.

De : Mka M.
Témoignage : Bonjour, j’en « souffre » depuis le début de l’adolescence. Les bruits les plus gênants, pour ma part, sont liés à la mastication et la respiration. Malheureusement aucune solution à l’heure actuelle.

De : Anne-Gaëlle
Témoignage : Je ne supporte plus les bruits mais aussi LES GESTES REPETITIFS… Donc misophonie (haine des sons, c’est tout ?). – Bruits liés à la bouche : mâchement, lorsqu’on se nettoie les dents, lorsqu’on joue avec ses dents, lorsqu’on passe sa langue sur ses lèvres, tous les bruits de bouche qui font du bruit, surtout les personnes qui mangent en aspirant les aliments !!! – Bruits liés au nez : HORREUR, ça m’énerve juste le fait d’en parler !!! Respiration trop forte, respiration sifflante, le bruit que l’on fait lorsqu’on ne se mouche pas et qu’on préfère le faire remonter PRENEZ UN MOUCHOIIIIIR!!!!! Les ronflements… – ATTENTION UN NOUVEAU BRUIT : Le bruit du pipi (applaudissement), le bruit de pipi d’un mec qui ne pisse pas franchement mais qui pisse par goutte, une goutte par une goutte. Pareil pour le bruit de l’eau, lorsqu’un robinet n’est pas bien fermé, je ne supporte pas. – Les raclements de gorge – Le craquage des doigts
Passons aux gestes maintenant : Les pieds qui bougent mais qui produit tout le temps le même geste chaque seconde, Quand on touche son nez trop souvent, Quand quelqu’un touche ses cheveux tout le temps, Quand quelqu’un fait un geste et se répète. 
Une maladie qui te bouffe à l’intérieur, qui t’empêche d’aimer librement, d’être toi et de sortir avec qui tu veux comme bon te semble ! UNE SOUFFRANCE…

De : Camille L.
Témoignage : Bonjour, je m’appelle Camille, j’ai 29 ans, depuis longtemps (je ne pourrais pas dire combien de temps ; je ne le sais pas moi-même), il l’est difficile voire insupportable d’entendre mes parents, mon frère et ma sœur siffler et chanter (je suis bien consciente qu’ils pâtissent de cette situation). Je ne pourrais pas dire pourquoi je ne supporte pas les entendre siffler et chanter. Et pourtant je supporte entendre des personnes extérieures à ma famille siffler et chanter (est-ce normal de supporter entendre siffler et chanter des personnes extérieures à sa famille et ne pas pouvoir faire de même avec les membres de sa propres famille ?). Mon père fait partie d’une chorale et ma mère prend des cours de chant cette année. Je vis en appart mais lorsque je leur rends visite ça leur arrive de commencer à chanter (mais je réagis au quart de tour, c’est plus fort que moi). J’essaie de prendre sur moi, mais je n’y arrive pas. Il m’arrive de mettre dans ma chambre et de me boucher les oreilles avec mes mains. Il y a d’autres bruits que je ne supporte pas non plus : les bruits de pop-corn (au cinéma), les bruits de plastique (lorsque l’on manipule un sachet plastique ; même lorsque moi-même je fais du bruit avec du plastique). Mais ce qui me dérange le plus (malgré moi) c’est entendre siffler et chanter les membres de ma propre famille. J’aimerais que ça change. J’aimerais savoir si avec des séances d’hypnose on peut éventuellement atténuer cette « misophonie » gênante (pour mes proches et aussi pour moi-même). Cette situation déteint un peu sur mes relations avec mes parents ; j’aimerais pourtant sincèrement avoir des relations plus sereines avec eux. Mais est-ce que ne pas supporter entendre siffler et chanter les membres de sa propre famille (et supporter entendre siffler et chanter les personnes extérieures à la famille), peut-on appeler ceci de la « misophonie » ?

De : Marianne M.
Témoignage : Consciente de ma misophonie, je vis seule, sans enfant, avec internet. Je sais d’avance que je ne vais pas supporter les cris d’enfants qui jouent, les cris de disputes. Je ne supporte rien : une personne qui parle en mangeant me traumatise pendant des années (les bruits écoeurants et la voix spéciale de celui qui parle en mangeant, me reviennent en mémoire), à la télé ou à la radio quand quelqu’un parle pendant trop longtemps (je suis obligée d’éteindre car mes nerfs sont attaqués). Les gens qui parlent trop fort me donnent des envies d’assassinat. Misanthrope, schizophrène à cause de la misophonie, je m’enferme dans le silence et la solitude dans le bien être de ce calme harmonieux.

De : Patrice P.
Témoignage : Bonjour, c’est varié : Le clic de souris (même le sélecteur de GPS), la frappe sur clavier, la mastication (classique), la respiration, le claquage de langue (le premier bruit qui m’a insupporté). Malheureusement, deux solutions uniques : la fuite et la crise de colère incontrôlable. C’est frustrant au possible.

De : Clémentine T.
Témoignage : Bonjour à tous, LE bruit que je ne supporte pas est celui de la déglutition. Exemple : lorsque quelqu’un va boire un café, de la soupe, du thé… à côté de moi, si j’ai le malheur d’entendre une fois le bruit de la déglutition, je vais l’entendre jusqu’à la fin !!!! Cela me met dans un état de colère, j’en ai l’estomac qui se serre, les nerfs à bout !! Seule façon de ne plus entendre : me boucher les oreilles et parler en même temps (pas pratique lorsque ce n’est pas en famille mais chez des amis ou autres). Un vrai calvaire !

De : Dorine B.
Témoignage : Bonjour, depuis mon enfance je suis misophone. Aujourd’hui j ai 20 ans, je suis une jeune maman. Je ne supportais plus d’aller à l’école car je ne pouvais plus entendre les gens jouaient avec leurs stylos, qu’ils tapaient contre la table, ou les entendre chuchoter, taper des pieds, se basculer sur les chaises qui tapaient ensuite sur le sol. J’adore les animaux mais je ne supporte pas de les entendre se lécher, ça m’énerve et me rend haineuse. Je ne supporte pas entendre mon conjoint dormir car il avale sa salive et toise la nuit. Je ne supporte pas les enfants qui gloussent quand on leur pose une question et encore moins quand ils font une comédie. C’est insupportable. Peut-on se soigner ? Ou doit-on rester à l écart de tout le monde ?

De : Malou
Témoignage : Bonjour, beaucoup de bruits me dérangent, mais le plus important est celui de la déglutition. Celle des autres ou la mienne.

De : Lara B.
Témoignage : Bonjour, je ne suis pas encore majeur mais je me pose plein de questions : est-ce qu’être agacé des bruits de chewing-gum jusqu’à en pleurer c’est souffrir de la misophonie, ou encore par les bruits de mastication bouche ouverte ? Mais seulement cela ?

De : Solange S.
Témoignage : Bjr je suis donc misophone. Je croyais être seule dans ce cas, je suis rassurée car je suis désagréable à table ou quand je suis à côté d’une personne qui mange ou boit cela me crispe. Mais aucunes solutions.

De : Catherine A.
Témoignage : Les bruits de mastications et de manière générale tous les bruits répétitifs. Une cuillère dans un pot de yaourt… Je n’entends plus que çà et n’arrive plus à me concentrer. Je ne savais pas que c’était une « maladie ». Soulagée de ne pas être seule mais j’ai peur de l’avoir transmis à mes enfants.

De : Jo
Témoignage : Les gens qui mastiquent surtout la bouche ouverte et les enfants de mon conjoint font un genre de bruit de satisfaction à chaque bouchée… Les dents sur la fourchette, ceux qui mangent des croustilles, des bonbons durs. Le bruit de quelqu’un qui avale. Les ustensiles dans le fond des assiettes.

De : Xavier M.
Témoignage : J’ai soixante ans, je souffre de la misophonie depuis le début de mon adolescence cela a commencé en entendant la respiration de mon frère qui dormait avec moi. C’est venue très progressivement. Ensuite cela était le bruit de mastication, mon père faisait beaucoup de bruit et de plus je l’avais à côté de moi. Comme les autres témoignages je ressens de la rage, de la haine, c’est insupportable et parfois je suis obligé de fuir. Je dois préciser que moi aussi je ne ressens ça qu’avec mes proches avec les autres étrangement un certain plaisir. J’ai appris ce dont je souffre depuis une dizaine d’années à la suite d’un article que ma sœur m’a fait parvenir. Autant dire que je n’ai pas de solutions et j’en suis désespéré, je ne sais pas comment faire et comment ça va évoluer.

De : Nolwen D.
Témoignage : Bonjour, je suis misophone et c’est seulement l’année dernière que j’ai pu mettre un nom sur cette maladie. Le pire selon moi sont les bruits de bouche (mastications, chewing-gum, avalements…), il y a aussi les bruits répétitifs, et les bruits de respiration. C’est un réel enfer. Parfois j’ai des pensées horribles ! Que ce soit avec ma famille, des inconnus ou des camarades de classe. Souvent, en classe, mes camarades s’amusent à faire de la musique avec leurs doigts, mains, ou pieds. C’est juste horrible, j’ai des bouffées de chaleur etc, et je me retiens de les interpeler méchamment, je prends alors sur moi parce que j’ai la réputation d’une fille pénible et « chiante ». Alors souvent, je suis déconcentrée dans le cours, ou quoi que ce soit d’autre. On ne me prend jamais au sérieux, et on me dit : « oh ça va, c’est rien ce que tu as ! N’en fais pas tout un plat ! Moi aussi ça me dérange un peu. », mais moi ça me dérange pas, ça m’angoisse et ça me donne envie de taper, et de faire mal jusqu’à ce que le bruit cesse. Je suis quelqu’un qui a pourtant une ouïe pas développée du tout (oreille gauche en mauvais état), mais j’arrive tout de même à entendre ces sons extrêmement bien. J’adore la musique, alors j’écoute souvent très fort pour ne pas entendre les bruits autour, ou sinon je m’éloigne de cette personne « nocive ». J’espère que la misophonie sera un jour reconnue !

De : Stéphanie P.
Témoignage : Bonjour, juste pour que vous puissiez ajouter dans votre liste de bruits : les cris et pleurs des enfants. Merci

De : Marie Thérèse D.
Témoignage : Tous les bruits de mastication, déglutition. Le bruit insistant du raclement d’une cuillère dans un pot de yaourt ou sur une assiette. Les reniflements. Le bruit des motos ou voiture qui font ronfler leurs échappements.

De : Muriel T.
Témoignage : J’ai 62 ans et je viens de découvrir de quoi je souffre et que je ne suis pas folle ! Je ne sais plus quand cela a commencé mais en tout cas très jeune, début de l’adolescence peut-être. Comme Lisa M, ça me le fait que sur mes proches. Cela a commencé principalement avec mon père qui faisait des bruits avec sa bouche. Les éternuements, les toux, les ronflements, les sifflotements et les bruits de bouche ouverte en mangeant m’insupportent chez certains de mes proches.

De : Sarah T.
Témoignage : Sacrée révélation ce soir en lisant tout ça. Je ne savais pas que mon cauchemar de vie portait un nom ! Dernièrement, pour que je puisse supporter les repas, nous avons acheté des assiettes et des couverts en bois. Les bruits de bouche, de couverts et de respiration sont difficiles à supporter. Il m’arrive fréquemment de quitter la table. Je dors depuis 10 ans avec des boule quiès.

De : Marine D.
Témoignage : Si j’avais un podium à dresser, ce serait en premier les bruits de bouche, puis les bruits d’ongles et les respirations excessives. Même quand le chat fait sa toilette ça me dérange !

De : Sylviane F.
Témoignage : Quand on mange la bouche ouverte j’ai envie de frapper, ou encore les grincements des portes qui grincent

De : Déborah A.
Témoignage : Bonjour, pour moi, les bruits liés à la mastication, à la respiration, aux raclements de gorge, les bâillements excessifs, sont insupportables. Mais le pire du pire, ce sont les reniflements ! D’ailleurs je suis surprise car je n’ai pas l’impression que cela soit le cas pour la plupart des misophones. Merci pour votre site !

De : Claire L.
Témoignage : Bonjour, le bruit du coupe ongles aussi.

De : David A.
Témoignage : Je pense être mysophone à la base, étant gosse j’ai jamais supporté les bruits de bouche de ma mère et le bruit d’aspiration du café des autres. A mon plus grand malheur (dieu essayerait-il de me punir ?) j’ai eu un beau-père qui pourrait faire parti du Guinness des records tellement ses bruits de bouches sont exagérés : il aspire la soupe et absolument tous les liquides chaud/froid comme un enfant le ferait pour provoquer (suuuurp!), il y arrive même avec certains solides improbables comme des glaces ou du chocolat en tablette (je ne comprends pas comment il fait ni pourquoi!). Aussi il mâche la bouche grande ouverte, claquements de langue monstrueux qui vont avec, soupirs en mangeant et il rote (bizarrement c’est ce qui me dérange le moins, voir même pas du tout sauf quand il me le sus-sure à oreille pendant que je petit déjeune). Et là, comme si ce n’était pas assez, je me retrouve depuis 1 an et demi à travailler en face d’un mec absolument répugnant : il respire très très fort par le nez, lui aussi boit sa soupe/café aussi comme un gamin en aspirant (je l’entends à l’autre bout du couloir à une dizaine de mètre hein) AINSI QUE SES FOUTUS CROISSANTS/BISCUITS pour ne pas faire de miettes je suppose (et il n’arrête pas de bouffer à longueur de journée!) et enfin il mange la bouche fermée en soupirant loooonguement mais l’ouvre de temps à autre pour faire ce bruit si insupportable de décollement de la langue du palais. Aussi son habitude d’exploser son clavier quand il écrit un mail pas content, comme si la force de frappe se transcrivait sur le mail et que l’interlocuteur pouvait percevoir son énervement. Enfin son toc quand il est arrogant d’avoir dit quelque chose qui lui semble (à lui hein) futé/bien pensé/inédit/juste : Le soupir en fin de phrase de quelques secondes très bien audible, genre « ça vous la coupe? ». Plus il y a du monde et plus il y a des gens importants, plus le soupir sera fort et long. Il me tarde qu’il parte ou que je sois muté…

De : Julien R.
Témoignage : Ce que je pensais être une question d’éducation voir de savoir vivre se révèle être une pathologie. Soit. Mais il est vrai que les gens qui mangent la bouche ouverte, tout type de bruit de mastication, les chiens qui se lèchent bruyamment ça me fait péter les plombs ! Intérieurement seulement… Je n’extériorise pas… heureusement… car je pourrais avoir des excès de violence… Haaaa rien que d’y penser… Bref. Je suis quelqu’un de civilisé tout de même… heureusement pour eux…

De : Patricia B.
Témoignage : Mon dieu, je tombe par hasard sur ce site et depuis un bon moment je souffre de ne plus arriver à dormir paisiblement, sauf quand je suis seule… je me suis même demandée si j’étais folle… Je ne supporte plus rien … autant de bruits qui dérangent mon quotidien et m’empêche de me reposer dans le calme, mon coeur palpite… Le chien, l’horloge, la respiration de mon conjoint… Je consulte pour des troubles du sommeil et me rends compte que le problème n’est peut être pas forcément de là… je ne sais plus quoi faire… ni qui consulter… aidez moi.

De : Cécile P.
Témoignage : Pour moi, ce sont principalement les ronflements mais aussi tous les bruits « non-naturels » que j’entends lorsque je suis dans mon jardin comme la radio de mon voisin, le bip d’un camion qui recule à répétition, des enregistrements en boucle de cris d’animaux pour faire fuir un héron…  Voilà !

De : Sorenza M.
Témoignage : Les bruits qui me dérangent le plus sont les grincements, comme une fourchette sur un plat, le grincement des dents… tout ces trucs, rien que d’y penser ça me donne des frissons…

De : Jérôme C.
Témoignage : Ce sont les bruits de mastication qui me dérangent le plus. Je pense que c’est vraiment un problème d’attention qui se focalise sur ce détail. Dès que je capte ce son, je n’arrive plus à penser à autre chose. En revanche, dès que mon attention est captée par autre chose, je n’y pense plus (enfin ça dépend du zèle que met l »l’autre » à mâcher…). Je crois que ça a commencé à cause de mon père qui mangeait (et qui mange toujours d’ailleurs) la bouche grande ouverte. Cette révulsion à l’égard de ces bruits s’est étendue à mon épouse, ainsi qu’à mes propres enfants que je rappelle systématiquement à l’ordre dès qu’ils mâchent avec un peu trop d’ardeur. Les pauvres n’y sont pour rien, et se prennent des réflexions du style « fais moins de bruit quand tu manges » ou « ferme la bouche pour mâcher ». Je suis quelqu’un de naturellement anxieux, j’ai des problèmes d’hypertension, et je suis capable de me mettre dans des colères incontrôlables.

De : Mathilde
Témoignage : En plus des bruits de mâchoire et de chewing-gum, je déteste les bruits de mouche et des autres insectes volant, ainsi que le bruit des motos. Ces bruits m’horripilent…  Je suis hors de moi quand je les entends !

De : Cyrille B.
Témoignage : En premier lieu, tous les bruits « inutiles » ou évitables tels que : les alertes sonores des ordinateurs ou téléphones portables, mention spéciale pour un bruit de sifflet très répandu (iphone je crois) et pour les collègues qui ne coupent pas le volume de leur ordinateur en réunion, les gens qui mâchent la bouche ouverte, les grelots, les froissements de sacs plastiques, les tics (stylos à ressort…)… Ensuite tout bruit peut-être utile mais dont je ne connais pas la durée ou la répétition. Une perceuse ne me gêne pas ou me gêne moins si je sais combien de temps ou de fois je vais l’entendre. Le rythme intervient aussi : les rafales de vent sont pénibles aussi alors que le bruit des vagues au bord de la mer passe assez bien.

De : Aude M.
Témoignage : Merci de ce site car je pensais être la seule à vivre ce calvaire. Je ne supporte pas les bruits de mâchoire, déglutition, chewing-gum, d’entendre les autres parler la bouche pleine, bailler, se laver les dents, siffler. J’ai fait un peu de thérapie avec des conseils comme accepter l’agacement et le laisser monter, puis l’observer redescendre, mais ça n’a pas très bien marché. Ca m’handicape énormément au quotidien et dans ma relation avec mes proches.

De : Guillaume R.
Témoignage : Les gens et les animaux qui mangent et mâchent et qui avalent bruyamment et surtout les animaux qui se lèchent. J’ai un chat et un chien et je les fais systématiquement sortir de la pièce dans laquelle je suis. La sensation est telle que je me sens extrêmement irrité et irritable. Je suis incapable de me contrôler. La seule solution quitter la pièce pour ne être désagréable voire violent.

De : Léna
Témoignage : Pour répondre à tout ça je dirais d’abord que je ne sais pas si dans mon cas il s’agit de misophonie, en effet les bruits de bouche me dérange ; moins que certaine personne de mon entourage, quand ils sont isolés. Je préfère les gros bruits que les petits, c’est à dire que le voisin peut faire des travaux, tant qu’il ne me réveille pas ça ne me gênera pas. Mais s’il met de la musique et que je n’entends que les basses ça va me gêner. La respiration des gens me gêne énormément, les ronflements. C’est une horreur, s’ils se rongent les ongles aussi, et j’ai beau mettre de la musique, le fait de savoir qu’ils se rongent les ongles m’agace. Je dors avec des boules quies et en met même la journée quand mon voisin du dessus se décide à faire de la guitare acoustique. Le moindre petit bruit m’agace. C’est contraignant dans ma vie de tous les jours, je ne peux pas regarder la télé dans les bras de mon chéri à cause de sa respiration, je ne peux pas dormir avec lui à cause de ses ronflements. Je sais que je ne pourrais pas vivre avec quelqu’un d’aussi embêtant que moi. Et je n’ai jamais su trouver de solution, je pense à l’hypnose mais franchement, est ce que ça fonctionne vraiment ?

De : Léa
Témoignage : Je ne me souviens pas quand cela a commencé mais je dirais vers le collège car je ne me souviens pas de ce problème à l’école primaire. Plusieurs bruits me dérangent, mais le pire reste les reniflements. Je ne supporte pas cela, ça me rend folle, quand quelqu’un renifle c’est pour moi comme si tout s’écrasait… Je suis encore étudiante, et ça me « pourris » de nombreux cours. Pour les examens, pas de soucis je mets des boules quies, et même si ce n’est pas l’idéal car je loupe parfois des informations données par les professeurs, cela me soulage et m’aide à me concentrer pour les examens. Mais le pire reste les cours obligatoires, quand quelqu’un se met à renifler au début d’un cours qui va durer 2h, je me referme, je suis énervée, et je le regarde à chaque fois qu’il renifle dans l’espoir qu’il se mouche par pitié ! Je lui en veux énormément à lui de renifler et de me pourrir ma journée mais je m’en veux à moi aussi de ne pas être normal… Les gens ne comprennent pas, ce n’est pas simplement un bruit que je n’aime pas, c’est un bruit que je ne supporte pas. Je peux parfois me mettre à pleurer une fois la situation écartée car j’ai vécu un enfer pendant plusieurs minutes ou plusieurs heures. Ce n’est pas vivable, cela m’empêche de bien travailler. Je ne vais plus au cinéma car ça a été quelques fois pour moi un enfer… D’autres bruits me dérangent : les assiettes qu’on empile sans ménagement, quelqu’un qui mange ses ongles, quelqu’un qui boit sa soupe… Mais le plus handicapant ce sont vraiment les reniflements…

De : Fabienne G.
Témoignage : Le pire pour moi était tous les bruits « de bouche » mais avec le temps beaucoup de petits bruits sont devenus de vraies tortures. Ce qui est étrange c’est que ces bruits ne me font pas d’effet s’il proviennent d’un animal. Quand je suis dans les transports en commun, je ne supporte presque aucun bruit. Les claviers d’ordinateur ou les touches de téléphone, les reniflements, les coupe-ongles (quelle idée de se couper les ongles en public), les petits bruits répétitifs faits en tapotant avec les doigts ou en actionnant des clés… Etc. Par contre les conversations, même un peu trop forte, ne me mettent pas dans le même état. Je peux en être agacée mais sans les sensations difficiles à décrire provoqués par les bruits cités auparavant. (Angoisse, colère, boule de haine, sensation de malaise énorme).

De : Thomas B.
Témoignage : Les bruits de bouche sont ceux qui me sont le plus insupportables : bruits « mouillés » de la voisine de train, mastication et déglutition bruyants ou simplement audibles, usagers de chewing-gums, embrassades d’amoureux (dans un film que je regarde à la télévision, si une scène d’amour arrive à l’écran, je coupe le son… et si c’est au cinéma je me bouche les oreilles)… Rien que le fait de dresser cette liste, je suis sous stress !

De : Gabrielle D.
Témoignage : Des ma plus jeune enfance, je disais à ma mère de cesser de faire du bruit en mangeant jusqu’à ce qu’elle me réponde qu’elle était chez elle et qu’elle mangerait bien comme elle voudrait, à 15 ans j’ai cessé de manger en même temps que la famille.

De : Mezhoud R.
Témoignage : Salut,  enfin je peux trouver une association qui peux m’aider à trouver des solutions sur ma maladie. D’abord je suis étudiant universitaire algérien et j’habite en Algérie, j’ai 24 ans et j’ai la honte à cause de cette maladie qui me fait complexer. Je veux avoir comment participer à cette association. Merci cordialement.

De : Josette G.
Témoignage : Les sifflements, les éternuements, les toux, les baillements, les bruits de mâchoire, les bruits que font les voisins, les pleurs des enfants, l’aboiement des chiens.

De : Laura
Témoignage : Bonjour,  j’ai 13 ans, je crois que j’ai une haine profonde envers certains bruits depuis 1 an à peu près. J’ai découvert la misophonie il y a peu, en me renseignant sur le net. Je pense être misophone. Les bruits qui me dérangent le plus sont les bruits de mastication, les petits bruits répétitifs (je pense notamment au ‘clac clac’ d’un stylo…) ou alors une respiration forte. Une personne qui respire fort a souvent des problèmes de respirations donc elle n’y peut rien, alors je comprends. Les bruits de mastication, eux, peuvent largement être évités, et ils me donnent une réelle envie de violence, ou d’insulter la personne qui mange, ou de crier. Ma mère fait bcp de bruit en mangeant, chaque repas est difficile et je sais pertinemment que si je lance un  » Tu peux manger moins fort ?  » au beau milieu du repas, mon père me fusillerait. Alors, pour essayer d’exprimer mon agacement, je soupire ou je jette des regards (très) insistants. Mon père le remarque et me dispute souvent… Il pense surement que je veux juste faire ch*er le monde… Mes parents ne connaissent pas la misophonie, mais les connaissant, si je leur explique ils comprendront difficilement…

De : Pépée G.
Témoignage : J’ai 16 ans et ça doit faire maintenant près de 3 ans que je souffre de la misophonie – terme que j’ai appris hier – et je peux dire que c’est une torture quotidienne. Les moments du repas sont horribles, puisque tous les membres de ma famille mastiquent bruyamment et boivent en faisant de gros bruits. Le lycée est horrible également car il y a les gens qui secouent leur jambe pendant une heure sans s’arrêter et j’ai juste envie de pleurer ou d’arracher la jambe au mec, il y a aussi mes potes que j’adore, qui en respirant siffle du nez. Je sais pas comment expliquer ça mais c’est vraiment horrible surtout que je ne peux pas dire : « excuse moi j’ai juste envie de te moucher moi-même pour que t’arrêtes de faire ce putain de bruit ». Il y a également les raclements de gorge des gars – oui c’est plus eux qui le font – quand ils font remonter leur glaire du fond de gorge. Mon dieu j’ai tellement envie de les frapper. En plus je prends tellement sur moi que j’ai l’impression d’avoir aussi un truc qui me remonte dans la gorge. Il y a aussi les voix graves à travers les murs, ce petit bourdonnement que moi seule entend, ou la musique au fond de la rue dont les basses sont répétitives et tard la nuit. La solution : un casque fermé avec du rock, du classique, du rap, de l’électro, n’importe quelle musique tant que ça fasse du bruit, et fort. Sur ce, bonne chance à tous ❤️

De : Caldi O.
Témoignage : Je suis misophone moi-même et je supporte difficilement les repas en famille, je ressens beaucoup de sentiments négatifs à l’égard des personnes produisant des bruits de bouche et je n’ai aucun moyen de l’évacuer ce qui me rend folle à la longue. J’en souffre beaucoup.

De : Emile K.
Témoignage : Bonjour, j’ai 14 ans et j’ai découvert hier le terme de misophonie, bien que je pense en être atteint depuis ma naissance. Les bruits qui me dérangent le plus sont les mastications, les déglutitions et par dessus tout les respirations. Patienter dans une salle d’attente est un véritable enfer, au point de me boucher les oreilles et de me mettre à pleurer. Même dans ma classe, on me regarde bizarrement car j’ai constamment les deux mains sur les oreilles. Mes parents ne me prennent pas au sérieux et s’énervent quand je fais mine de boucher mes oreilles. Quand j’entends les respirations des gens, j’ai tellement envie de les frapper pour faire cesser la torture que j’ai peur de le faire un jour. Merci de m’avoir permis de témoigner.

De : Aurore C.
Témoignage : Lorsque j’entends ce bruit, j’ai l’impression qu’il me rend folle : la sonnerie du réveil ! Le pire ce n’est pas quand je l’entends le matin, c’est quand je l’entends dans un film, à la télé, ou même d’autres sons similaires à ce son. Je ne sais pas pourquoi ça me fait cela car aucun bruit ne me dérange sauf ça.

De : Virginie M.
Témoignage : Bonjour je viens aujourd’hui grâce au 12 coups de midi apprendre de quoi je souffre. Beaucoup de bruits m’insupportent : les bruits de bouche, ronflements, toux sèche et répétitive, respiration forte, bruits du raclement du pot de yaourt avec la cuillère… et j’en passe ; je souffre de cela depuis l’enfance et le problème c’est que la liste en vieillissant se rallonge… ça devient un enfer pour moi mais pour mes proches aussi. J’ai 3 enfants et dès que le nez coule je suis toujours après….je peux pas m’en empêcher. J’espère pouvoir trouver avec votre aide des astuces ou solutions ; j’ai tenté le emdr mais sur une courte durée et ça n’a pas très bien fonctionné. Ravie de pouvoir échanger avec vous.

De : Laurine
Témoignage : Pour ma part, je déteste les bruits de bouche, n’importe lequel, dès que j’en entends un ça me fait criser. Il y a aussi un bruit horrible : celui d’une fourchette crissant dans une assiette ou d’une craie sur un tableau c’est… ça donne des frissons, on a l’impression de l’entendre amplifié par 100 000.

De : Salim B.
Témoignage : Je ne supporte pas les bruits de bouche comme la mastication, l »aspiration de la nourriture, parler la bouche pleine et le chewing-gum. Ça me met hors de moi.

De : Michel C.
Témoignage : Quel soulagement de découvrir que je ne suis pas fou… Pour moi le pire son a toujours été celui de quelqu’un qui mange sans fermer la bouche et en plus se met à parler la bouche pleine… Assez pour que je pète les plombs… Mais là le plus triste c’est que depuis quelqu’un temps mon amoureuse éprouve un problème de langage elle ‘zezette’… Il y a comme des z dans chaque mot… je comprenais pas la colère que cela active chez moi à chaque fois… dites-moi quelqu’un d’autre vie ça au niveau langages… Merci à vous, Michel (Québec)

De : Nathalie A.
Témoignage : Bonjour, voici la liste des bruits : mastication pire avec la bouche ouverte, ronflements, reniflements, pieds qui trainent, la toux. Merci

De : Thomas M.
Témoignage : Bonjour, pour moi ce sont les bruits à table mais pas au restaurant le bruit de la salle me permet de passer au delà. C’est un calvaire en famille car on ne me comprend pas !!!!

De : Paula P.
Témoignage : Depuis plus d’un an, je suis atteinte de cette maladie la misophonie. Mais depuis plus d’un mois, c’est un calvaire sans nom. Je pleure à presque tous les repas, m’emporte dans des colères. C’est INVIVABLE. Si un proche subit cette maladie, j’ai un conseil pour vous : ne pas prendre ça pour une blague. C’est une maladie très sérieuse.

De : Aicha Z.
Témoignage : Bonjour , je suis atteinte de misophonie depuis mon enfance. C’est un vrai cauchemar, je mange seule, dors seule, et j’ai toujours avec moi des écouteurs ou bien des boules quies. Je ne supporte aucun bruit (reniflement, crayon à papier, mastication, le bruit des lèvres… et encore pleins d’autres).

De : Naomi S.
Témoignage : Pour ma part, je souffre de misophonie depuis toute petite. Aujourd’hui j’ai presque 14 ans et la situation ne s’arrange toujours pas et je dirais même, s’aggrave. Les bruits qui m’insupportent le plus sont les bruits des personnes qui mangent, c’est vraiment invivable, pour moi et mon entourage. Je deviens complètement hystérique et je me dépêche de finir. Il y a un autre bruit qui m’insupporte : le bruit de la brosse à dent ! Ça me stresse énormément et je suis obligée de me boucher les oreilles ! Franchement, j’aimerais que ça cesse. Si quelqu’un a une solution, c’est avec joie !

De : Ariane H.
Témoignage : Intolérance aux bruits aigus et stridents. Certaines sonneries de smartphones, sonnettes de portes aussi.

De : Mélodie H.
Témoignage : Les bruits crées par l’homme volontairement sont insupportables tels la moto/mobylette, la tondeuse, les pleures d’enfant, le ballon qui tape, les talons du voisin au dessus etc tandis que les bruits d’avion, de train ou d’autoroute ne sont pas un soucis bizarrement.

De : Aude C.
Témoignage : Tous les bruits liés à la mastication, mais aussi la musique du voisinage (surtout ces maudites basses). Hier j’ai dû déménager de bureau et je le partage désormais avec une autre collègue, qui parle très fort et même toute seule. Elle marmonne toute la journée, quand elle rédige des mails, elle les lits à haute voix au fur et à mesure. Quand elle marche elle tape des talons, on dirait un éléphant qui se déplace ! Je ne supporte pas non plus les bruits de sifflements, les bruits de clics de la souris ou des tac-tac des touches sur le clavier. Bref, tous les bruits humains me mettent hors de moi. Seuls les bruits d’origine animale ne me gênent pas, mais alors pas du tout ! (aboiements, etc.). C’est un enfer au quotidien, j’ai des envies de meurtres envers les personnes qui font des bruits, et je ne peux rien dire car ce serait moi la malade, la fautive, l’intolérante. Je serais curieuse de savoir combien de personnes souffrent de ce mal, y-a-t-il un pourcentage sur un échantillon de population ?

66 thoughts on “Bruits qui vous dérangent le plus

  1. Maika dit :

    Pour moi il y a aussi.. de la musique forte, le bruit d’un crayon lorsqu’on écrit, des pieds que l’on frottent ensemble, des tappotements de souliers sur le sol, quelqu’un qui se gratte, quelqu’un qui siffle, quelqu’un qui cri ou parle fort, des pages de livre qui trourne bruyamment, des doigts qui tappe sur un bureau, le bruit d’un bouchon de crayon qu’on enleve et remet sans arrêt… il y en a beaucoup trop!

  2. Cla dit :

    En lisant tous ces témoignages, je me rends enfin compte que je ne suis pas seule à souffrir de cette maladie. Mais pour moi, cela va jusqu’au « dérangement visuel » (lorsque quelqu’un gigote par exemple). Toux, reniflements, respiration… Tous ces petits bruits m’agacent. Le pire doit être le bruit de mastication à table. Evidemment, j’ai du mal à contenir mon dégoût et en fais part à mes proches. Ma famille me reproche d’être « folle » et fait tout pour m’énerver encore plus. Si quelqu’un trouve une solution miracle, je dis OUI !

  3. Mini_biche dit :

    Bonjour à tous et à toutes.
    Personnellement, je ne suis pas atteinte de misophonie. J’ai un tout autre problème et j’aimerais y mettre un terme. Je n’ai même pas de mot approprié à cette phobie, j’ai beau regarder sur internet et demander autour de moi ou à mon médecin, je ne vois aucun mot qui définisse cette phobie. Moi, ce sont les détonations qui me dérangent. Les bruits secs et forts: coup de fusil, feu d’artifice, pétards, ballons de baudruche, orage… C’est un enfer. J’aime beaucoup regarder les feus d’artifice, parce que c’est joli. Mais leurs détonations me stressent, m’oppressent, me font trembler. Je me bouche les oreilles avec mes doigts et j’ai l’air d’une folle. Il arrive même que des enfants se moquent de moi pour ça. J’ai honte de cette phobie… Courage à tous et à toutes.

    1. Misophonie.fr dit :

      Bonjour,

      Je ne sais pas de quelle « phobie » vous souffrez mais une chose est sûre n’en ayez pas honte.
      Je parlerais de votre cas à la pro qui nous suit… au cas où elle puisse vous aider un mettre un nom à cela et peut être vous aider.
      Bien à vous,

      Elodie

    2. Chellali dit :

      J ai le même problème

    3. zouzou54201 dit :

      Cela s’appelle la phonophobie il me semble.

      Fanny.

  4. Alexandra R dit :

    Bonjour à toutes et à tous!
    Je si contente de voir que je ne suis pas la seule! Depuis l’enfance, je ne supporte pas certains bruits. Evidemment tous ceux qu’on a cité avant moi mais aussi:
    – quelqu’un qui se brosse les dents.
    -quelqu’un qui mange une biscotte ou une pomme.
    – les gens qui disent « hmmm » ou « euh » pendant 3000 ans.
    – la voix de certains enfants, ca m’exaspère tout simplement.
    – les bruits répétitifs.
    – les gens qui font du bruits avec leurs couverts lorsqu’ils mangent
    – l’ouverture d’un paquet de chips, bonbons, pain de mie, etc
    -quelqu’un qui se gratte (on a l’impression que ca ne va jamais cesser)
    -le bruit de couette (gens qui bougent tout le tps)
    -les personnes qui descendent les escaliers TROP bruyamment, comme s’ils étaient des elephants
    Bref, je m’arrête là car jme rend compte que la liste est longue et ca me fait peur…
    J’espère qu’on trouvera une solutions à part Ipod ou boules quies!
    Cordialement,
    une misophone!LOL!

    1. Lucie dit :

      Pour moi se sont les chips et tous les jours je côtoie une personne qui en mange à tous ces repas du midi. Je vais devenir folle je crois

    2. marianne dit :

      de ce fait, je vis très seule. Mais quand je sors, je supporte mieux vu que je vis dans l’isolement et le silence absolu. Sauf les bruits de talons qui claquent dans la rue. J’ai trouvé un remède : je laisse passer les personnes devant moi en regardant une vitrine en attendant qu’elle passe devant. Je me dis que je ne vais pas supporter toute une rue comme ça, avec ce bruit de claquement dans mon dos.

  5. Manon dit :

    Je suis également concernée par tout ça ! Je crois que ce qui me dérange le plus ce sont les bruits de mastication à table, le pire c’est quand on mange en famille ! C’est insupportable je ne tolère plus ! La colère monte et je m’en bouche les oreilles !

  6. C dit :

    Et les animaux qui gratte aux porte, et les chuchotement …….bruit des savates ou tout claquement ou grincement. Parler dans mon oreille, c un enfer, alors entendre quelqu’un respirer ou ronfler ………( comme les crispations musculaire d’une tierse personne), ect…… D’y penser est déjà difficile.

  7. Lilian dit :

    Pour ma part, je ne supporte pas le bruit de quelqu’un qui tire sur une cigarette (traditionnelle ou électronique).

    Et le pire bruit de bouche : celui de quelqu’un qui mange un clafoutis. Ça me fait tout bonnement grimper au rideau.

    Celui qui me complique le plus la vie : le bruit de quelqu’un qui respire la nuit à côté de moi. Je préciserait bien en ajoutant qui respire « bruyamment » mais ma définition de cet adjectif n’est pas forcément celui de tout un chacun.

    Et pour contredire ce qui est souvent dit à propos de la misophonie. Ces bruits me dérangent également quand c’est moi qui les produit. Mais il est bien sûr plus facile d’y mettre un terme quand c’est moi et pas quelqu’un d’autre.

    Ma famille me critique beaucoup sur ce point disant que je suis invivable… Parce que je ne peux pas m’empêcher de les fixer s’ils font ces bruits. Avec des étrangers, j’arrive à me retenir. De manière globale, je pense que mon comportement s’améliore avant je ne pouvais pas retenir une remarque (sèche en général) du type « Fais moins de bruit stoplait ». Mais c’est parce que j’interiorise ma frustration, pas parce que ça m’affecte moins.

  8. Chew-chew dit :

    Comme beaucoup, je ne supporte pas tous les bruits en rapport avec la bouche, la mastication bouche ouverte etc…et ce principalement lorsqu’il s’agit de mes parents ou de ma famille proche !

  9. sarah dit :

    je n’en peux plus a chanque fois que je dort avec quelqu’un je passe des nuit entière parce que la personne respirent c’est un enfer je n’ai que 17 ans

  10. Séverine dit :

    Bonjour à tous! Je viens enfin de mettre un terme à ce que j’ai!!
    je rejoins toutes les personnes, je déteste les gens qui mangent la bouche ouverte, qui reniflent, qui se rongent les ongles.
    je pensais être atteint de toc car mon médecin m’a dit que je souffrais de névrose obsessionnelle. J’ai bien lu tout vis commentaires quelqu’un aurait il un médicament pour nous permettre de ne plus se concentrer sur ces bruits???
    le pire moment que j’ai vécu soirée moules en famille et ça fait des grands SLOUPSSSS!!! L’horreur j’aurais pu tuer toute ma famille tellement c’était insupportable!!! Bon à tous vivement qu’on trouve un remède

  11. Jonathan dit :

    Je fut misophone jusqu’à 17 ans, j’en ai aujourd’hui 20 et ça à tendance à revenir si je ne suis pas attentif. Ma mère l’était aussi, du genre à réveiller toute la maison à 3 heures du matin trois fois dans la semaine si un tel ronflait ou un autre suçait son pouce (c’est à ce moment là qu’on l’a obligé a dormir avec des boules Kies et on l’a jeté chez un thérapeute), sa misophonie est moins sévère maintenant et la mienne a disparut totalement.

    Comment? Et bas en fait je crois que c’est ce qu’on peut appeler « soigner le mal par le mal »: d’abord j’ai vu que ça s’arrêtait quand je fumais des gros pétard (c’est pas une blague) alors j’ai lu des bouquin de pharmaco et de psychologie sur la drogue, j’en suis arriver à comprendre comment une bonne (perçu comme bonne) distraction cognitive pouvait changer radicalement ta perception, et ce sans la prise de psychotrope, ou de médicaments et il existe un métier très récent dans lequel tu peux te spécialiser là dedans. Alors j’utilisais ces méthodes de fuites cognitives pour ne plus entendre ces bruits, et même les convertir, les associer à des choses amusantes (ce qui peut donner des situation très cocasse lorsque tu éclates de rire quand un ami se mouche ou déchire une feuille)

    C’est comme ça que je me suis retrouvé en 1ère année de médecine pour devenir psychomotricien, un jours je discute avec un gars qui était devenu trop tolérant aux antidouleurs et qui était pris en charge à l’unité de traitement des patient douloureux chroniques de bordeaux, et je me rend conte que son traitement est aussi fait, entre autre, de concentration et de fuite cognitive, et c’est un psychomotricien qui lui fait faire ces trucs!

  12. Jonathan dit :

    En relisant mon commentaire je vois que je ne vous ai donné aucuns outils. Vous devez utiliser en synergie ces mots, google est ton ami: Méditation, concentration, relaxation, paysage mental et Mantra.

    1. Barbier dit :

      Bonsoir Jonathan
      Peux-tu me donner un peu plus d’infos sur la méthode à suivre afin de remédier à ce problème ou un nom de psychomotricien?
      D’avance merci

  13. Dylan dit :

    J’ai 16 ans et j’ai découvert la misophonie il y a un an, mais je ne sais pas vraiment si j’en suis atteint. Mais les bruits qui m’enragent sont :
    – Les ronflements / respirations fortes
    – Les gens qui toussent / qui reniflent à répétition
    – Les bruits de mastication
    Ces bruits là me mettent dans un état pas possible depuis tout petit. Mon père m’a raconté que déjà à l’age de trois ans, je faisais des crises de colères à cause de ça. Je jetais tout ce qui me passait sous la main, j’hurlais et je pleurais. J’ai appris à me contrôler, mais l’autre jour, ma mère n’arrêtait pas de tousser, ça m’a énervé au plus au point et j’ai cogné mon lit contre le mur. Mais j’arrive à me calmer, la plupart du temps.

  14. lesjeux dit :

    bonjour les bruits qui me derangent le plus sont : la respiration, les chewing-gums machés la bouche grande ouverte ainsi que les bruits divers de bouche : manger la bouche ouverte, tousser…

  15. Maëlle dit :

    Je ne sais pas si je suis atteinte de misophonie je viens de découvrir que celà existait aujourd’hui.

    Je n’ai jamais parler à personnes de mes réactions à certains bruits, j’arrive à contrôler ces réactions même si ça me bouffe de l’intérieur.

    Pour moi les bruits dérangeant sont les respirations fortes par la bouches, la mastication bouche ouvert (bien que ce se soit calmé), le ronflement et le bruit des horloges.

    Après à partir du moment ou je me couche n’importe quel bruit provoqué par un être humain, porte qui claque, basse de télé et j’en passe, peut me déranger au point d’être énervé et ne plus pouvoir dormir mais j’ai trouver la solution en la merveilleuse invention qu’est la boule quiès.

  16. Marion dit :

    Les bruits qui me mettent hors de moi?
    -Tout ce qui a trait à l’acte de manger ou de mâcher du chewing-gum (bruits de lèvres qui s’ouvrent et se ferment, claquements de langues, bruits de salive, déglutition).
    -Reniflements.
    -Marmonnements.
    -Bruits de pas avec ou sans chaussures (mais plutôt avec, surtout s’il s’agit d’allers-retours incessants).
    -Gestes de stress (stress dans les jambes, faire cliquer un stylo, remuer les doigts…)
    -Claquements
    -Emballages alimentaires (je trouve que les produits emballés devraient être interdits au cinéma, tout devrait être servi dans des cartons comme pour le pop-corn)
    -Le tic-tac d’une horloge.
    -Les sonneries de téléphone (particulièrement celle qui imite un sifflement, celle-là est vraiment agaçante)
    -La sonnette (surtout quand la personne insiste, des fois je ne peux pas ouvrir tout de suite alors plus on insiste plus je fais traîner, comme pour « punir » l’auteur).
    -La fermeture à distance des voitures.
    -Les klaxons

    C’est tout ce qui me revient pour l’instant

  17. VICKI dit :

    Je viens d’apprendre que ce trouble avait un nom et j’avoue que c’est plutôt rassurant. J’ai 21 ans et je pense que pour moi cela a commencé vers l’âge de 12 ans. Par contre, à l’opposé de la plupart d’entre vous j’ai la chance de constater que ça s’améliore plutôt avec le temps. Ma soeur jumelle est atteinte du même « mal » et à 12 ans je peux vous dire que les repas étaient infernaux… Impossible également de regarder un film en famille car j’entendais chaque respiration de la personne située à moins de 5 mètres de moi… A l’époque cela visait presque exclusivement les membres de ma famille.. Aujourd’hui heureusement les repas sont vivables j’entends beaucoup moins les bruits des membres de ma famille cependant les sortes de bruit se sont multipliés et les gens que cela vise également mais l’énervement est moins intense ce qui compense.. Ce qui me pose le plus problème ce sont les bruits de clavier, c’est horrrrrible, surtout lorsqu’on entend que la personne efface…. c’est insupportable… Moi qui suis étudiante c’est assez handicapant… Ma meilleure amie suit les mêmes études que moi et sa façon de taper m’énerve particulièrement (d’autres personnes m’énervent bcp moins je ne sais pas pourquoi 🙁 ) du coup je fais souvent exprès d’arriver en retard en cours pour ne pas être à côté d’elle…. Sinon je ne supporte pas les chuchotements, surtout à la bibliothèque : je préfère qu’on parle haut et fort plutôt que les petits bruits insupportables de chuchotement !! Les claquement de doigt… quand une personne l’utilise dans une conversation allez savoir pourquoi, ça me crispe au plus haut point.. Les sifflements du nez, les respirations pendant la nuit (ce qui est bizarre c’est que ça ne me fait ça que chez mes copines mais mon copain ça va, je crois que j’ai bcp de chance mais parfois j’ai l’impression qu’il ne fait AUCUN bruit pendant la nuit c’est presque un miracle) . La voix d’une personne que je connais qui est enrouée m’insupporte aussi beaucoup beaucoup… Le hoquet aussi, le bruit de la télé ou le bruit de fond de mon frère qui parle au téléphone de l’autre côté du mur, parfois même ma soeur qui chante.. Ah oui, les bruits que mon copain fait avec la bouche quand il fume, sentir la fumée dans sa gorge..insupportable.. Et pleins d’autres encore… J’ai réussi à ce que soit de plus en plus supportable de cette façon : comme je ne savais pas que c’était un « trouble » à chaque fois que j’étais énervée je me disais : soit je suis de très mauvaise humeur lorsque c’était le bruit provenant d’un inconnu alors là dans ma tête j’essayais de savoir POURQUOI j’étais de mauvaise humeur et j’essayais de rendre cet inconnu sympathique, lui imaginait une personnalité très gentille etc.. Si l’énervement était du à un bruit provenant d’une personne que je connais je pensais que c’est parce que sans le savoir je lui en voulais pour quelque chose alors j’essayais de réfléchir pourquoi et à tout ce que j’aimais chez cette personne… Voilà. Bon courage à tous

  18. Angèle dit :

    Bonjour à tous,
    Je ne supporte pas entendre quelqu’un siffler, ça me rend malade ; je m’énerve, et deviens quelques fois folle. Ça me mets dans un état de rage impossible (et pourtant je suis quelqu’un de très calme). Ça me donne envie de tout casser autour de moi. Juste parler de sifflotement m’énerve, et je n’ai que 15 ans. Mes parents sont des musiciens dans l’âme, et sifflent souvent, au moins dix fois par jour chacun. Je leur ai expliqué que cela m’énervais mais ils m’ont dit que j’avais un problème. Ils ont quand même fait des efforts pour ne pas siffler pendant un mois et après ont recommencer comme avant.
    En voyant que d’autres personnes sont comme moi cela me rassure, car je ne suis pas folle et prête pour l’asile.

  19. Lili dit :

    Bonjour,

    Je rejoins beaucoup d’entres vous pour les bruits insuportables, et les « solutions » que j’essaie d’appliquer :

    – Bruits de bouche (mastication+dents qui mordent la fourchette etc..)
    *Solution : Je mange seule (radical peut être, mais même si on explique gentiment notre problème aux gens en leur demandant d’arrêter ils le prennent mal..)
    – Bruits que les gens font en buvant et les raclements de gorges etc..
    *Solution : je répère les personnes « à bruits » et les évitent..
    – Eternuements (surtout ceux qui crient en éternuant..c’est comme si je me prenait une grosse claque!! c’est une réelle souffrance..)
    *Pas de solution du fait que ca arrive pas hasard malheureusement
    – Ronflements et respirations fortes à coté de mon oreille
    *Solution : Lit à part car je ne supporte pas les boules quies..
    – Bruits de clavier (je subis ma collègue de bureau qui tape comme une forcenée sur son clavier tous les jours et c’est une véritable souffrance!..)
    *Solution : vive les écouteurs !! Je sors mes écouteurs dès que ma collègue est dans sa crise de déglinguage de clavier..(j’ai du réaménager mon bureau de facon à ce que je puisse voir mes 2 telephones sonner grâce aux voyants qui s’allument car je ne peux pas les entendre avec la musique à fond dans les oreilles..)
    – Les télés et sonneries de telephones avec le son fort
    *Solution : Chez moi je prend la télécommande et baisse le son sur le minimum audible, chez les autres je demande s’ils peuvent baisser en prétextant une migraine..
    Bon voila en gros, mais ce qui m’inquiète surtout c’est qu’à force d’avoir toujours été derrière mon fils de 13 ans pour qu’il ne fasse pas tous ces bruits, maintenant lui aussi ne supporte pas les mêmes bruits que moi.. Il m’a dit récemment avoir quitté la table de la cantine sans finir son repas, parce que tous les bruits de bouches lui étaient insuportables.. Ca m’a rendue très triste car je ne veux pas qu’il souffre comme moi..
    Bon j’espère avoir un peu aidé avec mon témoignage 🙂
    Bonne journée à tous

    1. Priscilla dit :

      Je te remercie pour la solution du bruit de clavier, j’ai le même problème avec mon collègue, c’est insupportable.

      Mon responsable a accepté d’acheter des claviers silencieux, merci patron j’ai envie de dire.

      1. Lili dit :

        Merci aussi à toi Priscilla pour ton info sur les claviers silencieux je ne connaissais pas et vais en parler à mon chef 🙂

  20. Emma dit :

    -Je déteste quand ma mère marche avec ses talons en bas, le bruit n’est pas fort mais cela me met hors de moi, il m’arrive d’en avoir les larmes aux yeux, je déteste quand mon père ronfle, je suis à l’étage lui est en bas, la maison est pourtant bien isolée mais le fait d’entendre ne serais ce que la répétition de son ronflement me met la rage. Je déteste quand ma mère mâche son chewing-gum. Je déteste entendre ma soeur qui parle au téléphone dans la chambre d’à coté, je ne supporte pas. Je déteste entendre le bruit de la télé si ce n’est pas moi qui la regarde, de même pour la musique. Je déteste Par dessus tout et cela m’empêche totalement de dormir, les aiguilles des horloges. de même pour les gens qui font tapoter leur crayons ou qui les font tomber toutes les deux secondes. je ne supporte pas les personnes qui tapotent sur les tables avec leurs doigts. Les oiseaux qui piaillent dehors, quand la famille marche dans la maison, la radio dans les voitures ! c’est horrible ! ( même si cela n’a aucune rapport avec le son ) : – les choses qui bougent à répétition à coté de moi ou devant moi m’exaspère, exemple les pubs sur ordinateur à coté d’une vidéo que je regarde et n’arrête pas de bouger, je ne supporte pas. Tous ces bruits me font devenir incontrôlable.

  21. Marion dit :

    Question: Suis-je la seule à ressentir une douleur dans le pavillon de l’oreille quand trop de petits bruits déclenchent ma misophonie en peu de temps?

    1. Lili dit :

      Moi aussi ça me fais mal.
      Une fois je me suis je me suis retrouvée coincée au restaurant avec un voisin très très bruyant avec sa mastication la bouche ouverte (!!). Impossible de changer de place, j’ai donc essayé de prendre sur moi en subissant ce calvaire, et ben non seulement ça m’a déclenché des douleurs dans l’oreille, mais le pire c’est que c’était tout gonflé et rouge !!
      Donc maintenant je n’hésite plus si ça se reproduit, peu importe l’importance de l’événement je me lève et je pars

  22. Gaëlle dit :

    Tout les bruits ou gestes répétitifs : Quelqu’un qui mâche, qui avale, qui se ronge les ongles, qui gratte ses boutons, qui tapent au clavier, qui respire fort, qui ronfle, qui craque ses orteils ou qui les bougent, qui prend du temps a trouver ces mots avec des ‘ euuuh ‘ qui fais du bruit avec ses bracelets, qui rigole fort, qui trifouille sa barbe ou cheveux et que ça fasse un bruit de paille tout sec, qui chuchote, qui grince des dents etc, tout ces bruits et gestes me rendent violente, je sent que sa bouillonne en moi. J’essai de faire un travail sur moi même, ce qui est dangereux c’est le moment ou je demande a la personne d’arrêter, et qu’elle continue, qu’elle ne m’écoute pas ! Il n’y a que ma soeur qui me comprend, m’enfin, elle c’est moins pire que moi mais voila, elle me comprend, et les autres non. Tout bruit ou gestes repetitif humain me genent, me rendent folle, au point de me prendre la tête, a un point ou je ne peux plus etre avec ma famille sans que je puisse m’enerver secretement, cela change mon humeur d’un seul coup, enfin voila.

  23. lyl dit :

    Bonjour,

    Moi les bruits qui m’insupportent au plus au point c’est quelqu’un qui mâche la bouche ouverte et le second c’est quand on se gratte ça me rend à moitié dingue et ça vire souvent en dispute… si vous avez une solution pour atténuer cela je suis preneuse merci

  24. Hugo dit :

    Bonjour, j’ai actuellement 16ans et je suis atteint de Misophonie.
    Depuis mes 13ans a peu près les bruits de chewing-gum, de mâchoires etc (bruits aux moment des repas..) m’irritent et cela m’handicape.
    Quand on mange en famille, entre amis et autre, je ne fais pas exprès mais je suis concentré…
    Ma colère peut aller de « Tu peux manger proprement stp » à des pétages de câble genre, quitter la table, engueuler les gens et même avoir l’envie de se défouler en tapant des murs ou agresser les personnes ne savant d’après moi pas manger.
    L’envie de crier, de pleurer, avoir une boule de haine en soi sont pour l’instant mes pires symptômes…
    Et d’après mes recherches cette maladie ne peux pas se guérir et s’aggrave avec l’âge. Si déjà à 16ans j’ai des réactions comme celles ci, ou cela va m’amener…

    1. Lily dit :

      Bienvenu au club, c’est assez alarmant de ressentir des trucs comme ca, c’est handicapant pour la suite, mais c’est vrai que, (oui je sais, d’après nous u_u) ces gens ne savent pas manger normalement >< !!!

  25. Lily dit :

    Pour ma part, ce sont les bruits de mastication et de déglutition… C’est insupportable pour moi, limite j’aimerais mieux manger seule pour n’avoir rien a entendre ! Tous les bruits qui viennent e la bouche, langue, je déteste ca ! Ca m’énerve a un point ! Mais c’est ca le plus bizarre, ca me dérange peut être un peu, mais ca m’énerve beaucoup plus qu’autre chose !

  26. sandy dit :

    Bonjour, je viens d’apprendre avec votre article que ce que je prenais pour un manque de tolérance chez moi en fait a un nom.
    Autant je peux ssupporter la tv ou la radio qui fonctionne sans que je n’y prête attention, autant tout les bruits « inutils », comme j’aime à les nommer, me font du tort.
    Les bruits de mastication ou de deglutition, les stylo à billes que les gens font cliquer nerveusement, les jambes qui s’ agitent frénétiquement, …. etc… sont des nuisances qui me gâchent la vie car elles altèrent mon humeur. J’ai même la sensation d’avoir les oreilles trop fragiles car parfois je préfère les boucher pour ne pas ressentir de gêne!

  27. Armelle dit :

    Bonjour, je croyais que j’étais seule au monde dans cet état là ! La misophonie me pourrie la vie au quotidien. Mon entourage pense que j’ai juste mauvais caractère. Les bruits qui m’insupportent le plus sont les respirations fortes, les bruits de déglutitions, les gens qui claquent leurs dents apres avoir baillé, les bruits répétés de quelqu’un qui clique sur une souris d’ordinateur, avec le bruit du clavier, les voix sourdes la nuit ou le son d’une télé allumée dans la maison…également les pleurs ou les aboiements du chien, les gens qui marchent comme des éléphants dans une maison et que ca résonne. Bref, je suis obligée de dormir avec des boules quies toutes les nuits, particulièrement avec mon copain qui a une respiration forte. Aller au cinéma est difficile aussi, les gens qui parlent, les bruits de pop corn. Le pire c’est que je ne peux pas m’empêcher de faire des réflexions aux gens que j’aime, j’ai honte de m’entendre dire  » tu respires fort » à mon copain… Il me répond en général  » pardon d’exister « , mais comment expliquer cette rage qui monte avec certains bruits ? Petite j’ai eu des relations compliquées avec mon grand père à cause de mes regards haineux et mes réflexions dès qu’il mâchait… La seule chose qui me calme c’est la musique a fond. Aujourd’hui quand je suis avec mes amis et que ca arrive j’essaie de faire bonne figure de peur de les perdre, mais au fond je bouillone de colère et d’angoisse.

  28. clacla dit :

    Bonjour,
    Oui cela fait « plaisir » en quelque sorte de lire vos témoignages! je viens d’apprendre seulement à 39 ans que le fait de detester certains sons s’appelle la misophonie, et que je n’étais pas seule à avoir ce problème..moi idem, bruits de bouche ( qd qqn se ronge les ongles ou qu il a la bouche seche ou qd il mache la bouche ouverte avec un chewing gum ou lors des repas ), ça a commencé qd j’étais jeune et que ma mère se curait les dents avec une aiguille ( encore maintenant mais elle essaye de le faire loin de moi ..) – A partir de là surtout les sons répétitifs me gonflent: le tic tac des horloges, qqn qui tape du bout du pied par terre nerveusement, ou en ce moment ma collègue voisine qui fait « tsst » « tsst » tte la journée, qd elle a un problème sur son pc et que ça ne fonctionne pas ( « rooo tsst » ), qd elle se leve et va poser une question à qqn, qd elle dit bonjour « tsst bonjour » idem au revoir, etc etc..je lui ai fait la remarque ..car j en pouvais plus..elle a fait plus ou moins attention un temps, puis c est reparti…pareil je l apprecie beaucoup mais à cause de ça je l’évite et je ne lui parle plus bcp…je vais m’acheter un super casque audio atténuant les bruits extérieurs, mais bon c est qd meme embetant de porter ça tte la journée, du coup on se sent un peu asociale en s’isolant comme ça..ce que je n aime pas non plus idem que certains c est les papiers qui font du bruit au ciné et que les gens aiment bien froisser pendant des heures alors qu ils pensent qu on ne les entend pas…la nuit effectivement je porte des boules quies car le moindre petit bruit me reveille..l orl m a dit que j avais une tres bonne ouïe je ne sais pas si c est relié?? les boules quies je les porte depuis l année du bac car j avais besoin de dormir et mes voisins à la retraite jouaient svt au poker bruyamment le soir jusque tres tard…
    ce qui est le plus terrible voila, ce quand on fait des remarques aux gens qu on aime et qui le prenne mal..surtout avec ma mere qui parfois me dit que je suis « méchante » parce qu elle ne comprend pas qu elle fait des bruits de bouche et que ça me tape sur le système..idem avec ma collègue en ce moment..
    sinon je suis celibataire donc à la maison je suis tranquille et je ne suis pas obligée de me depecher de manger qd meme..il y a des personnes qui sont derangées par plus de sons que moi, ca doit etre vraiment handicapant, apparemment il y a plusieurs degres pour ce « probleme »
    sur le net, j ai vu qu il faut ss doute suivre une therapie comportementale ou de l hypnose!! pourquoi pas c est une piste à suivre..
    bon courage aux autres..je vous comprends..

  29. Alice dit :

    Bonjour,
    Si vous saviez comme je suis heureuse de pouvoir mettre un nom et une causalité à ce que je vis depuis des années ! Malheureusement, si j’ai donc pu expliquer d’où vient ma répulsion pour certains sons à mes proches, ceux-ci ne se montrent pas du tout compatissants et continuent à me juger négativement pour ce que je peux désormais qualifier de véritable « maladie » ! Ma mère m’a même rétorqué : « Ah ben voilà ! Tu vois ce que j’endure ?! » en soulignant le fait que ce sont des « sons normaux » qui déclenchent mes « crises ». J’espère qu’un jour les gens y seront sensibilisés…
    Pour ma part, j’ai donc une répulsion totale de certains bruits alimentaires et tout particulièrement lorsque mes parents mangent du yaourt, de la soupe ou des aliments semi-liquides… ma mère ayant en plus la manie d’avaler partiellement sa cuillère avant de la ré-enfourner dans la bouche (charmant ! ^^’), cela ne fait qu’aggraver mon dégoût. Je ne supporte pas non plus lorsqu’elle mâche son chewing-gum la bouche ouverte ou lorsque j’entends un « claquement » lorsqu’elle force sa respiration pour expirer. C’est vraiment horrible pour moi et encore plus difficile à vivre parce que… je ne fais pas exprès !! J’aimerai tellement ne pas être dérangée par ces sons… et pourtant ! Je suis obligée de quitter la pièce et d’aller me calmer, ou d’essayer de camoufler le son en écoutant de la musique ou en me bouchant les oreilles. Et la plupart du temps, je suis également obligée de fermer les yeux afin de ne plus voir la scène. J’ai 23 ans et cela dure depuis que je suis petite.
    Si seulement mes proches pouvaient comprendre que je n’en n’ai pas « après eux » comme ils le pensent, mais que c’est bien un problème lié à mon cerveau un peu toqué… car oui, en plus de ça, j’ai effectivement des tendances un peu « maniaques » (j’aime bien les choses alignées, sans non plus rentrer dans l’excès) et suivre ma petite routine du quotidien pour me sentir relaxée et apaisée.
    Pffiou ça fait du bien d’en parler et de lire vos témoignages ! Merci pour ce site !! ♥♥

  30. Sophie dit :

    Besoin d’aide !!! Au boulot, nous sommes une toute petite équipe (5 personnes).
    Nous avons une assistante qui se prend pour la patronne, qui tyrannise tout le monde (au point que le patron n’ose rien dire), qui se la joue femme fatale avec des mini-jupes (très mauvaise idée quand on est courte sur patte, ça tasse !) et qui marche d’un pas lourd et plus que vulgaire avec des petits talons pointus sur le parquet et le carrelage.
    Elle se prend pour une persécutée à la moindre toute petite remarque ; à tel point que plus personne n’ose rien dire à la Duchesse.
    Quel serait votre conseil pour lui clouer le bec, et les talons ?

  31. Mélissa dit :

    Le pire pour moi ce sont les bruits liés à la mastication. Surtout les chewing-gums, j’ai découvert avec horreur à quel point en déménageant au Royaume Uni (le mâchouillage intensif suivi d’une bulle est bien plus courant qu’en France je trouve).
    Mais j’ai aussi horreur des gens qui se raclent les ongles et de tous les bruits qui s’en suivent. Surtout si ça devient répétitif!
    Les sifflements, fredonnements et autres « hum hum » musicaux sont parfois plus gérables, en fonction de circonstances, en revanche je craque quand des gens parlent inutilement à voix basse, douce, feutrée. J’ai envie de les secouer et de leur dire de crier, plutôt.

  32. so88ciere dit :

    Moi j’ai ma sœur enrhumé qui me dérange parce qu’elle respire trop fort et en plus la nuit c’est difficile parce qu’elle ronfle.
    Alors je ne peux pas m’endormir.
    Aider moi, je vous s’en supplie.

  33. ENLTaeyang dit :

    Bonjour,
    j’ai énormément du mal à suivre à côté de quelqu’un qui mange en laissant la bouche ouverte, et même si ce n’était pas ouverte ça me met hors de moi de toute manière . Le son du clavier ,même la souris, avant c’était normal mais maintenant oh ! Le son de la manette du play’ mais vraiment j’ai énormément envie de la prendre des mains de mon frère et la fracasser, le son de la télécommande, j’ai l’impression que ce son me fait vibrer et remonte toute l’agressivité en moi, sérieusement ça craint ! Le chewing-gum, je hais celui qui l’a inventé… On me prend pour une maniaque et je ne supporte rien !

  34. Ides dit :

    Pour moi, le summum étant le cliquetis des bics! Grrr.
    Et travaillant dans un bureau administrative à 30, je suis gate.
    Solution musique avec écouteurs, mais attention au long terme.

  35. Priscille dit :

    J’ai 35 ans, et je découvre seulement aujourd’hui que cette hypersensibilité à certains bruits porte un nom, et que beaucoup de personnes en souffrent.
    Pour ma part, j’ai toujours eu du mal avec les bruits de mastication, de succion, les personnes qui mangent la bouche ouverte (notamment les enfants : pas de bol, je bosse avec des enfants :)).
    Mais contrairement à ce que j’ai pu lire dans les nombreux témoignages ici, cela ne m’irrite pas au point d’avoir des palpitations ou de m’énerver. Je pense que ma réaction était beaucoup plus forte lorsque j’étais plus jeune, mais avec l’âge j’ai sans doute apprit à gérer mon agacement, en reportant mon attention sur autre chose.
    Tout cela pour dire que je vis très bien avec cette particularité.
    J’ai lu qu’une étude effectuée à l’Université Northwestern affirmait que « si elles sont utilisées de la bonne manière, ces susceptibilités peuvent rendre la vie plus riche et nuancée, donnant davantage de subtilité aux expériences ». Je pense que j’en suis là, je sais apprécier des choses que d’autres ne voient même pas.
    Alors ne désespérez pas, dites-vous que vous avez du génie créatif ! 😉

  36. zahra dit :

    Moi j aime pas des gens qui mangent avec des bouche ouvert, les toux , ronflement qui bouge trop pendant la nuit franchement j trouve ça anormale et m énerve bcp

  37. Amémé dit :

    J’ai du dire a une fille qui mâchait sa gum comme une vache, de ne pas en manger si elle n’était pas capable de fermer sa bouche. Je suis incapable de manger a coté de quelqu’un qui fait des bruits de gorge, ou mange la bouche semi-ouverte. Je suis pas capable d’endurer quelqu’un qui siffle du nez. Ou quelqu’un qui ronfle ne serais-ce que très peu.

  38. Céline dit :

    Je ne supporte aucun son de mastication, et c’est gênant. Je ne supporte pas de manger avec mon mari, je dois monter le son de la télé. Je sais que c’est pas le cas mais pour moi c’est comme s’il le faisait exprès, le pire c’est quand il mastique de trucs style banane ou autres… c’est mou et pourtant on dirait qu’il broie un bout de vieille carne!!!!! Après s’ajoutent les chiens et leur toilette insistante de préférence juste à côté de moi… etc.

  39. Youn dit :

    Enfant, je detestais certains bruits d’origine organiques: ronflement, baillement, souffle, bruit de rot, aboiements. A cela, d’autres bruits surtout ci ceux ci ont lieu la nuit, moto, voiture, tout bruit par à coup. Puis depuis 6 ans, suite à une thérapie et autre chose que je ne peux mentionner ici, un bruit me rend tout simplement fou: c’est le mot: hein et je l’entends toutes les 10 secondes, tellemnt les gens ne sont pas à l’écoute et ça me rend fou a tel point que je vis avec des boules quies et que je suis désociabilisé, en partie. Et en même temps, je développe quelque chose qui s’apparente au syndrome de Gilles de La Tourette. Je viens juste de prendre connaissance de la misophonie, je me reconnais a 200 pour cent et je vois que je ne suis pas seul au monde.Je vais donc prendre contact avec d’autres personnes.

  40. S dit :

    Je suis réellement très surprise de lire tout ces témoignages. Je pensais être seule au monde avec cette hyper sensibilité auditive qui me rend malade, mais visiblement ca n’est pas le cas. Je suis très sensible aux bruits et même plutôt aux sons depuis mon enfance. C’était au départ juste certains bruits comme: mon père buvant ca soupe… Le bruit qu’il faisait m’exaspérait (et m’exaspère toujours d’ailleurs) au point de vouloir à tout prix m’en aller. Mais le problème s’accentue avec les années et commence réellement à me gâcher la vie. Quand je vais en bibliothèque pour travailler le moindre petit bruit me rend malade et ne parlons pas des touches de clavier qui VRAIMENT ME RENDENT DINGUE !! J’ai raté mes derniers examens car j’étais incapable de me concentrer. Le moindre petit bruit dans ce dit « silence » venait me perturber. Et puis comme la plupart d’entre vous le disent bien c’est un sacré cercle vicieux car finalement on finit par chercher inconsciemment ces bruits pour les hair de plus belle. J’ai récemment eu comme une énorme crise d’angoisse à deux reprises à cause de voisines de classes qui mangeait leur sandwich. Au lieu de retirer le papier plastique une bonne fois pour toute elles le retiraient un petit peu, au fur et à mesure… Alors là on peut dire qu’entre le bruit du plastique et la mastication j’étais clairement servie! J’ai commencé à me sentir très angoissée, j’avais comme des frissons et une envie folle de me mettre à pleurer ou d’hurler. Je n’ai pas pu garder ma colère alors j’ai sorti un petit « nan nan là clairement j’en peux plus…Je vais pas tenir » ou un truc comme ca sur un ton exaspéré. J’ai bien sur du mentir à mes amis en mettant ca sur le dos de la quantité de travail qu’on venait de recevoir. Bref je pourrai donner encore beaucoup d’exemple comme l’exasperation que je ressens quand je suis avec ma mère que j’adore et qu’elle boit: depuis qu’elle est bébé sa glotte fait beaucoup de bruit quand elle avale un liquide. Ca me rend malade! J’aimerais réellement apprendre à me contenir car cela nous rend intolérant et invivable pour les autres. J’ai l’impression d’être tarée !! Je n’ai que 24 ans et autant dire que cela m’affole car si ca s’accentue comme ca comment vais-je pouvoir vivre avec quelqu’un, travailler tous les jours avec les mêmes personnes -qui auront des habitudes bien précises et seront surement bruyantes-, ou avoir un jour des enfants, si le moindre bruit répété m’exaspère…?!

  41. Bibi57 dit :

    Je ne supporte pas entendre quelqu’un manger à coté de moi, entendre le bruit de la mastication! Quand j’entend quelqu’un manger j’ai une envie subite de violence… En bref de faire cesser ce bruit insupportable.

  42. Andrea dit :

    Je viens de découvrir le nom à mon problème. Je ne supporte pas le bruit. Les sons, ça va des sons de bouche mastication mais ce n’est pas le pire, l’horloge, le chien que se lèche, les gens qui se grattent, le bruit de la machine à café ou du frigo, le bruit quand on pose un objet, le bruit du clavier, le frottement de tissu, le bruit des machine à coudre, une porte qu’on ouvre, le bruit du feutre au tableau, la respiration des gens est horrible. (J’en oublie surement beaucoup) mais on ne peut pas demander aux gens d’arrêter de vivre parce que le moindre bruit nous énerve… jusque là j’engueulais mon chéri constamment « arrête de tapoter le chien c’est horrible ce bruit » et il rigole en me demandant « mais qu’est ce que ça te fait sérieux?! » Et je ne sais pas quoi répondre. Finalement je comprends mieux grâce à ce mot que c’est une sorte de maladie…

  43. lina dit :

    bonjour je mappelle lina jai 8 ans et je ne supporte pas le bruit des gens qui manqent et qui mastiquent . il ya beaucoup de gens qui ont la meme maladie que moi et ca rasure je ne suis pas la seule qui a la mysophobie.

    lina.b

  44. madam dit :

    Je ne supporte pas le froissement du papier et des poches ainsi que la fourchette qui grisse dans l’assiette.

  45. alain g dit :

    Bonjour, je viens de lire toutes les personnes atteintes comme moi. Tout m’énerve et cela me donne des sifflements d’oreilles.J’ai 63 ans et personne ne donne son avis.

  46. Mademoiselle_ dit :

    Bonjour,
    C’est vraiment rassurant de lire ces témoignages..je me sens moins seule et surtout j’ai ENFIN la preuve que je ne suis pas folle!

    J’ai 17 ans, et pourtant je souffre de misophonie( enfin un nom!) depuis mon enfance. Pour ma part, j’arrive à supporter certains bruit. En fait, je suis vraiment focalisée sur les bruits de bouche. Par exemple, les gens qui mangent la bouche ouverte, j’ai du mal à supporter. J’ai longtemps cru que j’étais folle, car personne de mon entourage n’a l’air d’être perturbé par ces bruits de mastication incessants,mais moi si! C’est pourquoi je redoute fortement le moment de passer à table, vu que je sais d’avance ce qui m’attend. Je trouve ça dommage d’un côté, car les repas, normalement, c’est quelque chose qui renforce les liens familiaux. Lors des repas, on se raconte notre journée, etc. Mais moi, je n’arrive pas à me concentrer sur autre chose que sur les bruits de mastication. C’est un enfer. Pour ne pas blesser mes proches, j’ai décidé de ne rien dire, de ne rien faire, mais c’est très difficile de prendre sur soi, de contenir sa haine. Je remarque quand même que j’ai fait des « progrès « . Il y a trois ans, lors d’un repas, j’ai pris mon assiette et je me suis levée brusquement pour aller m’asseoir dans la pièce d’à côté. C’est très impoli, je sais, mais c’était plus fort que moi. C’était soit ça, soit je devenais aggressive. Aujourd’hui, je ne dis pas que tout va bien, ce serait me mentir à moi-même. Je ne supporte toujours pas les bruits de mastication, mais disons que j’ai appris à vivre avec. Je prends sur moi pour contenir ma colère et ne pas regarder la personne de travers ( c’est dur, très dur!). Parfois, lors des repas il m’arrive de ne pas y prêter attention ou très peu, surtout lorsque le sujet de conversation m’intéresse vraiment, j’arrive à faire abstraction..c’est rare malheureusement, mais c’est déjà un bon début.. Il y a encore quelques années, conversation intéressante ou pas j’avais qu’une envie c’était d’ordonner à la personne de fermer sa bouche dans l’immédiat. Je dois quand même préciser que j’arrive à faire « abstraction  » seulement si la personne ne parle pas EN MÊME TEMPS qu’elle mastique..
    Je culpabilise souvent car je me dis que ce n’est pas de leur faute, après tout, ils ont bien le droit de manger comme bon leur semble, c’est à moi de m’adapter.. Cela va être difficile, mais j’espère y arriver un jour.
    Sinon j’ai aussi un problème avec les personnes qui ronflent( fort, trooop fort), cela m’empêche de dormir.

  47. Lily dit :

    Je ne supporte pas les bruits des gens qui boivent, les bruits de mastication d’aliments et de déglutition, les chiens qui boivent dans leur bol, se lèchent bruyamment le museau, le bruit sourd mais que j’entends plutôt bien que ma marraine fait quand elle embrasse le chien après l’avoir pris à bras, le petit « smoutch » là, les gens qui reniflent, s’embrassent de manière indiscrète, se raclent la gorge, ainsi que les bruits stridents des couverts dans l’assiette ou entendre quelqu’un qui parle avec quelqu’un d’autre dans une pièce à proximité ou alors au téléphone.
    Quand j’entends ces bruits, c’est simple, je sens un énervement incommensurable qui monte en une fraction de seconde et me prend à la gorge et alors j’ai envie de hurler ou de mettre une baffe à la personne tellement ça me rend folle. Puis bien-entendu je mets parfois mon casque et de la musique à fond dans mes oreilles pour ne plus rien entendre et malgré tout je me concentre pour percevoir si j’entends toujours les bruits dérangeants en fond sonore et si jamais je les perçois, même très faiblement, l’énervement remonte. C’est très dur à vivre et pour moi et pour mes proches… et c’est déjà allé loin. Exemple : on regarde un film en famille, le chien est dans le divan avec nous et se lèche le museau à côté de moi, je m’énerve, je lui dis d’arrêter, ma marraine tente de le calmer, il continue, ça fait au moins 5 minutes que je ne suis plus le film tellement le bruit me rend folle et je finis par quitter le salon, entrer dans ma chambre, prendre le premier objet qui me tombe sous la main et de le balancer avec rage contre un mur. Ensuite je mets minimum 5 minutes pour retrouver mon calme. Si ça se soigne, je suis intéressée :/

  48. cécile dit :

    Bonjour, difficile de faire comprendre à l’entourage que le bruit d’un verre qu’on rempli depuis une cruche ou une bouteille, le glouglou d’un radiateur ou d’une petite cascade de fontaine japonaise peut vous mettre dans un état proche de la syncope. (J’ai du arrêter de fréquenter un couple d’amis dont le plaisir était de servir le thé à la menthe de manière traditionnelle. Une horreur.). Je suis très sensible à beaucoup d’autres bruits, mais pas comme ce son là. C’est plus dans le sens que j’ai le sentiment que les gens qui les font n’ont pas de savoir vivre en société, et que j’en ai des envies de meurtre (au ciné par exemple, ils sont seuls au monde, mangent, parlent fort… Les bruits de bouche et de mastication rentrent dans mon cas dans cette catégorie aussi.)

  49. Léah dit :

    Curieux qu’à peine une personne ait mentionné les bruits de tissus, je peine de plus en plus à mettre certains vêtements, des écharpes surtout, je n’entends que ça ! En plus des évidents bruits de déglutition, de mâchoires et autres joyeusetés de bruits de bouche, les sons répétitifs sont également souvent un supplice. Mais dans mon sens, j’ai 20 ans et j’ai l’impression que ça ne fait qu’empirer depuis que ça a commencé il y a quelques années, des nouveaux genres de bruits me sont difficiles maintenant alors qu’ils ne l’étaient pas avant (le bruit des vêtements et autres tissus étant sacrément pénible étant donné que même si j’en suis à l’origine cela m’horrifie de plus en plus)

  50. loulou21 dit :

    L’aspirateur m’exaspère, la musique, les moteurs, les mal- élevés qui mangent la bouche ouverte. Peut-être vaut-il mieux mettre des boules Quiès avant de baffer quelqu’un ou de vexer des amis qu’on aime bien ? Si cela vous met en colère, dites une prière de suite pour éloigner le petit démon qui entre en nous…

  51. Pauline dit :

    Bonjour,
    Je ne supporte pas, les sifflements, les gens qui chantent et encore moins ceux qui marmonnent les chansons dans leur bouche, les bruits de mastication, de couverts qui tombent etc…, le soir j’ai horeur des bruits de pas ou de gens qui parlent mais que j’entends de loin, les instruments de musique que ma famille joue, les bruits de télé ou de musique de quelqu’un d’autre, les gens qui gloussent quand ils regardent une vidéo ou une publication qui les fais rire, les gens qui se rongent les ongles, se raclent la gorge, reniflent, toussent etc.
    Ça me pourrit la vie car les repas et le coucher devient insuportable pour moi. Je me mets en colere envie d’étrangler les gens qui font ça.

  52. Pascale dit :

    Ce qui m’énerve, c’est d’entendre manger bruyamment, une personne qui déglutit fort quand il boit. Il y a aussi quand les personnes croquent les bonbons, mangent des biscottes, tout ce qui craque.

  53. hamet dit :

    Bonjour, tout d’abord j’ai lu une partie de vos commentaires, courage, je me sens pas si touché par cette mysophonie que ça, ou ce n’est que le début, bref, je supporte pas mon chien qui ne fait que se lécher (carlin), les pleurs des bébés, enfants, le machouillage bouche ouverte, le matin au déjeuner et le soir surtout, je pense que c’est lié à la très grande fatigue accumulé. Quand j’écris un mail, ou autre que je lis ou est au téléphone les bruits autour me déconcentre, ça m’énerve à un point je balancerais n’importe quoi !!! Ce qui me soulage plonger ma tête dans l’eau de la baignoire me détend, faites l’essai, mais ça coûte cher l’eau, on ne peut faire des bains tous les jours !!! Courage à tous

  54. lolo dit :

    Le laçage des chaussures cela fait un crissement qui donne mal aux dents

  55. Bentaja dit :

    J’ai 37 ans et je souffre depuis l’âge de 10 ans. C’est incroyable de voir que je ne suis pas seul à ressentir ce mal-être lorsque je suis à côté de personnes qui mastiquent ou qui font du bruit avec leur bouche en mangeant : bruit de salive par exemple. Hier, je suis dans le RER en Île-de-France, une personne mâchait un chewing-gum en faisant un bruit insupportable, tellement insupportable que je suis descendu du train pour attendre le suivant… pour moi une réelle souffrance…

  56. Carnesse Céline dit :

    Bonjour, j’ai 38 ans et les portes qui claquent me procurent un stress incroyable et ce depuis mes 16 ou 17 ans. J’habite dans une maison où nous ne sommes que deux habitants mais mes voisins ainsi que le commerçant du rez-de-chaussée, ne cessent de claquer les portes à longueur de journée. Cela me met dans un état de colère terrible, si bien qu’il m’arrive de crier certains jours (très certainement les jours où je suis plus fatiguée que d’autres). Je leur ai déjà fait part de mon inconfort face à ce bruit mais ils n’en tiennent pas compte… Du coup, lorsque je suis chez moi, j’ai constamment mon casque sur les oreilles avec la musique à fond pour ne pas l’entendre, ce qui au fil des années me cause des soucis d’audition (j’ai perdu quasiment la moitié de mon audition de l’oreille droite !) Je ne sais pas quoi faire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*